V.L. avec ToutEduc et AFP

En bref - Violence envers les enseignants : un plan d'action en préparation

Jeunesse, éducation et formation

Sécurité

Christophe Castaner et Jean-Michel Blanquer ont publié, dimanche 21 octobre, un communiqué de presse commun suite à l'émotion provoquée par la diffusion, par un élève, de la vidéo du "braquage" d'une enseignante par un élève. La scène avait eu lieu trois jours auparavant au lycée professionnel Edouard-Branly de Créteil. Sur la vidéo, on voit un élève menacer avec une arme de poing (qui s'avérera être factice), l'enseignante à qui il intime l'ordre de le noter "présent". L'enseignante ne réagit pas.
Le ministre de l'Intérieur et le ministre de l'Éducation nationale ont condamné les faits et annoncé qu'ils réuniront "dès la semaine prochaine" un comité stratégique constitué de "tous les acteurs œuvrant d’ores et déjà au quotidien pour un apprentissage serein", afin d’arrêter un plan d’actions visant à mettre un terme à de tels comportements.
Lors d'une conférence de presse improvisée dimanche, Jean-Michel Blanquer a indiqué que les plans particuliers de mise en sûreté (PPMS) devaient être mis à jour avant la fin de l'année. À ce sujet, il a évoqué son souci, partagé avec le ministre de l'Intérieur, de coopérer avec les collectivités.
Du côté des enseignants, des centaines de professeurs témoignent sur Twitter, sous le hashtag ironique #pasdevague, l'absence de réactions de leur hiérarchie quand ils ont eu à faire face à de telles violences. Lundi midi, 20.000 tweets étaient publiés sous ce hashtag, selon le cabinet Visibrain.
Quant à l'élève auteur des faits, il a été mis en examen dimanche soir pour "violences aggravées" et remis en liberté avec des mesures de contraintes provisoires.

Investissement dans les projets de formation

Contribuer à l’adaptation et au développement des compétences des habitants

Haut de page