Les associations en 2020-2021 : le chômage partiel et les collectivités ont amorti le choc

1,4 à 1,5 million d’associations sont actives en France et quelque 65.000 nouvelles associations ont vu le jour entre juillet 2020 et juin 2021. Aux côtés des 12,5 millions de bénévoles, 1,8 million de salariés sont employés dans 10% du total des associations. Dans sa dernière étude sur "la France associative en mouvement", l’association Recherches & Solidarités propose des chiffres récents et des analyses détaillées, relayant les inquiétudes des dirigeants associatifs en cette période d’incertitude mais décrivant également une situation moins "sombre" que ce qui aurait pu advenir, grâce notamment aux amortisseurs joués par le chômage partiel et les aides des collectivités territoriales. 

L’association Recherches & Solidarités (R&S) vient de publier la dix-neuvième édition de son panorama intitulé "La France associative en mouvement". Pour l’année 2020 particulièrement mouvementée et la première moitié de 2021, R&S comptabilise 65.200 créations d’associations, sur un total estimé entre 1,4 et 1,5 million d’associations actives. 

Créations d’associations : la culture et le sport en tête  

"Le contexte de crise sanitaire a rompu la saisonnalité et a maintenu le niveau des créations aux alentours de 16.000 par trimestre", selon le réseau d’experts qui observe que, après un net repli au deuxième trimestre 2020, le rebond du troisième trimestre a été suivi de stabilité. Des associations se créent dans une diversité de domaines et en premier lieu dans la culture (23% des créations) et le sport (15%). Des spécificités territoriales sont mises en avant : davantage d’associations culturelles (plus de 26,5% de l’ensemble) voient le jour à Paris, en Martinique, en Lozère, en Charente-Maritime, dans le Finistère et le Gers, tandis que les créations d’associations sportives sont sur-représentées (plus de 25%) en Haute-Saône, en Haute-Marne, dans le Pas-de-Calais, dans le Territoire de Belfort et en Corse. Autre particularité : "La Creuse et l’Orne se détachent nettement des autres départements par une proportion d’associations de protection de l’environnement, nettement supérieure à la moyenne nationale de 5,8% (respectivement de 15,3% et 10%)." 

152.700 associations emploient 1,8 million de salariés 

Concernant les ressources humaines des associations, R&S recense 12,5 millions de bénévoles, 132.000 volontaires en service civique et 1,8 million de salariés dont 1 million dans le secteur sanitaire et social. Un chapitre est dédié au bénévolat et au volontariat, et un autre à l’emploi dans les associations. Parmi les 152.700 associations employeuses en 2020, 78.200 (soit 51% du total) ont moins de trois salariés et 7.880 (soit 5% du total) en ont plus de 50. Ces salariés associatifs représentent 9% de l’ensemble des salariés du secteur privé ; 70% d’entre eux sont des femmes, contre 45% dans l’ensemble du privé. 

Effet Covid : "Le tableau n’est pas aussi sombre qu’on aurait pu le craindre"

Une analyse détaillée des effets de la crise sanitaire est proposée, sur la base d’un suivi conjoncturel et des trois "enquêtes Covid" initiées par le Mouvement associatif et réalisées par R&S en lien avec le Réseau national des maisons des associations et la direction de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative du ministère de l’Éducation nationale (voir nos articles d’avril 2020  et de juin 2021). R&S souligne le "rôle d’amortisseur" joué par les mesures de chômage partiel et le soutien des collectivités, "de telle sorte que le rebond, plus fort dans les associations que dans le privé, a permis de dépasser de 2%, avant l’été 2021, le niveau d’emploi observé avant la crise". 
À partir des "témoignages de milliers de dirigeants", R&S relaie toutefois les nombreux questionnements en cette rentrée : "Comment (re)mobiliser les bénévoles ? Organiser les équipes ? Faire revenir les adhérents ? Sécuriser les financements pour 2022 ?" À partir d’une autre enquête conduite auprès de bénévoles, R&S met également l’accent sur la "percée du télébénévolat". Et conclut sur un appel à ne pas perdre de vue la diversité des situations, "avec des secteurs en souffrance et des associations à bout de souffle", même si globalement "le tableau n’est pas aussi sombre qu’on aurait pu le craindre".

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle