Localtis

L'Afpa transforme ses centres de formation en tiers-lieux de l'insertion professionnelle

Pour capitaliser sur son foncier et développer une nouvelle offre de services, l'Afpa va transformer ses centres de formation en tiers-lieux de l'insertion professionnelle et sociale accueillant des partenaires publics et privés. Une quinzaine de ces "villages" devraient émerger dès 2020. D'ici trois ans, tous les centres seront ainsi transformés.

L'Afpa (Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes) connaît actuellement une restructuration  importante, avec un projet de réorganisation prévoyant 1.424 suppressions de postes en CDI, avec la modification de 463 postes et la création de 629 nouveaux. Ce plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) intervient après de lourdes pertes (un peu plus de 720 millions d'euros de 2012 à 2016) dues notamment à l'ouverture à la concurrence du secteur de la formation en 2009.
Dans cette ambiance morose, l'agence tente de renouveler son offre tout en capitalisant sur son foncier, quelque 8 millions de mètres carrés. Si certains centres Afpa vont devoir fermer (34 sites sur 200), la majorité sera préservée, à travers un nouveau concept, celui des Villages de l’Afpa : des tiers-lieux accueillant d'autres partenaires. "La transformation des centres en villages Afpa correspond à une des cinq orientations stratégiques, explique Aurélien Gaucherand, directeur de programme Le Village de l'Afpa, tous les centres de formation devront être engagés dans cette démarche d'ici trois ans ; une quinzaine de sites feront l'objet d'une attention particulière en 2020, soit au moins un site par région."

Nouveaux services

Le principe est simple. Il s'agit de transformer les centres Afpa en tiers-lieux de l'insertion professionnelle et sociale, capables de traiter la question de la formation professionnelle, cœur de métier de l'Afpa, mais aussi de tous les sujets annexes, comme le logement, la garde d'enfants, la mobilité, la santé, l’appui aux conseillers en évolution professionnelle et encore bien d'autres thématiques, à travers l'intervention sur place de partenaires publics et privés. 
Un dispositif qui permettra à l’Afpa de renouveler et compléter son offre pour l’insertion et pour l’emploi avec ses partenaires. "Nous n'allons pas changer d'activités mais avec l'ouverture à la concurrence nous avons perdu des parts de marché, et pour retrouver une position intéressante, il faut se rapprocher d'autres partenaires pour avoir une offre plus globale, ce qui est attendu sur le marché de la formation et de l’emploi", assure Aurélien Gaucherand. Exemples : avec l'intervention de France Active, l'Afpa va pouvoir aborder la question de l'entrepreneuriat et de l'insertion par l'activité économique (IAE), et accompagner le financement de projets d'entreprises ; avec Bimbamjob, elle investit la recherche d'emplois. Elle compte accueillir aussi des partenaires dans le domaine des garages solidaires, des crèches, etc.
Ce faisant, ce programme permet aussi à l’Afpa  de mieux exploiter son foncier, les partenaires étant amenés à contribuer aux charges foncières. L'Afpa pourra ainsi investir pour adapter et moderniser ses équipements à ces nouvelles activités. 

"Coopérer avec des acteurs complémentaires"

"Nous devons rester sur notre cœur de métier, mais tout ce qui est autour est important et nous ne souhaitons pas recréer des offres qui existent déjà, souligne Aurélien Gaucherand, prendre en compte chaque personne dans la globalité de ses problématiques et coopérer avec des acteurs complémentaires doit permettre à l’écosystème de mieux répondre aux précarités plurielles et à l’Afpa de retrouver sa place sur les marchés publics et privés de la formation." Reste qu'il faut organiser les nouvelles compétences qui seront nécessaires pour mettre en œuvre ces partenariats notamment en matière de coordination et d'animation. Les nouvelles orientations stratégiques de l’Afpa devraient permettre de monter en puissance sur ces thématiques relevant plus de l'accompagnement que de la formation professionnelle.
Pour accompagner la transformation des centres, la Banque des Territoires s'est engagée à mobiliser des capacités d'ingénierie et de financement : une ingénierie pour étudier la faisabilité des projets de tiers-lieux, un investissement en fonds propres ou quasi fonds propres dans des structures d'exploitation de ces tiers-lieux, viables économiquement, pour permettre un effet levier sur les investisseurs privés, et une mise en relation entre les centres de l'Afpa et les acteurs de l'économie sociale et solidaire intéressés pour devenir de futurs exploitants, clients ou partenaires de tiers-lieux. Un engagement concrétisé dans une convention-cadre de partenariat signée avec l'Afpa le 11 octobre 2019.

Haut de page