Grand Cahors : une auberge de jeunesse aux lignes très contemporaines éclaire d'un jour nouveau la ville médiévale (46)

Publié le
par
Victor Rainaldi
dans

Développement économique

Tourisme, culture, loisirs

Aménagement et foncier

Logement

Environnement

Lot

Une auberge de jeunesse pour accroître ses capacités d’accueil et contribuer à développer l’attractivité d’un territoire. Cahors y a songé et a réalisé le centre d’hébergement et d’accueil international (Chai) sous la maîtrise d’ouvrage de la communauté d’agglomération. Ce projet a vu le jour dans le cadre d’un programme global de renouvellement urbain avec la volonté de créer la ville du XXIe siècle aux côtés de la cité médiévale.

Devenues quelque peu désuètes, les auberges de jeunesse se sont renouvelées dès les années 1990. Aux yeux du premier adjoint au maire de Cahors chargé de l’urbanisme, Michel Simon, elles constituent aujourd’hui "une solution adaptée au développement des capacités d’accueil et d’attractivité internationale du Grand Cahors (42.700 habitants)". Entre 2008 et 2016 l’office du tourisme cadurcien a enregistré une hausse de fréquentation de 38%. Mais le territoire manquait d’hébergements, tant en haut qu’en entrée de gamme. La ville a donc utilisé le foncier disponible entre la gare SNCF, la cité historique et le célèbre pont Valentré qui surplombe le Lot pour lancer un programme de multiplication et de diversification des capacités d’accueil.

Offrir des logements sur de courtes périodes pour les personnes en formation

Fleuron de ce programme, l’auberge de jeunesse ouverte en mai 2017 (lire encadré), s’inscrit dans une politique globale de développement du tourisme et d’attractivité du territoire. Appelée Chai pour centre d’hébergement et d’accueil international, elle côtoie un hôtel quatre étoiles sur un périmètre dans lequel d’autres programmes d’investissements sont en projet. La voirie, l’éclairage et les circulations y ont aussi été repensés. L’ensemble de ces aménagements répond à un cahier des charges mis en œuvre par l’architecte des bâtiments de France, intégré au PLU pour assurer la cohérence architecturale et la qualité environnementale de ce quartier. Celui-ci est en totale recomposition et concrétise l’ambition de "reconstruire la ville sur la ville" loin d’un étalement urbain coûteux en termes d’espace.

Construire le patrimoine cadurcien du XXIe siècle

"Le Chai est emblématique du renouveau urbain de la ville, de notre volonté de l’ouvrir sur l’extérieur et de construire son patrimoine du XXIe siècle", explique le premier adjoint. Outre la vocation traditionnelle de tourisme social assurée par les auberges de jeunesse, le nouveau centre d’hébergement a aussi été conçu pour d’autres fonctions. Il est équipé (voir encadré) pour accueillir des groupes d’étudiants, d’écoliers et de sportifs. Une convention a été récemment signée pour recevoir des classes d’œnotourisme et les personnes en formation à Cahors pour quelques jours trouveront au Chai un hébergement adapté. L’attractivité territoriale s’étoffe également par le géotourisme (Géopark du parc régional des Causses du Quercy) et les "spots natures" dont la clientèle utilise également ce centre d’hébergement.

Le Chai bénéficie d’un réseau international de réservation en ligne

L’élément fondamental dans la création et le fonctionnement du Chai, précise l’élu, est son affiliation à la Fédération unie des auberges de jeunesse (Fuaj). Membre d’Hostelling International, une organisation qui gère plus de 4.000 auberges de jeunesse dans le monde dont une centaine en France, la Fuaj fait bénéficier le Chai de son réseau international de réservation en ligne. Le nouveau centre d’hébergement va ainsi contribuer à conforter la connexion du territoire avec le reste du monde.

Financements et gestion du centre d’hébergement

Initié par la Ville à ses débuts, le projet est désormais porté par le Grand Cahors au titre de sa compétence sur le développement touristique et économique. Trois partenaires ont financé le Chai. Lauréate du pôle d’excellence rural sur l’attractivité touristique, la communauté a bénéficié d’aides consistantes de l’Etat. La région, qui a classé Cahors Grand Site Midi Pyrénées, a également fortement contribué au financement de même que l’Association nationale des chèques vacances dans le cadre de la fonction tourisme social du Chai. Ces aides ont représenté 50% du budget de 4,28 millions d’euros consacré à la conception et à la construction. Le solde a été financé par un emprunt de la communauté sur 20 ans. Quatre types de recettes couvrent cet emprunt : les impôts immobiliers redevables, la taxe de séjour, les futurs revenus tirés du parking en sous-sol du bâtiment et la location du Chai à la Fédération unies des auberges de jeunesse à un tarif social dans le cadre d’une convention sur 12 ans. La Fuaj en assure la gestion avec toute l’expérience dont elle dispose.

"La création du Chai n’a pas généré de difficultés particulières", souligne le Premier adjoint. "Nous avons pris les précautions utiles en inscrivant l’étude urbaine de la Plaine du Pal dans le PLU et en consultant l’ABF avant et pendant sa réalisation. Nous avons aussi veillé à faire correspondre le programme à l’identité du territoire et à ses besoins." Aujourd’hui, le Chai incarne la volonté de l’agglomération de se tourner vers la jeunesse et l’avenir.

Le Chai, un pont transparent entre passé et présent
Construit dans un style résolument contemporain à l’issue d’un concours d’architectes, le Chai est bâti sur un terrain de 1.000 m2 et comporte quatre niveaux. Au rez-de-chaussée sont installés l’accueil, les locaux administratifs et deux salles de classe. Les premier et deuxième étages sont destinés à l’hébergement avec 38 chambres et 92 lits. Le dernier étage est consacré à la restauration avec une terrasse panoramique qui offre une superbe vue sur le pont Valentré et ses trois tours édifiés au XIVe siècle. Les coteaux de Cahors et la cité médiévale complètent le paysage. Sur le plan technique, le Chai est aux normes de la RT 2012, sa chaudière à condensation est alimentée par le gaz de ville et le tri sélectif y est organisé (pour davantage d’informations consulter le dossier ci-dessous).

Contact(s)

Communauté d'agglomération du Grand Cahors

72, rue Wilson
46000 Cahors
05 65 20 88 99
Nombre d'habitants : 42700
Nombre de communes : 36
Nom de la commune la plus peuplée : Cahors (20000 hab.)

Michel Simon

Premier adjoint au maire chargé de l'urbanisme
ccoutard@grandcahors.fr
Haut de page