Mobilité solidaire trouve son public en Pays de Colombey (54)

Publié le
dans

Meurthe-et-Moselle

Depuis novembre 2012, la communauté de communes du Pays de Colombey et du Sud-Toulois s’appuie sur une association locale pour offrir un service de mobilité solidaire aux habitants. L’expérimentation Mobilité solidaire, pilotée par l’association Familles rurales intercommunale, met en relation des conducteurs bénévoles et des personnes fragiles et isolées qui rencontrent des difficultés pour se déplacer.

 "Les déplacements constituent une préoccupation des élus, mais les transports ne sont pas une compétence intercommunale, indique Frédéric Leclerc, chargé du développement social à la communauté de communes du Pays de Colombey et du Sud-Toulois. La clé réside dans la solidarité, c’est pourquoi la communauté de communes a fait appel à l’intelligence des structures associatives." Ce dispositif associatif est une réponse parmi d’autres proposées aux habitants de ce vaste territoire rural. L’objectif de l’EPCI, qui soutient ces différentes initiatives, est de diversifier les solutions pour répondre à des besoins variés en matière de déplacements.

Mosaïque de mobilités

Le territoire de la communauté de communes du Pays de Colombey et du Sud-Toulois (11.500 habitants, 39 communes - 37  en Meurthe-et-Moselle, 2 dans les Vosges) s'étend sur les côtes de Moselle. En 2011, le conseil général de Meurthe-et-Moselle a souhaité réviser son schéma de déplacements : désormais, certaines lignes de bus sont virtuelles et ne passent que si les habitants ont réservé leur trajet. Une solution souple, mais pas toujours facile à pratiquer pour des publics en difficultés. Or, selon l’Espace-emploi, 29% des personnes suivies par cette structure ont un problème de mobilité. Convaincus qu’il n’existe pas une seule solution miracle, la communauté de communes encourage les différentes actions et expériences de mobilité. Notamment celles qui ciblent les publics fragilisés : comme Roues Libres, une association qui, depuis 2006, loue aux demandeurs d’emploi du territoire des deux roues ou leur propose du micro transport collectif. La collectivité a également contribué en 2014 au développement de Covivo, une plateforme en ligne de covoiturage. Le projet Mobilité solidaire complète ces différentes offres de transport du territoire, sans créer de concurrence avec les taxis. C’est pourquoi les élus locaux ont souhaité apporter leur soutien. Juridiquement, la Communauté s’engage auprès de l’association Familles rurales intercommunale, sur le fondement de sa charte de développement afin de contribuer à améliorer les conditions de vie des habitants. (Lire la convention d’objectifs)

Une solution en faveur des publics les plus fragiles

Ce projet de mobilité solidaire s’appuie sur une expérience déjà menée par l’association Familles rurales sur le territoire de Coulommiers, en Seine et Marne, auprès de personnes âgées. Dès le mois de juin 2011, un groupe de travail réunit les représentants de la communauté de communes, du département de Meurthe-et-Moselle, de l’association et de la fédération départementale Familles rurales, ainsi que de l’établissement et service d'aide par le travail (Esat) local et les Restos du Coeur. En juin 2012, l’association Familles rurales intercommunale lance un diagnostic de territoire, financé par la communauté de communes et le conseil général (Lire la convention Etude). L’enquête confirme que les bénéficiaires des minima sociaux, personnes âgées et personnes handicapés ne trouvent pas de réponse à leur besoins de mobilité. Parallèlement, l’association repère des personnes susceptibles de faire office de conducteurs bénévoles.

Coût symbolique pour l’usager et indemnisation pour le conducteur bénévole

L’expérimentation démarre en novembre 2012 avec cinq conducteurs bénévoles. Le service, est réservé aux personnes répondant à des critères sociaux qui ont été définis en commun par les partenaires du groupe de travail. Il est ouvert du lundi au vendredi. L’association Familles rurales Intercommunale Ciel joue le rôle d’interface entre les usagers et les bénévoles, en mettant à disposition l’une de ses salariées quelques heures par jour. Les personnes remplissant les critères sociaux appellent l’association qui les met en relation avec le conducteur bénévole le plus proche. L’usager paie 5 centimes par kilomètres à l’association qui reverse à titre d’indemnisation (donc non imposable) 35 centimes par km au conducteur bénévole. Le différentiel, ainsi que les coûts de fonctionnement, sont pris en charge par les financeurs publics que sont le conseil général de Meurthe-et-Moselle et la Communauté de communes. La Fondation de France et la Caisse d'assurance retraite et de la santé au travail (Carsat) ont également apporté leur concours financier au démarrage du service. Le budget annuel est de 22.900 euros. "Le soutien du conseil général de Meurthe-et-Moselle a été important, souligne, le vice-président de la communauté de communes, Patrick Crosnier. Non seulement financièrement, mais aussi dans l'accompagnement des fonctionnaires de la collectivité qui se sont impliqués depuis le début. Ceci est la marque d'un élu qui malheureusement nous a quitté, je parles de Michel Dinet, notre conseiller et président du conseil général pour qui la fraternité a toujours été mise en avant dans toutes ses actions."

En 2014, 17 conducteurs bénévoles !

A l’issue de ces 16 mois de test, le service est reconduit et élargi. En 2014, le service bénéficie à 40 familles, soit 49 adultes et 9 enfants. 53% des trajets ont un motif médical, 19% sont effectués pour des raisons administratives, 12% pour faire des courses et 6% pour des visites privées (amis, famille). Les conducteurs bénévoles sont aujourd’hui 17, pour la plupart de jeunes seniors. Face au succès de l’expérimentation, Mobilité solidaire est reconduit pour une année. De plus, son public bénéficiaire est élargi aux personnes ayant des revenus supérieurs mais orientées par des professionnels de santé ou des travailleurs sociaux (présentant des difficultés pour se déplacer).

Cécile Perrin pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info

 

Au-delà de la mobilité, du lien social renforcé
"Ce projet de mobilité solidaire vise également à créer du lien social entre les usagers et les conducteurs bénévoles", souligne Agnès Marchand, présidente de l’association Familles rurales intercommunale Ciel. En outre, le service de réservation téléphonique mis en œuvre par l’association, joue un rôle d’écoute, en particulier pour les personnes âgées ou isolées qui trouve une oreille attentive auprès d’un personnel associatif déjà sensibilisé. Un moyen supplémentaire de rompre le sentiment d’isolement. D’ailleurs, les heures de travail générées par le servie Mobilité solidaire, ont donné l’occasion à l’association de transformer un poste à trois-quarts temps en temps plein.

Communauté de communes du Pays de Colombey et du Sud-Toulois

Nombre d'habitants :

11500

Nombre de communes :

39

6 impasse de la Colombe - BP 12
54170 Colombey-les-Belles
contact@pays-colombey-sudtoulois.fr

Patrick Crosnier

Vice-président en charge du dossier

Frédéric Leclerc

Chargé du développement social

Association Familles rurales intercommunale Ciel

4, route de Moncel
54170 Colombey-les-Belles
www.Famillesrurales.org/ciel

Agnès Marchand

Présidente
Haut de page