Isère

Déplacements domicile-travail : Echirolles (38) offre des vélos à ses agents

Pour convaincre ses agents que la voiture n'est pas toujours indispensable pour se rendre à leur travail, la ville met gracieusement à leur disposition des vélos de fonction. C'est l'une des mesures phares de son nouveau plan de déplacements d'entreprise.
Image Mairie conseils

"Et si vous veniez travailler en train, en tram ou en vélo plutôt qu'en voiture ?" C'est le pari que lance la ville d'Echirolles, dans la banlieue grenobloise, à ses 900 agents, sachant que 70% d'entre eux ont l'habitude de prendre la voiture. Pour promouvoir ce changement dans les déplacements domicile-travail et professionnels de son personnel, le conseil municipal a adopté à l'unanimité un plan de déplacements d'entreprise (PDE), le 19 décembre 2002. Une démarche en lien avec la future implantation de l'hôtel de ville, effective fin 2005, et qui sera à cinq minutes à pied de la nouvelle gare d'Echirolles.
"Le PDE est l'une des déclinaisons de la politique de développement durable menée par la ville d'Echirolles engagée dans un Agenda 21", rappelle Michèle Prince-Clavel, adjointe au maire en charge de l'environnement, des transports et du personnel. Objectif premier : faire baisser la pression automobile, source majeure de pollution atmosphérique à laquelle la cuvette grenobloise est particulièrement exposée.
"Les bénéfices de cette démarche concernent aussi directement les agents, en terme d'économies financières, de limitation des accidents de la route, d'une meilleure qualité de vie", souligne Michel Gilbert, chargé de mission aux déplacements alternatifs. "En venant à vélo ou en tram, les agents arrivent parfois moins fatigués et moins stressés que s'ils étaient restés coincés dans les bouchons, cela s'en ressent sur leur travail", ajoute-t-il.

Prise en charge de 50% de l'abonnement transport

Une enquête réalisée en juin 2002 auprès de 203 employés municipaux a montré qu'une partie d'entre eux étaient prêts à utiliser un autre mode de déplacement que la voiture. D'autant que 61% des agents habitent Echirolles, dans un rayon de moins de 3 km de leur lieu de travail. Avec son PDE, la municipalité a donc lancé depuis le printemps dernier une batterie de mesures incitatives pour aider les agents à laisser leur voiture au garage. "L'objectif est aussi de lutter contre l'utilisation abusive des véhicules municipaux de service, confie Michel Gilbert, sachant que 6% des agents s'en servent aujourd'hui pour leurs déplacements domicile-travail."
Premier volet, les transports en commun, avec la prise en charge par la ville de 50% des abonnements annuels de transport public (bus, tram, TER). Une politique particulièrement volontariste quand on sait que, contrairement à la région parisienne, les employeurs en province ne sont aucunement tenus de participer au remboursement des frais de transport public de leurs salariés. La municipalité étudie par ailleurs le projet d'une nouvelle ligne de bus dans les quartiers ouest pour améliorer encore la desserte urbaine. Elle espère faire ainsi passer le pourcentage des usagers de transports en commun parmi son personnel de 12 à 18% en trois ans. Mais pour l'instant, seuls 33 agents ont demandé à bénéficier de cette mesure. "Nous n'avons pas encore fait le plein", reconnaît Michel Gilbert.

90 vélos de fonction et de service commandés

Second volet, le vélo, avec la mise à disposition gracieuse de vélos de fonction pour les agents qui s'engagent à l'utiliser comme mode de transport principal pour leur trajet domicile-travail si la météo le permet (ils peuvent, du coup, en disposer librement le week-end). Une initiative récompensée par un Vélo d'Or en septembre dernier au Salon international du cycle à Paris.
La proposition a fait mouche. Plus de 80 agents ont déjà fait la demande. Sept à huit vélos de service seront également disponibles pour les déplacements professionnels durant la journée. "Cela devrait permettre de dépasser l'objectif affiché de 9% d'usagers du vélo en 2005, contre 6% en 2002", se réjouit Michel Gilbert. Une politique facilitée par le fait qu'il existe déjà sur l'agglomération grenobloise un bon réseau de pistes cyclables qui devrait encore doubler d'ici 2005 pour atteindre une quarantaine de kilomètres.
Trente-trois cycles neufs ont déjà été attribués, les autres seront livrés d'ici la fin 2003-début 2004. Robustes, ils sont équipés de garde-boue, panier, antivol et dispositif d'éclairage. En prime, les agents cyclistes reçoivent un kit sécurité avec casque, poncho contre la pluie, bombe anti-crevaison et brassard fluorescent. Des pompes sont mises à disposition dans les services. Parallèlement, la mairie équipe progressivement les services décentralisés de places de stationnement pour les cycles. L'entretien des vélos sera assuré en interne par les ateliers municipaux.

Accueil café-croissant pour les "alternatifs"

Le covoiturage n'a pas été oublié. La municipalité a signé en septembre une convention avec l'association grenobloise Stop-Plus, lui confiant la mise en œuvre et la gestion de la base de données des offres et demandes de covoiturage afin de faciliter la formation des équipages. Il est prévu d'intégrer le dispositif sur le site internet de la ville.
Pour faire passer le message auprès des agents, la mise en place des mesures du PDE s'est accompagnée de toute une série d'actions de communication interne. En utilisant les canaux d'information classiques : notes aux chefs de service, articles dans les journaux interne et externe, et dans la presse locale avec des témoignages de nouveaux convertis au vélo ou au transports en commun,  plaquette PDE distribuée à tous les agents fin septembre présentant trois cas concrets de trajets domicile-travail avec une comparaison coût et temps de déplacement selon le mode de transport utilisé.
En montant aussi des animations ponctuelles au cours de l'année : stand covoiturage lors des vœux du maire (janvier), lors de la journée PDE (le 14 février) et lors de la semaine de mobilité (septembre), accueil café-croissant pour tous les agents qui venaient sans voiture le 22 septembre (journée nationale En ville sans ma voiture), opération éclairage des vélos organisée, à partir de 2004, au moment du passage à l'heure d'hiver.
Rendez-vous est pris en 2005 pour voir si les agents auront relevé le pari du "sans voiture".

Emmanuelle Yohana / EVS Conseil pour Localtis

Changer les comportements de déplacements quotidiens grâce au "marketing individualisé"

Michel Gilbert est chargé de mission aux déplacements alternatifs à la ville d'Echirolles.

L'expérience de la ville voisine de Grenoble, pionnière en matière de plan de déplacements d'entreprise (PDE) pour ses agents, vous a-t-elle inspiré ?

Bien sûr, d'autant plus que je suis un ancien élu de la municipalité grenobloise ! Mais il est en fait plus difficile de faire changer les comportements, en terme de déplacements alternatifs à la voiture, dans une ville de banlieue de 33.000 habitants comme Echirolles que dans une grande ville comme Grenoble. Car les problèmes de circulation et de stationnement ne sont pas aussi prégnants et donc ne sont pas forcément vécus comme gênants par les automobilistes. D'où la nécessité de proposer des mesures très attractives. Comme la prise en charge de 50% de l'abonnement transport, contre seulement 30% dans le PDE de Grenoble, et la mise à disposition de vélos de fonction, dispositif qui n'existe pas à Grenoble.

Le PDE voté en décembre 2002 prévoit également une action de "marketing individualisé", de quoi s'agit-il exactement ?

Cette action de marketing individualisé est inspirée de la démarche labellisée Indimark, une approche innovante pour changer durablement les comportements dans les déplacements quotidiens, expérimentée notamment avec succès en Australie ou en Allemagne. Il s'agit de promouvoir les modes de déplacements alternatifs par un démarchage ciblé et personnalisé auprès des usagers. Conduite par l'association grenobloise ADTC, cette opération pourrait se traduire avec le personnel municipal par des séances de travail en petits groupes sur le lieu de travail pendant les horaires de bureau. Prévue au cours de l'année 2004, cette action coûteuse se heurte pour l'instant à des contraintes budgétaires.

Avez-vous constaté des catégories de personnel plus "alternatifs" que d'autres ?

Avec les nouvelles mesures prises dans le cadre du PDE, on compte parmi le personnel communal de nouveaux usagers des transports en commun et du vélo. Deux services se distinguent en particulier dans les 90 demandes de vélo qu'on a enregistrées : d'une part, les agents des espaces verts, et d'autre part, le personnel des bibliothèques qui utilise beaucoup le vélo pour ses déplacements professionnels. On note par ailleurs que les cadres sont plutôt utilisateurs des transports en commun. Il y a en revanche toute une fraction du personnel qui reste attachée à sa voiture, en particulier les agents d'entretien qui ont des horaires de travail décalés, travaillant tôt le matin ou tard le soir, et qui se déplacent beaucoup dans la journée.

Objectifs d'évolution 2003-2007 des modes de déplacements domicile-travail

Partant de l'enquête réalisée en juin 2002 auprès de 203 des agents municipaux, le plan de déplacements d'entreprise de la ville d'Echirolles fixe des objectifs chiffrés à ses actions en faveur des modes de déplacement alternatifs à la voiture.


 

 Enquête

  juin 2002

 Objectif  

    2003

 Objectif

    2005

 Objectif

    2007

Voiture (comme conducteur)
 
 64 %  60 %  54 %  49 %
Voiture de service attribuée   6 %
  4 %    0 %   0 % 
Transports en commun  12 %  14 %  18 %  20 %
Marche à pied  11 %  12 %  14 %  15 %
Vélo
  6 %   7 %    9 %  10 %
Covoiturage
  1 %   2 %    4 %   5 %
2 roues motorisés   1 %   1 %    1 %   1 %

 

Financement des actions du PDE de la ville d'Echirolles

En quelques chiffres, la synthèse des actions engagées par Echirolles pour son plan de déplacements d'entreprise.

Transports publics: (sachant que 33 demandes ont été enregistrées)
Prise en charge d'un abonnement annuel au réseau des Transports de l'agglomération grenobloise (TAG) : 150 euros 
Vélos: (sachant que 90 demandes ont été enregistrées, dont 7 vélos de service)
Prix unitaire pour l'achat d'un vélo : 268 euros
250 brassards fluo : 642 euros
80 ponchos anti-pluie : 1.600 euros
80 bombes anti-crevaison : 255 euros
Covoiturage :
Mission confiée à l'association Stop-plus pour développer un système fonctionnel de covoiturage : 5.000 euros TTC

Déplacements en voiture/bus/vélo : quelques chiffres bons à savoir

- Globalement, un bus pollue 10 à 20 fois moins par personne transportée qu'une voiture.

- Globalement, les déplacements en voiture coûtent 10 fois plus cher qu'en transport public.

- 30% des trajets en voiture particulière concernent des déplacements de moins d'un kilomètre.

- En ville, sur une distance inférieure ou égale à 5 kilomètres, le vélo est plus rapide que la voiture.

- 57% des accidents de travail sont des accidents de la circulation.

Aller plus loin sur le web :


Site de la ville d'Echirolles (la plupart des rubriques doivent être mises en service progressivement à partir de la mi-novembre)
http://www.ville-echirolles.fr
 
Le plan de déplacements urbains de l'agglomération grenobloise
http://www.la-metro.org/fr/deplacements/dep_pdu.htm
 
L'association Stop Plus propose depuis deux ans un service de covoiturage pour les habitants de l'agglomération grenobloise pour leurs déplacements de vacances et de loisirs (sorties de ski, festivals...) et trajets domicile-travail.
http://www.covoiturage.net

Haut de page