À Aix-les-Bains, l’e-sport promeut l’activité physique (73)

Depuis l’automne 2018, la ville d’Aix-Les-Bains a organisé une dizaine de rencontres associant clubs sportifs et jeux sportifs en réalité virtuelle. Des événements destinés à faire aimer le sport sous toutes ces formes et à ouvrir les aixois aux perspectives ouvertes par l’e-sport.

Si le jeu vidéo a investi le sport de longue date, le sport de plein air peut aussi bénéficier de la réalité virtuelle pour accroître la pratique sportive. C’est à partir de ce constat que la ville d’Aix-les-Bains a conçu un programme de rencontres entre ces deux mondes. Concrètement, d’octobre 2018 à janvier 2020, une dizaine de d’événements thématiques ont été organisés par la ville avec l’e-sport, ou sport électronique, comme fil conducteur.

Un événement par discipline

« Ce que nous souhaitions c‘était des événements intergénérationnels, associant écoles, centre de loisirs, séniors du dispositif Accord'âge et associations sportives », explique Nicolas Poilleux, maire adjoint au numérique de la ville d’Aix-les-Bains. Et si l’e-sport réunit toutes sortes de compétitions de jeux vidéo – du sport collectif aux compétitions de drones - la ville l’a restreint à ceux ayant un équivalent local. Chaque événement était ainsi consacré à une discipline – basket, tennis, boules, football, boxe, handball, gymnastique… - avec en moyenne une session par trimestre. La dernière, consacrée à l’e-sport au féminin, a eu lieu juste avant le confinement, en janvier 2020.

Implication des clubs sportifs

En pratique, les disciplines ont été sélectionnées en fonction de l’existence d’acteurs territoriaux sur ces thématiques, un club sportif ou un athlète local à l’image de Maïlys Gangloff, une boxeuse professionnelle aixoise. L’organisation de l’événement, assurée par la ville avec la location de matériel (quelques milliers d’euros) a été conçue en association avec les clubs sportifs locaux. C’est ensuite la direction des systèmes d’information de la ville qui a sélectionné les jeux vidéo avec comme exigence première de proposer une expérience la plus proche possible de la pratique sportive « réelle ». La ville a acquis une dizaine de casques de réalité virtuelle (budget : 3.000 euros) auxquels se sont ajoutés une dizaine de jeux vidéo.

Compétition et initiation

Consacrée à la découverte d’une discipline sportive, chaque journée proposait des activités virtuelles, parallèlement à l’organisation de compétitions bien réelles, en présence de « pros ».  « L’avantage de la réalité virtuelle est de permettre à tout le monde, et notamment à ceux qui ne connaissent pas bien les règles d’une discipline, de s’initier en toute quiétude sans avoir à affronter le regard des autres », souligne Nicolas Poilleux. Inversement, pour les sportifs et toutes les personnes éloignées du numérique, ces journées avaient vocation à les ouvrir sur les perspectives du e-sport. « Pour un jeune qui fera de sa pratique sportive son métier, je suis convaincu qu’il y en a plus d’un qui fera carrière dans l’e-sport, secteur économique actuellement en plein développement. Il est important d’ouvrir les jeunes à ces nouveaux métiers », assure le jeune élu au numérique.

Concept étendu à d’autres thématiques

Au total, ces journées ont drainé chacune une bonne centaine de personnes. Face au succès de ces rencontres conciliant présentiel et virtuel, la ville a décliné le concept avec des journées e-senior et e-militaire. Dans le premier cas, il s’agissait de valoriser les bénéfices du numérique pour les personnes âgées. Outre la réalité virtuelle, le robot Nao leur a permis d’interagir pour accéder à des services numériques telles que la messagerie ou la visio. Dans le second cas, la réalité virtuelle a été mobilisée pour montrer concrètement certaines facettes du métier de soldat. Un format d’événement que la ville entend mobiliser de nouveau dès que les conditions sanitaires le permettront.

Un embryon de reconnaissance pour l’e-sport

L’e-sport connaît un fort développement, notamment Asie et aux États-Unis qui ont développé tout un écosystème (éditeurs, compétition, fédérations…) autour de cette thématique. En Europe, l’e-sport peine à se faire reconnaître en tant que discipline à part entière et à trouver des soutiens. En France, l’association France-esports.org fédère joueurs, éditeurs et promoteurs de l’e-sport avec le soutien de la Caisse des Dépôts et du ministère des Sports. Un grand pas a par ailleurs été franchi en avril 2021 avec l’organisation d’« Olympic Virtual Series (OVS) » par le comité international olympique en préambule des JO de Tokyo.

Commune d'Aix-les-Bains

Nombre d'habitants :

29993
place Maurice Mollard
73100 Aix-les-Bains
mairie@aixlesbains.fr

Nicolas Poilleux

Adjoint au maire, en charge de la vie des quartiers et du numérique