Nord

Reconquête de la qualité de l'eau sur le bassin Artois-Picardie (59)

Environnement

Energie

Une agence de l'eau se doit d'être aux avant-postes de la lutte pour la préservation de la ressource en eau potable. Sur le bassin Artois-Picardie, les programmes d'actions s'attaquent aux pollutions diffuses et aux pollutions agricoles. Dans les deux cas l'objectif est le même : prévenir plutôt que guérir.

L'agence de l'eau Artois-Picardie englobe le département du Nord, du Pas-de-Calais et, pour partie, l'Aisne, la Somme et l'Oise : soit 2.400 communes. Sur ce total, 800 d'entre elles font partie des bassins d'alimentation des captages d'eau potable et sont directement concernées par la préservation de la ressource. Dans ces communes, l'agence de l'eau intervient en accompagnement des démarches nationales. Elle finance de nombreux programmes à hauteur d'un milliard d'euros sur six ans, le dixième programme en cours s’échelonne de 2013 à 2018. 67% de cette enveloppe concerne les collectivités et les particuliers à travers les opérations de reconquête de la qualité de l'eau, dit programme Orque.

Appui technique notamment pour cibler les pollutions diffuses

Dans le cadre du programme Orque, l'agence de l’eau se charge de délimiter les aires d'alimentation des captages et d'évaluer leur vulnérabilité. Les collectivités qui ont pris la compétence "eau potable" élaborent alors un plan d'action.


"La qualité de l'eau potable est de la responsabilité des collectivités qui gèrent les captages, précise l’expert de la cellule Ressource en eau et agriculture à l'agence de l'eau, Sébastien Labrune. Nous apportons un appui technique, une vision globale et des financements, mais ce sont bien les élus qui sont aux commandes." Le cœur de métier de l'agence étant de redistribuer la redevance, c'est elle qui est le principal financeur des programmes d'actions. Elle prend, par exemple, en charge 70% du salaire des animateurs embauchés par les collectivités pour faire vivre le dispositif.
Suivant les endroits les situations sont très différentes, certains syndicats regroupent quelques communes, d'autres plusieurs centaines. L'agence s'adapte à la réalité du terrain et aide les collectivités à traquer les pollutions diffuses. Ce n'est pas chose facile d'autant que l'eau de pluie peut mettre plusieurs dizaines d'années à migrer jusqu'aux nappes phréatiques.

Enjeu agricole : valoriser les pratiques vertueuses

Dans un territoire rural, comme celui du bassin Artois-Picardie, l'activité agricole a un impact fort sur la ressource en eau. L'agence finance d'importants programmes en direction des agriculteurs de façon à les sensibiliser, les conseiller, les former à la réduction des intrants, notamment chimiques. Là encore les situations sont diverses, certains territoires pratiquent uniquement la grande culture, d'autres ne font que de l'élevage, les propositions agricoles ne peuvent pas être les mêmes pour tous. Cependant l'objectif de l'agence est toujours d'obtenir un effet de levier en valorisant les pratiques vertueuses. A ce titre elle soutient l'agriculture biologique, l'enveloppe prévisionnelle a été multipliée par dix entre le neuvième et le dixième plan. Cela représente 12% de la dotation globale de l'agriculture qui elle-même pèse 4,4% des dépenses globales.


"Au vu de notre expérience, conclut l’expert de l'agence de l'eau Artois-Picardie, le plus important est de contribuer à créer une dynamique, des synergies entre les différents acteurs. Ce n'est que de cette façon que nous pourrons durablement préserver la ressource."

Luc Blanchard, Studio Graph, pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info

Contact(s)

Agence de l'eau Artois-Picardie

200 rue Marceline
59500 Douai
03 27 99 83 27

André Flajolet

Président

Sébastien Labrune

Expert cellule ressource en eau et agriculture
s.labrune@eau-artois-picardie.fr
Haut de page