Les universités assurent bien l'essentiel de leur enseignement à distance

Le passage à un enseignement à distance dans les universités a permis de réduire considérablement les déplacements des étudiants. Un certain de nombre de services leur restent toutefois ouverts et le gouvernement demeure attentif face à la situation sociale de nombreux d'entre eux.

La fréquentation des campus universitaires est actuellement limitée à 5 à 10% de la fréquentation habituelle. C'est ce qu'a indiqué Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, dans une communication au conseil des ministres relative à l’adaptation de l’enseignement supérieur à la crise sanitaire le 10 novembre 2020.
À la différence des établissements d'enseignement primaires et secondaires, les établissements d'enseignement supérieur ont fait l'objet d'une circulaire ministérielle du 30 octobre fixant pour règle le télé-enseignement : "L’ensemble des enseignements est délivré à distance, sauf exceptions, et le télétravail est la règle, à moins que les activités ne puissent être efficacement effectuées à distance." Une disposition qui concerne tant les formations initiales que continues. Malgré cette règle du distanciel, les universités demeurent ouvertes et les activités de recherche sont maintenues lorsqu'elles ne peuvent se réaliser à distance.
Par ailleurs, 80 bibliothèques universitaires sur 90 sont ouvertes et restent accessibles sur rendez-vous. Et pour lutter contre le décrochage numérique et pédagogique, des salles équipées en matériel informatique et connexion internet demeurent également accessibles aux étudiants qui en ont besoin, toujours sur rendez-vous. Les services de santé sont, eux aussi, accessibles.

Niveau de sollicitation "élevé"

D'un point de vue pratique toujours, et afin de minimiser les déplacements, les établissements ont regroupé sur une période réduite de la semaine les séances d’enseignement présentielles devant être suivies par un même étudiant.
Dans sa communication, Frédérique Vidal ajoute qu'"à l’issue d’une rentrée en septembre qui a permis le retour de l’ensemble des étudiants, plusieurs mesures favorisant l’enseignement à distance ont été prises". Ainsi, dans le cadre du plan de relance, une enveloppe de 35 millions d'euros est dédiée, en complément des 21 millions débloqués l'été dernier par le gouvernement, à financer des projets de développement numérique portés par les universités. En outre, une plateforme a été mise en place pour faciliter le partage des ressources pédagogiques numériques élaborées dans les établissements.
Alors que "le niveau de sollicitation par les étudiants demeure élevé et soutenu", le gouvernement indique travailler avec les établissements de l’enseignement supérieur à accompagner ceux qui en ont le plus besoin, notamment sur le plan social. Une revalorisation des bourses sur critères sociaux et la mise en œuvre d’une aide exceptionnelle de 150 euros a été annoncée par le président de la République le 14 octobre dernier.