Hérault

Pôle d'excellence rurale oenotouristique au pays de Lunel

Développement économique

Tourisme, culture, loisirs

Organisation territoriale, élus et institutions

Le coup d'envoi d'une démarche œnotouristique par la communauté de communes du pays de Lunel (Hérault), en décembre 2006, est l'heureux résultat du croisement de politiques de développement, de la commune, de la communauté et de l'Etat.

La communauté de communes du pays de Lunel, à mi-chemin entre Nîmes et Montpellier, rassemble 46.000 habitants et treize communes. En février 2002, les élus de l'une des communes de la communauté, Saint-Christol, se mettent d'accord sur les bases d'un projet de développement appelé "Saint-Christol demain", dont le vin est le pivot : sur les mille hectares de la commune, sept cents concernent le vin, avec quatre propriétés privées, une cave coopérative et une tradition remontant aux Grecs et aux Romains !
Parallèlement, la communauté du pays de Lunel, qui possède deux appellations AOC (appellation d'origine contrôlée) de vigne et cépage, Coteaux du Languedoc et Muscat de Lunel, élabore un schéma de cohérence territorial (Scot). Le croisement de la réflexion locale de Saint-Christol et de celle de la communauté débouche en 2004 sur l'idée d'un projet œnotouristique. Enfin, en 2006, ce projet trouve sa place dans le cadre des pôles d'excellence rurale proposés par l'Etat.

Le vin au cœur d'un projet de développement

Le concept œnotouristique provient d'un rapport du sénateur Dubreuil qui affirme l'intérêt de la viniculture comme levier de projets culturels et souligne le retard de l'Europe en la matière, comparativement aux Etats-Unis par exemple. "Ce rapport est devenu le livre de chevet des élus, explique Jean-Luc Bergeon, maire de Saint-Christol et vice-président de la communauté. En considérant le vin comme un produit culturel, on dépasse le simple aspect de consommation en y adjoignant tout ce qui lui est périphérique : environnement, fabrication, garde, achat, dégustation, gastronomie, restauration... L'intérêt de notre territoire, entre Cévennes et Méditerranée, entre les deux "ville-centre" que sont Nîmes et Montpellier, est de produire un vin de qualité, encore méconnu mais en devenir, avec une grande diversité de production. Le vin peut être au cœur d'un projet de développement en utilisant par ailleurs toutes les ressources du territoire, y compris l'hébergement et la restauration."

Le pôle d'excellence rurale s'appuie sur l'histoire, le patrimoine, l'œnologie, les activités de pleine nature et des activités typiquement camarguaises comme les courses de taureaux. L'objectif est d'organiser les offres touristiques afin que le territoire devienne un territoire de séjour et non seulement de passage. Pour ce faire, la première cible visée est le million d'habitants des deux villes qui bordent la communauté. Une enquête a en effet révélé que ces urbains ne connaissent pas le territoire de la communauté, mais qu'ils pourraient en devenir des ambassadeurs privilégiés.

La première tâche pour la collectivité a été de convaincre tous les protagonistes du projet, à commencer par les producteurs de vins. Selon Jean-Luc Bergeon, 80% des producteurs sont aujourd'hui mobilisés. Le projet est pensé en étoile : l'idée est d'implanter le site œnotouristique de deux hectares à Saint-Christol, puis de faire rayonner diverses activités sur des prestataires alentours. Le terrain, acheté par l'intercommunalité, était en cours de viabilisation à la fin 2007. Après le recrutement d'un programmiste début 2008, un concours d'architectes sera organisé et les travaux devraient débuter fin 2008. En parallèle, une politique œnotouristique se met en place. Ainsi, en 2007 s'est déroulé pour la seconde fois l'événement "perle du terroir" accueilli par une commune de la communauté, différente chaque année. Cette manifestation vise à faire la promotion du terroir, par exemple en remettant à l'honneur pendant une journée les vendanges à l'ancienne ou en organisant des visites de caveaux avec la participation d'œnologues.

L'interaction privé-public est privilégiée

Le budget d'investissement du projet s'élève à quatre millions d'euros, financés par l'Etat (un million), les entreprises privées (un million), la communauté de communes (un million), le conseil régional Languedoc Roussillon (500.000 euros) et le conseil général de l'Hérault (500.000 euros). L'interaction privé-public est privilégiée dans la mise en œuvre du projet. La collectivité met en place les moyens d'une dynamique économique, fait la promotion du territoire, lance des initiatives, les forces privées apportent leurs différents savoir-faire. La création d'emplois sur le site est laissée à l'initiative des entreprises privées locales. Ainsi, l'Office de tourisme prendra le statut d'Epic (établissement public à caractère industriel et commercial) afin de pouvoir vendre des produits. De même, concernant l'hébergement, le développement des chambres d'hôtes et des gîtes est laissé à l'initiative des habitants.

"Notre chance, estime Jean-Luc Bergeon, est d'avoir un président et des élus convaincus et soudés. L'échelle intercommunale est très importante : elle permet d'apporter des réponses et une puissance d'intervention que n'a pas une commune comme Saint-Christol avec ses 1.350 habitants. Par ailleurs, pour postuler à un pôle d'excellence rurale, il faut d'abord réfléchir à un projet de développement qui corresponde au territoire. De par sa situation, la communauté du pays de Lunel a vocation à être un espace de respiration entre deux métropoles et peut répondre aux attentes des urbains en termes de nature, de loisirs et de liberté..."


Nathalie Froissart, pour la rubrique Expériences des sites Mairie-conseils et Localtis

Contact(s)

Communauté de communes du Pays de Lunel

386 avenue des Abrivades - BP 229
344001cedex Lunel
04 67 83 87 00
04 67 83 55 23
infos@cc-pays-lunel.fr
Nombre d'habitants : 41322
Nombre de communes : 13

Jean-Luc Bergeon

Président de la régie d'emploi et de services du pays de Lunel, maire de Saint-Christol
jlbergeon@yahoo.fr
Haut de page