Une communauté de communes aide les maires à gérer l'ouverture des plages

Publié le
dans

Environnement

Energie

Pyrénées-Atlantiques

La côte basque est renommée pour la qualité de ses plages. Pour maintenir ce bon niveau, la communauté de communes Sud Pays Basque a mis en place des outils d'aide à la décision à l’intention des maires des communes membres qui gèrent des plages. Ce sont eux qui, en dernier ressort, décident de les ouvrir ou de fermer celles victimes de pollution bactériologique.

En matière de qualité des eaux de baignade rien n'est laissé au hasard. Des contrôles sont effectués régulièrement par l'Agence régionales de santé qui vérifie que les taux de polluants restent en-dessous des normes fixées par l'Europe. Pour assumer les responsabilités qui lui reviennent, la communauté de communes Sud Pays Basque (CCSPB, 12 communes, 61.000 habitants), a engagé un programme volontariste d'investissement dans les systèmes d'assainissement. Entre 2006 et 2011, ce sont 49 millions d'euros qui ont été investis, puis 22 millions d'euros en 2011-2012, et au-delà une ligne budgétaire de 12 millions a été votée. Ces investissements lourds vont permettre à l’intercommunalité de se conformer aux normes, beaucoup plus exigeantes, qui entreront en vigueur dès la saison estivale 2013. Pourtant, ces réalisations ne mettent pas complètement à l’abri de tous les risques. Sur les douze communes de la CCSPB, cinq gèrent des plages. Ce sont les maires qui décident de la fermeture des plages lorsqu'une pollution des eaux est détectée. Notamment, par temps de pluie, lorsque les pollutions peuvent provenir des rivières qui traversent les bassins versants.

Profil de vulnérabilité et autres outils d'aide à la décision

C’est pour aider les élus communaux à prendre une décision dans ces situations, que la communauté de communes a mis en place des outils d’alerte. Le premier d'entre eux, opérationnel depuis 2011, définit le profil de vulnérabilité de toutes les plages. Compte tenu des équipements et des réseaux existant sur une plage donnée, les techniciens savent à partir de quel niveau de précipitations il faut s'inquiéter de la qualité de l'eau. Lorsque la cote d'alerte est franchie, des analyses sont immédiatement effectuées, et le maire dispose des éléments nécessaires pour décider, ou non, de la fermeture des plages. L'autre outil, complémentaire du premier, est la télésurveillance des réseaux : si un accident de produit, le poste de contrôle de la communauté de communes en est informé en temps réel, et sur le terrain les maires savent quelle quantité d'eau non traitée s'est répandue dans le milieu naturel. Albert Larrousset, vice-président de la communauté de commune en charge de l'assainissement, insiste sur la complémentarité de tous ces dispositifs : "Ces différents programmes ont été contractualisés avec nos financeurs que sont l'agence de l'eau, la région et le département. Le principe étant que les installations d'assainissement et les mécanismes d'alerte nous permettent de garantir la qualité des eaux de baignade en limitant les périodes de fermeture des plages. Sur la côte basque elles ne dépassent pas 5% du temps."

Apprendre à gérer le risque

Les travaux effectués pour renforcer le système d'assainissement côtier ne règlent pas le problème en amont des bassins versants. Pour éliminer complètement les risques de pollution il faudrait construire d'énormes bassins de rétention, ce qui paraît disproportionné au regard du nombre de jours de fermeture des plages. La communauté de communes Sud Pays Basque cherche néanmoins des solutions à différentes échelles. Constatant que les déjections des animaux sont grandement responsables des pollutions bactériologiques, elle s'est lancée, dès 2010, dans un diagnostic des fermes implantées sur ses bassins versants afin d'éviter que les animaux ne boivent dans les rivières. Ce n'est évidemment pas simple, car ces nouvelles contraintes ne rapportent rien au monde agricole.
Au même moment, le département a engagé un projet "Interreg" avec l'Espagne visant à créer un modèle informatique qui simule la manière dont réagissent les rivières par temps sec et en période d'orages. Ce qui permet désormais de prévoir la dissolution des pollutions.

Luc Blanchard, Studio Graph, pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info.

 

Communauté de communes Sud Pays Basque

Nombre d'habitants :

64863

Nombre de communes :

12
5-7 rue Putillenea
64122 Urrugne

Albert Larrousset

Vice-président en charge de l'assainissement
Haut de page