Morgan Boëdec / Victoires éditions

Journée de la qualité de l'air : des données renouvelées au service des collectivités

Environnement

Energie

Fidèle à son approche positive, la quatrième Journée nationale de la qualité de l'air met l'accent, ce 19 septembre, sur les bonnes pratiques, la sensibilisation et surtout l'information qui tend à devenir un véritable marché dont les collectivités et les associations agréées de surveillance de la qualité de l'air (les Aasqa) ne tiennent pas à être écartées.

L'ouverture des données publiques est dans l'air du temps. Et leur dispersion, leur mercantilisation, deux écueils à éviter. À l'occasion de la quatrième Journée nationale de la qualité de l'air qui se déroule le 19 septembre dans une poignée de collectivités - avec au total une centaine de projets inscrits et visibles ici - sont mis en avant les enjeux d'appropriation et de transparence, de valorisation et d'exploration du potentiel sous-exploité de ces données locales sur la qualité de l'air. "Elles intéressent entre autres les bureaux d'études qui accompagnent les collectivités. Ou directement les agglomérations et métropoles, principalement pour élaborer, mettre en œuvre et suivre leurs plans climat air-énergie territoriaux (PCAET)", illustrait en début d'année Guy Bergé, président d'Atmo France, la fédération qui chapeaute les discrètes mais efficaces associations agréées de surveillance de la qualité de l'air (Aasqa). Elles intéressent aussi les habitants et usagers.
D'autant que dans l'actuel tourbillon numérique, le principal outil de visualisation et d'information quotidienne de la qualité de l'air, l'indice IQA (pour qualité de l'air) dit indice Atmo, est en passe de subir un complet lifting, vital après vingt ans d'existence. Déjà amélioré dans certaines régions (Nouvelle-Aquitaine, Auvergne-Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte d'Azur), sa révision doit notamment l'adapter aux applications numériques et lui donner plus de pertinence en intégrant de nouveaux polluants (particules très fines) et en élargissant ses cibles (petite ou grande agglomération, disponibilité pour toutes les communes). L'arrêté rafraîchissant cet indice est attendu pour la fin de l'année.

Les Aasqa ouvrent leurs données

Sans attendre cette échéance, et à l'occasion de cette journée du 19 septembre, les Aasqa ont choisi d'ouvrir en open data leurs données "robustes et de référence" sur les polluants majoritaires (onze jeux de données). Ces mesures gratuitement accessibles, actualisées tous les jours, interopérables, sont "territorialisées, géoréférencées, et donc directement utilisables par celles et ceux qui voudront s'en emparer". Le but est d'aider les autorités locales à prendre des décisions nécessitant d'être comprises, acceptées et suivies par les habitants. Mises à disposition sous une licence ayant l'avantage d'être reconnue à l'international, ce qui facilite leur réutilisation par des tiers ou l'alimentation des services web, elles peuvent intéresser des chercheurs ou start-up mais aussi des collectivités voulant s'en saisir pour les étudier et les croiser.
A noter qu'en parallèle à cette démarche d'open data, le ministère de la Transition écologique et solidaire organise, jusqu'au 15 février prochain, un concours de valorisation des données relatives à la qualité de l'air pour "permettre à chacun de comprendre et de s'approprier les enjeux, mais aussi de changer les comportements".

Rénovation thermique des bâtiments publics

Une priorité du Grand Plan d’Investissement pour favoriser les économies d’énergie, réduire les émissions de CO2 et encourager le développement des énergies propres.

Haut de page