Abbeville reconstruit la ville sur une friche industrielle urbaine (80)

Tout proche du cœur de ville, sur le site d’une ancienne usine sucrière de 11 hectares, un nouveau quartier de commerces, services et logements est en voie d’achèvement. Un exemple de "recyclage urbain" réalisé via un projet urbain partenarial (PUP).

Installée sur un site de 11 hectares en zone urbaine d’Abbeville (23.000 habitants), l’usine sucrière Tereos a dû fermer ses portes en 2008 suite à une directive européenne imposant des quotas de production de betteraves par pays. Pour réhabiliter cet espace situé en secteur résidentiel, le maire, Nicola Dumont, et les élus mettent en place une démarche globale d’aménagement en s’appuyant sur le plan local d’urbanisme (PLU). "Nous souhaitions éviter à tout prix une vente à la découpe qui aurait empêché de mettre sur pied un projet cohérent répondant aux besoins de la ville et de sa population", explique le maire. 

Nouveau quartier commerçant complémentaire du cœur de ville

Le propriétaire du foncier s’est vu ainsi dans l’obligation de céder son bien à un seul investisseur. Plusieurs offres émanant de la grande distribution sont parvenues en mairie. En 2012, après avoir essuyé un premier refus, le groupe Les Mousquetaires présente la solution d’aménagement la plus convaincante. "Elle a été conçue de manière partenariale avec les élus, la chambre de commerce et d’industrie (CCI) et Immo Mousquetaires. L’idée était de créer un vrai quartier avec des services, des logements, des espaces publics et des commerces qui ne fassent pas concurrence à ceux du cœur de ville, mais proposent au contraire une offre complémentaire." 

Des commerces, des services et un cinéma

Début 2020, la partie commerciale est achevée. Elle propose aux chalands un hypermarché, des magasins de bricolage, d’équipement de la maison, d’alimentation bio ou d’optique, ainsi que des offres de restauration, un coiffeur et une boutique d’esthétique. Un multiplexe de 8 salles de cinéma complète l’offre du cœur de ville (3 salles) Des parvis ainsi que des espaces de jeux sont créés, reliés par des circulations douces. Les visiteurs disposent sur le site de près de 1.000 places de parking. Reste encore à installer un pôle médical et tertiaire composé de bureaux pour les entreprises et les professions libérales et un hôtel. Deux cents logements seront construits et livrés en plusieurs phases : la livraison des 20 premiers est prévue en 2020. 

Investissement pris en charge par un projet urbain partenarial

L’association de la ville, de la communauté d’agglomération et de la CCI à la conception de ce programme a constitué un point décisif. Les services urbanisme des deux collectivités ont inscrit la réhabilitation dans le cadre d’un projet urbain partenarial (PUP) qui permet d’assurer le financement d’équipements publics par des acteurs privés. Immo Mousquetaires prend donc en charge la totalité de la requalification de la friche industrielle. La ville n’a financé que 50 % du réaménagement du boulevard urbain qui la jouxte. Les travaux ont consisté à créer des contre-allées pour favoriser le stationnement et séparer les immeubles d’habitation des voies de circulation. À terme, le budget total s’élèvera à une centaine de millions d’euros dont un pour le boulevard.  

Garder la mémoire du passé industriel 

Placée en secteur sauvegardé, la requalification de la Sucrerie a été particulièrement suivie sur le plan architectural pour recevoir l’approbation des architectes des bâtiments de France (ABF) avec lesquels les urbanistes de la ville et de l’agglo ont organisé des réunions régulières. L’ancienne cheminée de briques de la Sucrerie a été conservée : haute de 54 mètres, elle témoigne du passé industriel du site et donne une forte personnalité au nouveau quartier. 

350 emplois déjà créés

Huit ans après le lancement du projet le maire est satisfait du résultat : "En reconstruisant la ville dans la ville nous avons réussi à recréer un véritable quartier avec une offre diversifiée et complémentaire de services et de commerces tout en maintenant une circulation fluide sur le site et sur ses voies d’accès. Cette reconquête urbaine a aussi permis à ce jour la création de 350 emplois et de 450 quand le programme sera achevé en totalité."

Commune d’Abbeville

Nombre d'habitants :

23000
Place Max Lejeune, BP 20010
80101 Abbeville cedex
contact@abbeville.fr

Pascal Fache

Chef de cabinet
Haut de page