Localtis

L'Ile-de-France engage l'acte I de son plan de relance

La présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, a présenté, jeudi 28 mai, l'acte I de son plan de relance qui se monte à 1,3 milliard d'euros, dont 506 millions d'euros dès cette année en soutien aux TPE et PME.

1,3 milliard d'euros, dont 698 millions d'euros de redéploiement et 592 millions de crédits supplémentaires. C'est le montant de l'acte I du plan de relance de la région Ile-de-France, présenté le 28 mai 2020. Ce premier acte sera débattu en séance plénière le 11 juin. Il sera suivi à la rentrée d'un acte II déjà qualifié de "très ambitieux" par la région.
La crise pourrait faire perdre près d'un milliard d'euros à la collectivité entre 2020 et 2022 et elle compte bien demander à l'Etat de garantir ses recettes à leur niveau de 2019 (un sujet de friction entre l'Etat et les régions qui attendent de savoir à quelle hauteur elles seront compensées). Mais malgré cette baisse, et grâce aux "marges de manœuvres dégagées chaque année depuis quatre ans", et à "l'agilité de l'administration régionale", le conseil régional a décidé de démarrer la relance, sans attendre le plan de relance national, qui sera présenté à la rentrée.
Ce premier acte de la relance est organisé en quatre axes, dont le plus important, qui pèse pour 640 millions d'euros, concerne l'activité économique et l'innovation. 506 millions sont ainsi consacrés au soutien des TPE et PME pour les aider à surmonter la crise à travers des outils tels que les prêts rebond à taux zéro (de 10.000 à 300.000 euros sur sept ans avec deux ans de différé) ou le fonds de résilience destiné aux indépendants, libéraux et structures de moins de 20 salariés. Côté innovation et relocalisation, 24 millions d'euros d'aide permettront de renforcer le chèque numérique (1.500 euros pour les artisans et commerçants, 10.000 euros pour les places de marché numériques communales) et de développer le PM'UP Covid-19 pour transformer les outils de production franciliens et sécuriser les approvisionnements stratégiques régionaux. Dix dossiers ont déjà été validés dans le cadre de ce dispositif, et 115 sont en cours d'analyse. Un soutien aux filières stratégiques, parmi lesquelles l'agriculture, les industries de santé, l'automobile, l'aéronautique, la construction durable, le numérique, est prévu à hauteur de 75 millions d'euros.
 

238 millions d'euros en 2020 pour les transports et l'écologie

La culture et le tourisme ne sont pas en reste, bénéficiant respectivement de 20 et 15 millions.
Autre grand axe :  la lutte contre le chômage et l'accélération du retour à l'emploi. Cet axe est doté de 230 millions d'euros, dont 85 millions pour le pacte régional d'investissement dans les compétences, pour notamment orienter vers les secteurs en tension et d'avenir (bâtiments, travaux publics, sécurité, sanitaire et social, numérique, agriculture-environnement) et vers les métiers qui recrutent (une aide de 1.000 euros supplémentaire est prévue pour les chômeurs les plus éloignés de l'emploi qui se forment à ces métiers) et moderniser l'offre de formation.
190 millions d'euros seront également consacrés au pouvoir d'achat, à la santé, à la solidarité et à la lutte contre les fractures sociales. Ce troisième axe du plan comporte ainsi un volet de 97 millions pour le pouvoir d'achat des lycéens et des familles (aide de 60 euros pour les lycéens boursier demi-pensionnaires du public et du privé qui n'ont pas eu accès à la cantine pendant le confinement, un ordinateur ou une tablette gratuite à chaque lycéen du public à son entrée en seconde à la rentrée 2020…), 50 millions pour la santé, les soignants et la recherche (jusqu'à 5.000 euros par praticien pour l'achat de chariots de télémédecine, matériel de protection et d'hygiène, location de véhicule) et 15 millions pour une politique du logement plus solidaire dont 4,7 millions d'euros pour le lancement de la garantie immobilière solidaire. Un dispositif qui s'adresse aux primo accédants particuliers et professionnels pour un achat francilien dans la limite d'un montant de 320.000 euros.
Enfin, le dernier axe du plan concerne la relance écologique et les transports avec 238 millions d'euros dès 2020, dont 30 millions d'euros pour les transports innovants et écologiques. L'Ile-de-France compte notamment s'engager dans le financement du "RER Vélo" à 60% (soit 300 millions d'euros à terme).

 

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Haut de page