Morgan Boëdec / Victoires éditions

Gratuité des transports publics : la Fnaut dénonce une mesure contre-productive

Hostile à la gratuité pour tous des transports urbains, une idée qui revient en force avec le récent passage à l'acte d'une grande agglomération comme Dunkerque, la Fédération nationale des associations d'usagers des transports (Fnaut) a défendu ce 13 septembre son argumentaire et déconseille aux élus de se lancer.

Rendre gratuits les transports publics urbains ? C'est un par un que la Fédération nationale des associations d'usagers des transports (Fnaut) a déconstruit, ce 13 septembre lors de sa seconde conférence de presse de rentrée, les arguments avancés par les partisans de cette mesure "idéologique mais qui ne correspond pas à la demande sociale", certes "séduisante à court terme mais contre-productive à moyen terme". Et ce même, selon cette association, dans les petites agglomérations.

Peu coûteuse là où l'offre est médiocre

Instaurée "ces dernières années dans une trentaine d'agglomérations initialement de taille réduite (moins de 30.000 habitants), elle s'est étendue peu à peu à des agglomérations plus importantes comme Gap, Vitré, Compiègne, Châteauroux, Castres-Mazamet, Aubagne, Niort et dernièrement Dunkerque", resitue la Fnaut. Première observation : dans celles qui adoptent la gratuité pour tous et sur l'ensemble du réseau, l'offre de transports est jugée "très médiocre" par l'association d'usagers. Médiocre, c'est à dire "sans transport collectif en site propre (TCSP) et avec de faibles fréquences". L'offre de transports, peu coûteuse dans ce cas pour la collectivité locale, génère aussi de faibles recettes de billettique.

Un manque à gagner très variable

La Fnaut prend pour exemple la communauté urbaine de Dunkerque qui, après l'avoir expérimenté le week-end et les jours fériés, vient de faire un pas de plus en passant début septembre à la gratuité sept jours sur sept de son réseau de bus (voir notre article dans l'édition du 5 septembre). La perte sèche liée à l'abandon de ces recettes n'y est pas jugée insurmontable. Le manque à gagner y est de 4,5 millions d'euros par an. Pour la Fnaut, ce n'est guère représentatif car "le taux de couverture des coûts n'est que de 10% à Dunkerque". Ce qui rend effectivement la gratuité peu coûteuse à court terme. Mais ailleurs, un tel manque à gagner léserait beaucoup plus une collectivité. "Appliquée à Strasbourg ou Grenoble, la gratuité coûterait plus de 50 millions d'euros par an, 100 millions d'euros à Lille et trois milliards à Paris, "soit le montant des investissements en Île-de-France", estime l'association.

Pas d'ombre faite à l'automobile

La Fnaut reconnaît que la gratuité a une "bonne image de marque" et certains avantages comme le fait de faciliter le travail des conducteurs. Valables à court terme, ils le seraient moins à moyen terme. La hausse de la fréquentation est souvent mise en avant. Gare aux illusions, prévient la Fnaut, elle est souvent estimée, non mesurée et pour l'augmenter, mieux vaut améliorer l'offre, par exemple en musclant les fréquences, la vitesse commerciale, le confort à bord ou en revoyant les priorités de circulation.
L'utilité de la gratuité est aussi remise en cause dans la clientèle qu'elle attire : des captifs, des piétons, des cyclistes mais pas massivement des automobilistes (report modal). Par ailleurs, la corrélation entre le prix du billet et le niveau de fréquentation du réseau n'est pas certaine. L'exemple lyonnais est cité : les tarifs y sont au contraire élevés... et la fréquentation aussi. A l'inverse la fréquentation serait faible à Aubagne et Niort, du moins inférieure à la moyenne des villes de même taille.

Effets pervers et motifs d'abandon

Résumé en une phrase, le constat serait le suivant : "Malgré ses apparences séduisantes à court terme, la gratuité est une fausse bonne idée car, à moyen terme, ses effets pervers desservent les intérêts des usagers et de la collectivité". A l'heure où les moyens financiers des collectivités diminuent "alors que les besoins de transport public croissent", cette gratuité "monopolise les ressources nécessaires pour investir et renforcer l'offre". La Fnaut cite la réduction de l'offre à Niort et l'abandon d'investissements à Aubagne (tram-train) et Niort (BHNS). "A Toulouse et à Pau, les promesses électorales de gratuité des anciens maires socialistes n'ont pu être tenues", relate-t-elle. De grandes et petites villes ont aussi fini par l'abandonner en cours de route. Par exemple Bologne, en Italie, qui dispose d'un remarquable réseau de transport urbain et périurbain "qui n'aurait jamais vu le jour si la gratuité avait été pérennisée".

Gart et UTP hostiles à la gratuité
Comme la Fnaut, le Groupement des autorités responsables de transport (Gart) et l'Union des transports publics et ferroviaires (UTP) restent hostiles au principe de la gratuité. Ils ont rappelé leur position ce 12 septembre, à l'occasion de la présentation de la prochaine Journée du transport public qui se tient samedi. Pour Louis Nègre, président du Gart et maire de Cagnes-sur Mer (Alpes-Maritimes), il appartient à chaque élu de choisir, en vertu de la libre administration des collectivités. Mais "la gratuité revient à faire payer le contribuable à la place de l'usager", ce qui ne paraît pas "juste", estime-t-il. Il est préférable selon lui de développer les tarifications solidaires permettant aux personnes qui ont peu de moyens d'accéder facilement aux transports en commun. "Le budget transport est déjà le premier budget dans la plupart des agglomérations, souligne-t-il. Si on instaure la gratuité, il faut l'augmenter de 30%. Dans ce cas, soit on augmente les impôts pour compenser, soit on baisse les investissements, ce qui entraîne une dégradation du service." Frédéric Baverez, président du GIE Objectif transport public et vice-président de l'UTP soutient la même position. "La tarification est la compétence exclusive des autorités organisatrices. Mais l'UTP est contre la gratuité. Si on se prive de la ressource apportée par les usagers, on risque de dégrader le service et en plus on prend des parts modales au vélo ou à la marche, et non à la voiture." Anne Lenormand
Haut de page