Jean-Noël Escudié / P2C

Culture - Françoise Nyssen nomme un "référent permanent et transversal" pour les festivals

Tourisme, culture, loisirs

La ministre de la Culture a annoncé, le 13 février, la nomination de Serge Kancel comme "référent permanent et transversal pour les festivals". Inspecteur général des affaires culturelles, l'intéressé a été notamment directeur adjoint du livre et de la lecture au sein du ministère. Il est également l'auteur d'un rapport, rendu en 2012, sur "le soutien aux entreprises de librairie".

"L'interlocuteur privilégié des élus locaux"

Le communiqué de Françoise Nyssen précise que Serge Kancel "sera l'interlocuteur privilégié des représentants des élus locaux et des professionnels des différents secteurs concernés (musique, théâtre, danse, cinéma, arts visuels, livre...). Il sera, en outre, chargé de mener une veille permanente sur la santé économique des festivals et sur leurs cycles de vie, ainsi que sur les phénomènes de concentration qui sont à l'œuvre, notamment dans le secteur de la musique, avec l'irruption d'investisseurs puissants, français ou étrangers".
Les analyses et les réflexions de Serge Kancel viendront alimenter et développer "les échanges et concertations dans le cadre du Conseil des collectivités territoriales pour le développement culturel (CCTDC), ainsi que les réflexions à venir quant aux conditions d’accompagnement des festivals par la puissance publique".

Une reprise après la crise, mais persistance d'une "forte incertitude budgétaire"

La nomination du référent intervient alors que la crise - relative - qu'ont connue les festivals en 2014-2015 (voir notre article ci-dessous du 19 mars 2015) semble aujourd'hui bien loin. Dans un rapport d'information remis en juillet 2017, Françoise Laborde, sénatrice (RDSE) de la Haute-Garonne, reconnaît certes que les festivals ont été confrontés, depuis 2014, à la convergence de plusieurs difficultés : crise des intermittents, baisse des subventions des collectivités, désaffection du public et surcoûts de sécurité après les attentats terroristes... (voir notre article ci-dessous du 13 juillet 2017).
Mais la sénatrice relève aussi un retour à une situation plus favorable, avec une hausse de la fréquentation de 15% durant l'année 2016. Elle souligne toutefois la persistance d'une "forte incertitude budgétaire", encore accrue par la réforme territoriale. Malgré ces incertitudes, la fréquentation des festivals a poursuivi sa progression en 2017.

Pour une meilleure coordination entre intervenants

Cette même année 2016, Pierre Cohen, ancien maire de Toulouse, rendait un rapport - plutôt décevant (voir notre article ci-dessous du 1er juillet 2016) - sur la situation des festivals. Sans évoquer la nomination d'un référent, il y soulignait néanmoins le besoin d'"une coordination des enjeux des festivals au sein des différentes instances de l'Etat". De son côté, Françoise Laborde évoquait la nécessité de mieux articuler les actions des différents niveaux de collectivités.
Une orientation qui pourrait finalement recevoir un début de mise en œuvre avec la nomination du référent, dont le communiqué de Françoise Nyssen fait "l'interlocuteur privilégié des représentants des élus locaux". Mais le contexte - et le poids de l'Etat en la matière - ne sont plus tout à fait les mêmes qu'il y a une dizaine d'années. En 2004, l'Etat subventionnait 342 festivals. En 2015, ils n'étaient plus que 170.

Investissement dans les hébergements touristiques

Revitaliser et conforter l’attractivité des centres-villes par la construction ou la rénovation d’hôtels et résidences touristiques.

Haut de page