M.T.

En bref - Formation des chômeurs : la Cour des compte pointe un manque de coordination

Emploi

La gouvernance de la formation des chômeurs est "complexe" et nécessite une meilleure coordination, estime la Cour des comptes dans un rapport réalisé à la demande de l’Assemblée nationale, rendu public le 4 juillet. Le manque de coordination entre acteurs - en particulier l’État et les régions - a tout particulièrement été sensible au moment du plan 500.000 formations lancé par François Hollande en 2016. Un plan "très ambitieux", qui prévoyait de doubler le nombre de demandeurs d’emploi en formation en un an, au lieu de privilégier une stratégie pluriannuelle. L’objectif a été atteint "au prix d’une gestion budgétaire improvisée et d’un suivi imparfait des crédits et de leur utilisation", pointent les magistrats. Le plan a privilégié "la recherche de résultats à court terme", sans permettre de "mesurer de façon précise les coûts et les bénéfices de cet investissement massif dans la formation". Enseignements qui doivent servir aux pactes régionaux pluriannuels, négociés dans le cadre du plan d’investissement dans les compétences (PIC). La cour préconise 6 orientations et 14 recommandations. Elle juge nécessaire d'"élaborer des stratégies communes en matière de formation des demandeurs d’emploi, au niveau national et régional", avec "un socle national d’indicateurs, complétés par des indicateur définis au niveau régional".

Haut de page