Maine-et-Loire

Réemployer les déchets électriques et électroniques avec l'association Emmaüs (49)

Environnement

Energie

La communauté d'agglomération du Choletais a passé une convention depuis 2011 avec l'association Emmaüs pour la collecte des déchets d'équipements électriques et électroniques dans les communes qui entourent la ville centre. Tout le monde y trouve son compte : l'agglomération remplit ses obligations, les habitants ont une solution pour ces objets usagés, et l'association y trouve une resssource supplémentaire pour le développement de ses activités.

Dès 2009, la ville de Cholet constate que la reprise des appareils électriques et électroniques (D3E) par les magasins d'électroménager fonctionne mal. Elle organise alors une opération de collecte qui est couronnée de succès, puis autorise le dépôt de ces matériels dans les deux déchetteries de la ville, en les équipant de bennes spécifiques. Pour les treize autres communes de l'agglomération, par contre, le problème reste entier, car les "Ecopoints" mis à la disposition des habitants dans les villages ne sont pas équipés pour accepter ce type de déchets. La communauté d'agglomération a alors l'idée de proposer à l'association Emmaüs de se charger de la collecte des D3E dans les communes rurales qui jouxtent la ville centre.

Une démarche qui profite à tous

"L’association Emmaüs étant implantée à Cholet, il était naturel de nous tourner vers eux, explique Roselyne Durand, conseillère déléguée en charge des déchets de la communauté d'agglomération du Choletais. En 2011, nous avons donc passé avec l'association une convention stipulant qu'elle s'engage à effectuer deux matinées de collecte des D3E par an, dans chacune des 13 communes de l’agglomération. En 2012, ce sont 1.700 objets D3E qui ont ainsi été collectés." Cette opération ne coûte rien aux collectivités, si ce n'est qu'elles s'occupent de l'information : les samedis matin de collecte sont annoncés dans l'hebdomadaire de la communauté d'agglomération et dans les bulletins municipaux. L'agglomération édite également des affiches destinées à informer les habitants dans les mairies et les commerces. Les jours de collecte, des panneaux signalétiques (sous forme de "flammes") sont installés sur les lieux rendant plus visible cette opération ponctuelle. De leur côté, les habitants apprécient de pouvoir se débarrasser de ces objets qui les encombrent tout en leur permettant, peut-être, d'avoir une deuxième vie. Certains auraient souhaité que la collecte ne se limite pas aux D3E, mais la spécificité de ces déchets a rapidement été reconnue par tous. L'association locale Emmaüs, quant à elle, marque sa présence dans l'agglomération, procure du travail à ses membres et finance ses activités sur le produit des ventes. Elle perçoit également des subventions de la part d'un éco-organisme d’intérêt public, OCAD3E, qui a un accord-cadre avec l'association au niveau national.

Une mission de service public, à bien cadrer

La seule difficulté à laquelle sont confrontées les collectivités, c'est d'obtenir de l'association une prestation à la hauteur d'un service public. Il arrive, en effet, que lorsque les compagnons d'Emmaüs ont rempli leur camion, ils quittent le lieu de collecte avant l'heure annoncée... Les habitants qui trouvent la place vide n'apprécient pas d'avoir fait le déplacement pour rien. L’élue regrette ces dysfonctionnements tout en relativisant : "Le dispositif en est encore à ses débuts, précise-t-elle. Les habitants écoulant leurs stocks, les premières collectes représentent un volume important, mais cela ne durera pas. Néanmoins, nous veillons à ce que l'association prenne conscience de ses responsabilités et s'en tienne strictement aux horaires que nous avons établis". Ces quelques "ratés" mis à part les communes rurales sont satisfaites de ce nouveau service. Le slogan : "Nos objets ont droit à une seconde vie" est en train de gagner ses lettres de noblesse.

Luc Blanchard, Studio Graph, pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info
 

Contact(s)

Communauté d'agglomération du Choletais

Rue Saint-Bonaventure, BP 62111
49321 Cholet Cedex
02 44 09 25 00
02 41 71 67 01
cac@agglo-choletais.fr
Nombre d'habitants : 83207
Nombre de communes : 13
Nom de la commune la plus peuplée : Cholet (54632 hab.)

Roselyne Durand

Conseillère déléguée en charge des déchets
rdurand@ville-cholet.fr
Haut de page