En bref - Démissions de maires : l'AMF et la Délégation de l'Assemblée lancent une étude commune

Organisation territoriale, élus et institutions

L'Assemblée des maires de France (AMF)  et la Délégation aux collectivités territoriales de l'Assemblée nationale vont lancer une étude commune pour mesurer l'ampleur des démissions de maires depuis les municipales de 2014. L'objectif de ce travail inédit est "de mesurer l'ampleur réelle du phénomène de démissions des maires", "d'en analyser les causes et de tracer des perspectives d'amélioration des conditions d'exercice des mandats locaux", écrivent-elles dans un communiqué commun diffusé ce jeudi 18 octobre. Il vise également "à mieux comprendre les difficultés qui impactent la fonction de maire". Une étude statistique "ayant pour objectif de toucher aussi bien les maires démissionnaires que ceux exerçant leur mandat" servira de base au travail de l'AMF et de la délégation parlementaire.
Les conclusions du groupe de travail devraient être présentées lors du prochain congrès de l'AMF, qui se tiendra des 20 au 22 novembre.
En présentant il y a une semaine une somme de six rapports sur "l'exercice des mandats locaux", la délégation sénatoriale aux collectivités territoriales et à la décentralisation avait elle aussi replacé ses travaux dans le contexte des multiples "désaffections" du côté des élus locaux. Gérard Larcher, le président du Sénat, avait lui-même mis l'accent sur cette vague.
La ministre Jacqueline Gourault s'emploie depuis plusieurs semaines à pondérer les choses, insistant pour sa part sur la nécessité de distinguer les diverses causes de démissions et indiquant que ses services avaient "commencé" à dresser un bilan sur le sujet (lire notre article du 12 octobre "Sénat : 43 propositions pour répondre au malaise des élus locaux"). 

Haut de page