Ile-de-France

Valérie Liquet

Grand Paris - Trente ans après "Banlieue 89", Roland Castro remet le couvert

Logement

Tourisme, culture, loisirs

Aménagement et foncier

Cohésion des territoires

"Inventer un nouveau modèle de Métropole mondiale". Telle est la mission confiée par Emmanuel Macron à l'architecte Roland Castro, Grand Prix d'urbanisme 2004, dans une lettre dont Localtis a eu copie. Roland Castro a jusqu'au 31 juillet pour proposer "un nouveau modèle de métropole durable, connectée, attractive, solidaire et rayonnante", qui devra en même temps "nourrir la réflexion en cours sur l'évolution institutionnelle du Grand Paris qui sera présentée à l'automne 2018".
Placé auprès du ministère de la Cohésion des territoires, l'architecte bénéficie du concours du préfet de région Ile-de-France. Il doit aussi "coconstruire" sa réflexion "avec l'ensemble des acteurs territoriaux concernés, et au premier rang les élus locaux".
Emmanuel Macron a indiqué les "quatre ambitions fortes" qui doivent "traduire notre vision de la ville : une ville belle, une ville nature, une ville inclusive". Première ambition : "en faire un lieu de croissance, d'innovation et de création". Deuxième ambition : "garantir pour chacun une égalité de destin". La troisième est de "mettre fin à la segmentation urbaine et sociale au profit d'une cohésion renforcée". Et enfin la quatrième : "faire des lieux où l'on habite, travaille, va à l'école".
Emmanuel Macron n'attend pas de longs discours sur "l'urbanité de demain". Il veut de Roland Castro un rapport en deux parties : en premier lieu, une synthèse des principaux enjeux métropolitains du Grand Paris ; en second lieu : "les modalités de la fabrique métropolitaine du Grand Paris, notamment l'articulation entre la réflexion urbaine et la construction des grands projets d'aménagement". Roland Castro a confié à l'AFP des sites qui, déjà, lui semblent intéressants : ceux des Jeux olympiques de 2024, le port autonome de Paris, Rungis, le "grand périph' qu'est l'A86 (qui encercle l'Ile-de-France) qui doit cesser d'être une barrière"...
Mais l'idée n'est pas de lui demander d'édifier un "projet unique" pour le Grand Paris. A lire sa lettre de mission, l'architecte doit plutôt réfléchir aux "moyens de le construire (le projet), autour d'une vision partagée" et "montrer qu'on peut faire converger les visions et les stratégies de tous les acteurs qui concourent à la dynamique métropolitaine". "Convergence des visions" qui s'exprimeraient dans la future "fabrique métropolitaine" à inventer.

 

ROLAND CASTRO EN 6 DATES

Figure de mai 1968, Roland Castro est nommé en 1983, par le président de la République François Mitterrand, chargé de mission auprès du Premier ministre pour "Banlieue 89". Trois ans plus tard, il est nommé "délégué à la Rénovation des Banlieues". Il préfère d'ailleurs le terme de "remodelage" à "rénovation" et aime à dire que dans tous les quartiers sur lesquels il est intervenu, il n’y a pas eu d’émeutes en 2005.
En 2007, il est lauréat de la consultation internationale sur le Grand Paris, lancée par Nicolas Sarkozy. C'est de là que découlent ses réflexions sous la forme des "Chemins de l’Urbanité" dont le plus emblématique est la tour qui se construit à Aubervilliers, "Habiter le ciel", un village vertical avec des jardins partagés à tous les quatre étages. Son Grand Paris à lui est "multipolaire", il s'inscrit "dans un territoire vingt fois plus grand que Paris". "Cette vision de Paris en Grand, intense et agreste, autarcique énergétiquement est le fil conducteur de sa vie". Il est missionné en juin 2018 par Emmanuel Macron pour "Inventer un nouveau modèle de Métropole mondiale".
 

Revitaliser les centres villes et centres bourgs

Un dispositif unique pour accompagner les villes moyennes dans leur programme de revitalisation des centres villes, depuis le conseil en amont jusqu'au suivi de projet.

Haut de page