Après les chantiers pour ados, des chantiers pour les 9-11 ans (09)

Publié le
dans

Tourisme, culture, loisirs

Ariège

Depuis 2011, les centres de loisirs de la communauté de communes du Pays de Mirepoix proposent des "chantiers enfants" lors des vacances scolaires. Portés par une vraie tradition ariégeoise en matière de chantiers de jeunes, ces projets citoyens sont menés en partenariat avec les communes ou les associations locales.

En 2008, la communauté de communes de Mirepoix (Ariège, 25 communes, 8.537 habitants) se dote de la compétence enfance jeunesse. "L'idée était de donner aux enfants de toutes les communes un service identique" précise Jean-Jacques Michau, président de l'EPCI. Rapidement les élus fixent l’objectif : l'apprentissage de la citoyenneté et de l'autonomie, et de la capacité à s'insérer dans la vie sociale. "L'équipe d'animation a ensuite mis du sens à ces intentions en s’inspirant des chantiers jeunes déjà proposés aux 13-25 ans sur notre territoire" indique Michel Casado, le coordinateur enfance-jeunesse.

Quatre demi-journées de travail et une sortie loisirs

Proposé à un petit groupe d'enfants de 9 à 11 ans (8 participants maximum), encadré par un animateur, un chantier enfants se déroule sur 4 matinées d’une durée de 2h30 chacune. Il permet aux enfants de réaliser un travail d'intérêt collectif au bénéfice d'une association locale ou d'une mairie : peinture des tables de l'accueil de loisirs, réalisation d'un jeu de dames géant pour un festival, entretien des espaces verts d'une commune... Le petit groupe d’enfants organise également ensemble la sortie de loisirs commune (accrobranche, parc d'attractions...) qui sera la récompense de leur chantier. "On leur demande de s'engager à aller jusqu’au bout du projet" précise le coordinateur. Trois ans après le démarrage, un chantier enfant est désormais proposé à chaque période de vacances scolaires par chacun des deux accueils de loisirs sans hébergement (ALSH) du territoire.

Une redynamisation les équipes d'animation et un nouveau public

"Organiser et suivre ces chantiers demande une grande technicité de la part des animateurs : il faut être leader, mais savoir aussi perdre du temps pour que les enfants s'organisent eux-mêmes" ajoute le président de la communauté de communes. Ce projet a permis de redynamiser l'équipe d'animateurs, dont certains sont installés depuis plusieurs années dans ce métier. Sur l’un des centres de loisirs, c'est une animatrice souhaitant renouveler sa pratique qui a en charge les chantiers enfants ; sur le second site, les animateurs se relaient en fonction de la technicité demandée. Et cette dynamique donne des résultats. "Les chantiers enfants nous ont permis de capter un nouveau public qui n'utilisait pas les services des ALSH jusque-là", se félicite le coordinateur enfance-jeunesse.

Un projet implanté dans le tissu local associatif et municipal

La communauté de communes travaille essentiellement avec des associations locales qui mènent des actions événementielles sur le territoire. Cela permet aux enfants de s'impliquer sur une manifestation locale visible. Des projets au sein de municipalités sont également proposés. Au fil du temps, les élus du territoire découvre une action concrète sur leur village. Les associations partenaires se réengagent chaque année et la communauté de communes est sollicitée pour de nouveaux chantiers. "Il faut trouver le bon équilibre : nous ne pouvons pas affecter davantage de personnel aux chantiers enfants, car il faut également continuer à faire fonctionner les accueils d'enfants plus classiques" précise coordinateur enfance-jeunesse.

La perspective de la réforme des rythmes scolaires

Avec la perspective de la réforme des rythmes scolaires - qui est entrée en vigueur sur le territoire à la rentrée 2013 -, le président de la communauté de communes est convaincu que cette action peut prendre toute sa place : "Les enfants vont être progressivement capables de conduire leur action avec moins d'encadrement, les associations pourraient également mettre en œuvre le principe en direct." Et le coordinateur d'ajouter : "Les ados ayant mené des chantiers pourraient aussi transmettre leur expérience aux plus jeunes." Et chacun garde en tête l'espoir que les enfants ainsi formés deviennent demain les acteurs de leur territoire rural.

Claire Lelong pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info

 

L'Ariège, une terre de coopération entre acteurs éducatifs
"En matière de chantiers de jeunes, nous avons 30 ans de pratique en Ariège" indique Michel Casado. Cela remonte à 1984 et la création du fonds départemental des loisirs actifs (FDLA) par la CAF, le conseil général et la direction Jeunesse et Sport (aujourd'hui au sein de la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection de la population), avec l'appui des fédérations d'éducation populaire. Ce fonds vise à accompagner les jeunes dans la réalisation d’un projet : c’est un outil financier d'aide au projet mais aussi un soutien pédagogique qui permet au jeune d'entrer dans la démarche de projet. Les animateurs jeunesse des différentes collectivités sont les interlocuteurs principaux des jeunes souhaitant déposer un dossier. Ce fonds permet également de former les professionnels jeunesse.
Forts de ce partenariat ancien, les différents acteurs se sont impliqués dans le projet plus large de "schéma départemental pour des politiques éducatives concertées en Ariège", adopté en septembre 2012. Ce cadre concerté cohérent se décline sous forme de conventions territoriales à l'échelle des intercommunalités, cadre au sein duquel la communauté de communes de Mirepoix œuvre aujourd'hui.

Communauté de communes du Pays de Mirepoix

Nombre d'habitants :

8537

Nombre de communes :

25
1, chemin de la Mestrise  BP 70136
09500 Mirepoix
pays.de.mirepoix@wanadoo.fr

Jean-Jacques Michau

Président

Michel Casado

Coordinateur enfance-jeunesse
Haut de page