Nord

Le Coeur d'Ostrevent bat au rythme du Mali

Développement économique

Tourisme, culture, loisirs

Engagée dans une coopération décentralisée avec la commune rurale de Sadiola au Mali, la communauté de communes Coeur d'Ostrevent (Nord) souhaite apporter son expérience pour la reconversion d'un site minier (reconversion économique, reconquête environnementale et lieu de mémoire).

Située dans l'ancien bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, la communauté de communes Coeur d'Ostrevent regroupe vingt et une communes et 73.000 habitants. En 2001, l'intercommunalité se lance dans un projet de coopération décentralisée avec une commune rurale du sud-ouest du Mali, Sadiola (regroupant 21.000 habitants sur un territoire de plus de 5.000 km2). Les deux collectivités se sont engagées dans cette démarche en raison de leur histoire commune liée à l'activité minière. La collectivité territoriale française, où l'exploitation du charbon est terminée depuis plus de vingt ans, peut apporter son expérience dans la revalorisation d'un site minier. "A Sadiola, deux principales mines d'or sont exploitées depuis 1995 et 2000, mais elles vont bientôt fermer. Même si le mode d'extraction industrielle est différent, nous partageons des problématiques communes", explique Héloïse Leclerc, chargée de mission référente de la coopération décentralisée avec Sadiola à la communauté de communes Coeur d'Ostrevent. En effet, l'industrialisation des mines d'or a eu des impacts environnementaux et socio-économiques importants. "Les élus maliens anticipent déjà l'après-mine. Les exploitants de la mine ont créé des fonds de financements, mais beaucoup reste à faire", souligne Héloïse Leclerc. "Même si la situation de nos deux territoires reste très différente, nous leur apporterons notre savoir-faire pour anticiper un lieu de mémoire." La communauté de communes réfléchit par ailleurs à des voyages au Mali pour des jeunes en difficulté autour d'un projet sur l'eau potable, tandis que des associations locales envisagent déjà des projets, notamment culturels, avec des jeunes de Sadiola.

 

Un "volontaire du progrès" séjournera à Sadiola pendant deux années

Accompagnée de l'Association des ressortissants de la commune de Sadiola en France (ARCSF) et de techniciens du Groupe de recherches et de réalisations sur le développement rural (GRDR, ONG basée à Montreuil et à Kayes au Mali), une délégation d'élus de Sadiola est venue dans le Nord-Pas-de-Calais en 2001. Au départ, ils se sont adressés au conseil régional. Mais, très vite, la communauté de communes Coeur d'Ostrevent a été intégrée et s'est investie dans ce projet de coopération. Jusqu'à la signature de la convention en septembre 2008, les échanges ont été fréquents entre les deux collectivités. En décembre 2006, un groupe d'élus et de techniciens de la communauté s'est rendu à Sadiola pour visiter la mine et rencontrer l'administration locale. En 2007, trois étudiants de l'université de Lille sont partis en mission d'un mois pour mener une étude approfondie du territoire et examiner les domaines de coopération envisageables (et mesurer les motivations des acteurs du Nord et du Sud). "La communauté de communes et le GRDR étaient leurs maîtres de stage et, avec le soutien du conseil régional, leur voyage a été co-financé. Grâce à leur diagnostic territorial, nous avons posé les jalons de notre projet de coopération", indique Héloïse Leclerc. En 2009, un "volontaire du progrès" (jeune habitant du Nord sélectionné par l'AFVP, l'Association française des volontaires du progrès) sera envoyé à Sadiola pendant deux ans pour prendre contact avec le terrain, approfondir les études déjà menées et proposer quelques recommandations sur la gestion de l'après-mine. Pour financer ce recrutement et les salaires des techniciens impliqués dans le projet (40.000 euros), la communauté de communes a répondu à un appel à projets du ministère des Affaires étrangères et européennes. L'AFVP assurera une formation au volontaire du progrès avant son départ et une délégation l'accompagnera sur place pendant quelques jours. "Ce n'est pas une mission humanitaire, mais une véritable coopération qui s'engage avec une réelle notion d'échange", conclut Héloïse Leclerc.

 

Laura Henimann / PCA, pour la rubrique Expériences des sites Mairie-conseils et Localtis

Contact(s)

Communauté de communes Coeur d'Ostrevent

Avenue du Bois
59287 Lewarde
03 27 71 37 37
03 27 71 37 38
www.cc-coeurdostrevent.fr/

Héloïse Leclerc

Chargée de mission référente sur le projet de coopération décentralisée avec Sadiola
hleclerc@cc-coeurdostrevent.fr
Haut de page