Charente-Maritime

Dans la communauté d'agglomération de La Rochelle, Cybermobile roule vers les habitants

Organisation territoriale, élus et institutions

Pour que tous les habitants accèdent à l'informatique et à internet librement et gratuitement, la communauté d'agglomération de La Rochelle (17) a créé en 2006 le Cybermobile, qui parcourt les dix-huit communes du territoire. Ce dispositif complète le dispositif Cyberlocal, déjà en place.

Dix ordinateurs portables, un scanner et une imprimante dans une voiture, un animateur et des salles communales équipées d'une connexion internet et de mobilier pour accueillir matériels et internautes en herbe ou confirmés, ajoutez un programme d'ateliers qui évolue tous les deux mois et une inscription préalable : vous avez là tous les ingrédients pour, comme l'a imaginé la communauté d'agglomération (CA) de La Rochelle, lancer votre Cybermobile !
C'est en 2000 que débute sur le territoire la mise en place d'un réseau de plateformes de familiarisation aux nouvelles technologies auquel les habitants ont accès gratuitement. Des animateurs les accompagnent et une association coordonne le projet. Pas plus de cinq kilomètres ne séparent les plateformes des citoyens du territoire urbain de l'agglomération. Le projet représente un budget de 450.000 euros. Il devait fonctionner grâce à un contrat entre la région, la communauté d'agglomération, le sponsor France Télécom et les emplois jeunes de l'Etat, mais les robinets se sont fermés et les emplois jeunes ont pris fin.

 

Imaginer une suite, réduire la voilure...

"En 2005 le projet était trop grand pour le costume, explique Brigitte Peudupin, vice-présidente nouvelle technologie à l'agglomération. Il nous a fallu imaginer une suite, réduire la voilure en bons marins que nous sommes, avec toutefois deux objectifs. D'une part, maintenir le service de familiarisation aux technologies de l'informatique en ne laissant personne de côté et, d'autre part, conserver les emplois des animateurs qui ont bien rempli leur rôle et souhaitaient continuer." La réflexion a eu lieu entre la communauté d'agglomération et les maires des dix-huit communes. Six plateformes ont été maintenues grâce à une stratégie de diversification du partenariat et sur la base d'une convention de fonctionnement commune. Celle-ci prévoit l'ouverture à tous les habitants, pour tout type de pratiques, selon un nombre fixe de jours d'ouverture et des réunions de coordination.
Ainsi, deux mairies ont embauché les animateurs avec une municipalisation de l'emploi. La ville de La Rochelle a contracté avec l'association ducCentre départemental d'information de la jeunesse pour prendre en charge la gestion de trois plateformes et deux animateurs avec le soutien de la ville et de la CA. La sixième plateforme est gérée par l'association de la maison de l'emploi. La coordination des plateformes Cyberlocal est assurée par David Piget rémunéré par la CA et animateur du cybermobile.

 

Le Cybermobile, un service d'intérêt communautaire

Un sondage réalisé au moyen des journaux municipaux à permis de recueillir les attentes des habitants dans les quinze communes non équipées de l'agglomération. Pour répondre aux besoins des communes dépourvues de moyens et privilégier l'intérêt communautaire un projet complémentaire a été imaginé, le Cybermobile. Le principe est de se déplacer dans une petite voiture avec un animateur  et des ordinateurs portables. Chaque jour, des ordinateurs équipés en wifi (système pour bénéficier, sans fil, d'une connexion à internet) sont installés dans une salle mise à disposition par une des dix communes portées candidates, et équipée d'une connexion ADSL (accès à internet haut débit). Soit une salle différente par jour de la semaine et deux passages mensuels dans la même commune. Le programme est affiché dans chaque mairie et les habitants qui le désirent s'inscrivent auprès de l'animateur pour suivre un atelier (par exemple découverte d'internet).
En 2006, le budget s'est élevé à 90.000 euros. Il a permis de rééquiper les salles Cyberlocal et d'assurer la communication sur les activités : programmes, plaquettes... L'agglomération prend en charge tout le parc de matériel et les connexions internet et wifi. Les communes mettent à disposition les salles et le mobilier.

 

Cybermobile favorise les liens entre les citoyens, les associations, les services...

Les chiffres 2006 sont éloquents : pour la première année de fonctionnement du Cybermobile on compte 982 nouveaux inscrits, plus de 30.500 passages dans les cyberespaces pour un territoire qui couvre 6.800 foyers et 140.000 habitants. Tous les âges et toutes les catégories socioprofessionnelles sont représentées parmis les usagers. Beaucoup sont équipés à domicile et viennent participer aux ateliers pour découvrir de nouvelles pratiques, se faire accompagner dans un projet, apprendre à utiliser les logiciels, le scanner...  Par exemple un président d'association vient réaliser une affiche, un centre de loisir un programme... Le lien social qui se crée est extraordinaire et la maîtrise des outils fait faire de grands progrès aux citoyens. Les cyberespaces permettent également de développer la vie locale et de communiquer. De nouveaux projets apparaissent, comme le développement de l'administration électronique. On teste de nouvelles procédures et de nouveaux sites. Les habitants sont très satisfaits, l'outil rentre dans les moeurs.

 

Un problème : financer les animateurs, clé de voûte du dispositif

La vraie difficulté reste le financement des postes d'animateurs, clé de voûte du dispositif. Il sera discuté lors du prochain contrat entre l'agglomération et la région. Il faut remettre l'ouvrage sur le métier, défendre les usages et évaluer les besoins à long terme, en espérant que l'Etat va recréer des emplois dans le domaine des technologies de l'information et de la communication (TIC).
Le prochain projet de l'agglomération est la parution à l'été 2007 d'une brochure, disponible sur le site internet de l'agglomération ou disponible en version papier. Elle recensera tous les espaces numériques gratuits et payants, publics et privés de l'agglomération. De même, des coups de projecteurs seront portés sur des initiatives originales et innovantes dans le domaine des TIC, qu'elles viennent de particuliers, d'associations ou d'entreprises. 
"Aujourd'hui, confirme Brigitte Peudupin, on ne peut passer à côté des TIC, dans la vie personnelle ou professionnelle, sans marcher sur une seule patte ! Depuis 2000, les pratiques ont beaucoup évolué. A La Rochelle, toutes les écoles sont équipées ainsi que les comités de quartier. Il faut suivre les pratiques, l'évolution des besoins, ne pas s'enfermer dans l'institutionnel. Il faut s'appuyer sur cette technologie pour créer des emplois, développer des actions valorisantes, des contacts. Le multimédia favorise les rencontres et permet de gagner du temps ; c'est un outil qui permet de mieux dire, d'accéder à plus d'informations, d'affiner son jugement. Il n'y a pas de recette miracle, il faut s'appuyer sur les richesses du territoire, sur toutes les volontés, les idées, pour trouver la bonne formule en sachant qu'elle évoluera sans cesse."

 

Nathalie Froissart, pour la rubrique Expériences des sites Mairie-conseils et Localtis

Contact(s)

Communauté d'agglomération de La Rochelle

6, rue Saint-Michel
17000 La Rochelle
05 46 30 34 00
Nombre d'habitants : 164332
Nombre de communes : 28
Nom de la commune la plus peuplée : La Rochelle (80000 hab.)

contact

Haut de page