A Millau, piétons et automobilistes partagent la voirie

Publié le
dans

Commande publique

Aménagement et foncier

Logement

Environnement

Aveyron

Le décret du 30 juillet 2008 introduit le concept de "zone de rencontre" dans le code de la route. Il s'agit de donner la priorité aux piétons qui n'ont pas obligation de circuler sur les trottoirs. La vitesse des véhicules est limitée à 20 km/h. La ville de Millau (Aveyron) y voit l'affirmation d'une démarche qu'elle a initiée depuis plusieurs années.

Dès 2004, la ville de Millau (22.500 habitants) a entrepris de réduire l'espace dédié à la voiture dans son centre-ville. La largeur des voies de circulation automobiles a été réduite ainsi que le stationnement de surface. Les chaussées et les trottoirs ont été traités avec des revêtements identiques, parfois même les bordures de trottoirs ont été supprimées. Yvan Dutheil, directeur du service bureau d'étude et travaux neufs à la mairie, s'en explique : "Nous avons fait tout ce que nous pouvions pour que les automobilistes perdent leurs repères. Quand ils ne se sentent plus 'chez eux' les conducteurs ralentissent et partagent l'espace avec les autres usagers."

 

La zone de rencontre de l'hypercentre limitée à 20 km/h

A Millau, la circulation s'organise sur un modèle concentrique. La circulation de transit a été repoussée à l'extérieur de la ville, vient ensuite la zone urbaine limitée à 50 km/h, puis la zone centrale limitée à 30 km/h et enfin la zone de rencontre de l'hypercentre limitée à 20 km/h. Afin d'accompagner cette mutation, des parkings gratuits ont été implantés à moins de cinq minutes à pied du centre. Aujourd'hui, 200 places sont disponibles et à terme 600 à 700 places seront proposées aux automobilistes auxquelles il faut ajouter 200 places payantes en souterrain dans le centre-ville. Une offre importante qui permettra de multiplier les zones de rencontre. Il ne s'agit pas d'interdire l'accès du centre aux automobilistes mais de faire en sorte qu'ils ne s'y rendent que lorsqu'ils en ont vraiment besoin. Ce dispositif a l'avantage d'être simple et évite à la collectivité d'investir lourdement dans la piétonisation de son centre-ville.

 

L'indispensable concertation

Cette nouvelle manière d'aménager la ville est parfois mal perçue par les habitants et les commerçants. Les premiers craignent pour leur sécurité, les seconds voient d'un mauvais œil la suppression des places de stationnement. Yvan Dutheil insiste sur l'importance du dialogue avec tous les acteurs : "Il faut que la concertation intervienne très en amont, avant même que les projets soient arrêtés. Nous intervenons dans les réunions de quartier ou dans le cadre de consultations sur un aménagement particulier. Le principal message que j'essaie de faire passer, c'est que les automobilistes ne voient pas les panneaux de signalisation en centre urbain. Ce qu'ils voient, ce qu'ils ressentent, c'est l'aménagement proprement dit. Il importe par conséquent qu'il soit particulièrement soigné. Aujourd'hui, nous pouvons nous appuyer sur ce que nous avons déjà réalisé, c'est plus facile." Avant d'installer les nouveaux panneaux "zone de rencontre" en coeur de ville, les services techniques de la ville de Millau vont s'appliquer à réaménager toutes les rues du centre ancien. Ainsi, ce n'est pas à l'échelle d'une rue que naîtra la zone de rencontre de Millau mais à l'échelle d'un quartier entier.

 

Luc Blanchard, pour la rubrique Expériences des sites Mairie-conseils et Localtis

Mairie de Millau

Hôtel de ville - 17 avenue de la République - BP 147
12100 Millau

Yvan Dutheil

Directeur du service bureau d'étude et travaux neufs
Haut de page