Avec AFP

En bref - Le ministère de l'Intérieur publie le bilan chiffré définitif de l'état d'urgence

Sécurité

Quelque 4.469 perquisitions administratives, 754 assignations à résidence, 19 lieux de culte fermés : le ministère de l'Intérieur a dressé vendredi le bilan définitif des mesures décidées dans le cadre de l'état d'urgence instauré au soir des attentats du 13 novembre 2015 et remplacé le 1er novembre par la loi antiterroriste.
Au cours des 23 mois d'état d'urgence ininterrompu, un record pour ce régime d'exception créé en 1955 durant la guerre d'Algérie, cinq attentats ont été perpétrés faisant 92 morts (Magnanville, Nice, Saint-Etienne-du-Rouvray, Champs-Elysées, Marseille). L'état d'urgence a été prolongé six fois par le parlement.
Treize tentatives d'attentat ont été menées et trente-deux attentats ont au total été déjoués, selon le communiqué de l'Intérieur.
Au 31 octobre, 41 assignations étaient en vigueur (dont 16 personnes assignées depuis plus de 12 mois, parmi lesquelles 8 assignées depuis le début de l'état d'urgence).
Sur les 19 lieux de culte fermés, 11 l'étaient encore à la date du 1er novembre. Soixante-quinze zones de protection et de sécurité ont aussi été décidées, selon des critères d'affluence ou stratégiques.
Par ailleurs, 12.000 personnes sont inscrites au fichier de traitement des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT) et 25.000 sont fichées "S" (Sûreté de l'Etat) dont 9.700 pour radicalisation, essentiellement liées à la mouvance terroriste islamiste.

Haut de page