Localtis

Stratégie de lutte contre la pauvreté : le Nord a ouvert sa première "maison de l'insertion"

Publié le
par
Jean-Noël Escudié / P2C pour Localtis
dans

Social

Emploi

Nord

Premier département, avec le Bas-Rhin, à avoir signé avec l'État une convention d'appui à la lutte contre la pauvreté et d'accès à l'emploi (voir notre article ci-dessous du 9 janvier 2019), le Nord a également inauguré, le 12 mars, sa première "maison de l'insertion", en présence de Christelle Dubos, la secrétaire d'État auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé. Cette première maison est située à Roubaix et six autres devraient ouvrir dans le courant de 2019. Ce déploiement doit permettre au Nord de réaliser son objectif de passer sous le seuil des 100.000 allocataires du RSA à la fin de 2019 (contre environ 110.000 aujourd'hui).

La création de ces maisons s'appuie sur une expérimentation menée depuis 2017 à la maison départementale insertion et emploi (MDIE) de Lille. Ces nouvelles structures doivent favoriser une prise en charge plus rapide des allocataires, qui seront désormais reçus, dans le mois suivant leur demande de RSA, par un chargé d'orientation. Selon le diagnostic posé, celui-ci pourra alors orienter l'allocataire vers un "coach emploi", chargé d'assurer "un accompagnement intensif et personnalisé". Ces coaches travaillent en étroite collaboration avec les "plateformes départementales pour l'emploi" (huit plateformes mises en place par le département en juin 2018), qui recensent et transmettent notamment des offres d'emploi dédiées spécialement aux allocataires.

Lors de l'inauguration de la maison de Roubaix, Jean-René Lecerf, le président du conseil départemental, a indiqué que "l'État et le département investiront près de 50 millions d'euros (25 millions chacun) pour offrir des perspectives durables d'insertion aux allocataires du RSA". Dans son communiqué du 12 mars, Christelle Dubos s'en tient plutôt au périmètre de la contractualisation et explique que le Nord, "territoire démonstrateur de la stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté", bénéficie, au titre de la contractualisation, "d'un soutien de l'État de 4,2 millions d'euros, dont 2,2 millions dédiés à l'insertion des allocataires du RSA".

La création des maisons de l'insertion se situe dans le droit fil de la politique d'insertion promue depuis 2015 (voir notre article de février 2016) par le président du conseil départemental du Nord, mettant en avant la nécessité d'un "accompagnement global" et insistant notamment sur la nécessité d'une meilleure coopération entre les services du département et Pôle emploi.

Haut de page