Plus d'un milliard d'euros pour les transports du quotidien en Provence-Alpes-Côte d'Azur

Deux conventions, pour un montant de plus d'un milliard d'euros au total, ont été signées ce 22 février au conseil régional Provence-Alpes-Côte d'Azur à Marseille pour améliorer les transports du quotidien dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. L'une concerne les petites lignes ferroviaires, l'autre le réseau routier pour supprimer des points de congestion.

A l'occasion d'un déplacement à Marseille de Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué chargé des Transports, deux conventions destinées à améliorer les transports du quotidien en Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca) ont été signées ce 22 février au conseil régional.
La première, paraphée par Jean-Baptiste Djebbari et le président LR de la région Renaud Muselier va permettre d'engager 580 millions d'euros de travaux et d'entretien sur 435 km de petites lignes ferroviaires : la ligne de la Côte bleue, au nord-ouest de Marseille, et les dessertes autour des étoiles de Breil et Veynes, respectivement dans les Alpes-Maritimes et les Hautes-Alpes. "Tout sera donc mis en oeuvre pour éviter la fermeture de ces lignes essentielles à la mobilité rurale", souligne un communiqué de la région.

Petites lignes : cinq autres régions devraient s'engager en 2021

Le ministère indique de son côté que le protocole d’accord qui permet de fixer "les besoins en matière de régénération et les participations financières de chaque acteur", sera suivi d’accords de financement précis (CPER et future contractualisation sur les infrastructures post 2022). Les coûts des travaux nécessaires seront ensuite précisés dans des conventions de financement, qui seront signées pour chaque ligne avant chaque chantier.
L'accord sur les petites lignes en Paca intervient dans la continuité de ceux déjà signés en février 2020 avec les régions Grand Est et Centre-Val de Loire (lire notre article). "Au moins 5 autres régions ont prévu de s’engager dans cette démarche en 2021, pour une régénération de 5.000 km de lignes", indique le ministère.

13 projets pour supprimer des points de congestion du réseau routier

La seconde convention signée ce 22 février à Marseille entre le ministre, la région, les départements concernés et Vinci Autoroutes, prévoit quant à elle 460 millions d'euros de travaux pour supprimer des points de congestion récurrents du réseau routier régional. Ces 13 projets permettront notamment de créer des échangeurs et demi-échangeurs autoroutiers, afin de faciliter les connexions entre territoires, autour notamment de Sophia-Antipolis (Alpes-Maritimes), du Luc (Var) ou d'Orange (Vaucluse). Un de ces chantiers permettra la création d'une voie réservée aux transports en commun sur l'autoroute A8, entre Villeneuve-Loubet et Antibes afin de mieux desservir le technopôle de Sophia-Antipolis depuis Nice, via une ligne de cars.
"Aujourd'hui, le réseau autoroutier a un rôle essentiel à jouer dans la décarbonation des mobilités, car les déplacements des Français par la route représentent plus d'un tiers des émissions totales de CO2 du pays", a plaidé Pierre Coppey, président de Vinci Autoroutes. Cette seconde convention fait intervenir Vinci Autoroutes, à hauteur de 235 millions d'euros, la région Paca (115 millions d'euros) et les départements et métropoles concernés (110 millions d'euros).

 

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle