M.T.

En bref - Sécurisation des établissements scolaires : un "état-major" se réunira courant septembre

Sécurité

Jeunesse, éducation et formation

Dès le 3 septembre, jour de la rentrée scolaire, "23.000 policiers et gendarmes, dont 3.000 réservistes ont été engagés aux abords des écoles françaises", a indiqué le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, jeudi 6 septembre, lors de sa conférence de presse de rentrée. Cette forte mobilisation "a vocation à se poursuivre tout au long de l’année scolaire", sur la base de partenariats. Dans une instruction du 30 août conjointe avec le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, il a demandé aux préfets et aux directeurs des services académiques de "réunir dans le courant du mois de septembre un état-major de sécurité spécifiquement consacré à la sécurisation des établissements". "Il s’agit pour les préfets et recteurs de s’assurer que les mesures décidées sont concrètement mises en œuvre durant toute l’année scolaire, qu’il s’agisse de la surveillance des abords des emprises scolaires, de la réalisation des diagnostics de sécurité et des plans particuliers de mise en sûreté 'attentats-intrusions', ainsi que de l’organisation des trois exercices annuels, dont l’un avant les vacances de la Toussaint", précise le ministère de l’Intérieur dans un communiqué. "En effet, si le jour de la rentrée scolaire mobilise les forces de sécurité, les polices municipales et les effectifs militaires de l’opération Sentinelle, les policiers et les gendarmes exercent une présence rassurante et dissuasive au plus près des établissements tout au long de l’année, dans un seul objectif : la sécurité des élèves, de leurs parents et de l’ensemble de la communauté éducative."

Investissement dans les projets de formation

Contribuer à l’adaptation et au développement des compétences des habitants

Haut de page