Asnières (92) ouvre la voie du magazine féminin de collectivité

Publié le
dans

Tourisme, culture, loisirs

Hauts-de-Seine

Un journal pour les femmes fait par des femmes... rien de bien nouveau a priori, sauf quand une commune est à l'origine du projet et que les élues de la municipalité sont chargées de produire son contenu. Retour sur la publication de Citadine, le magazine féminin d'Asnières-sur-Seine.

Au mois de mai dernier, les Asniéroises ont découvert, dans leurs boîtes aux lettres, le premier numéro de Citadine, "le magazine féminin d'Asnières-sur-Seine". Sans la présence de ce sous-titre et d'un minuscule logo de la ville sur la couverture, les habitantes auraient pu facilement le confondre avec l'un des nombreux journaux de la presse féminine vendus en kiosque. En effet, la photo pleine page d'une chanteuse de variété québécoise et le mini-sommaire annonçant des articles consacrés à la Journée internationale de la femme, à la fête des mères ou encore à des secrets de beauté semblaient, à première vue, bien éloigné de l'actualité municipale traditionnelle. Mais le positionnement de ce nouveau support d'information édité par la ville ne doit rien au hasard : "A l'automne dernier, Manuel Aeschlimann, notre député-maire, a proposé la création d'un journal spécialement dédié aux Asniéroises qui vivent, travaillent, élèvent leurs enfants ou s'investissent dans la vie de leur quartier", explique Fabienne Van Aal, directrice de la communication. Une initiative également motivée par des considérations démographiques et socioculturelles. Dans cette commune de 80.000 habitants, plus de 80 % des femmes âgées de 16 à 49 ont une activité professionnelle et parmi elles, un très grand nombre mène de front une vie partagée entre travail, enfants, vie quotidienne, loisirs, famille, culture. La cible habituelle de la presse féminine traditionnelle...

Trouver le bon positionnement

Une fois le principe acté, reste ensuite à définir précisément son contenu et à le réaliser. Là encore, la mairie fait preuve d'originalité. Plutôt que de recourir à une agence de communication, celle-ci fait un pari audacieux en confiant la conception et la rédaction du nouveau support aux femmes de la majorité municipale. Ainsi, dix-neuf élues - adjointes et conseillères municipales - planchent sur les contours et le positionnement de nouveau magazine. Un véritable challenge pour ces femmes peu habituées à ce type d'exercice. Pour les aider dans cette tâche, elles ont reçu le soutien de la directrice de la communication : "J'ai participé à toutes les réunions organisées par les élues, afin de les aider et parfois les recadrer dans leurs réflexions", indique Fabienne Van Aal. Petit à petit, le positionnement du magazine se précise. Si le journal s'adresse aux Asniéroises, son contenu reste largement ouvert aux informations sans liens apparents avec l'actualité municipale. D'où la présence de rubriques plutôt inhabituelles dans un journal de collectivité locale. Le premier numéro propose ainsi des conseils de jardinage, de beauté, des activités de loisirs comme le "scrapbooking" - très en vogue actuellement - sans oublier la traditionnelle page cuisine consacrée à la recette de la terrine de saumon. Aux côtés de ces sujets typiques de la presse féminine, le magazine aborde également des sujets de fond et cherche à mettre en valeur le parcours de femmes asniéroises.

Les femmes, la ville et la modernité

Pour affirmer le positionnement de ce nouveau support, les élues ont choisi un titre en adéquation avec les objectifs fixés initialement. "En choisissant Citadine, nous rendons compte à la fois de la dimension locale - la ville -, du public que nous souhaitons atteindre - les femmes - et du contenu en prise directe avec les préoccupations des habitantes d'une commune urbaine comme la nôtre", souligne Elisabeth Mounier, conseillère municipale chargée d'animer le comité de rédaction du journal. Mais l'implication des élues ne s'arrête pas à la conception du magazine. Elles sont aussi chargées de fournir l'intégralité du contenu de chaque numéro. Du choix des sujets à la remise des textes calibrés au format de la maquette, les élues de la majorité sont mises à contribution. Bref, un journal pour les femmes fait par des femmes. Côté forme, pour séduire le lectorat, le magazine reprend les codes qui font le succès de la presse féminine : photo de une pleine page, abondance de la couleur, multiplication des niveaux de lecture, recours important à l'iconographie. Pour atteindre cet objectif, la direction de la communication a fait appel à l'agence Hermès Communication pour la création de la maquette et la réalisation des numéros. "C'est la seule partie, avec l'impression, confiée à un prestataire extérieur", précise Fabienne Van Aal. Après une année de lancement en 2005, qui a vu la réalisation de deux numéros, le passage à une diffusion trimestrielle est prévu pour 2006.

Pascal Clouet / PCA pour Localtis

"Mettre en valeur le potentiel des Asniéroises"

Conseillère municipale déléguée aux nouvelles technologies, aux équipements culturels, au château d'Asnières et à la mise en valeur du patrimoine, Elisabeth Mounier est également chargée d'animer et de coordonner la rédaction du magazine Citadine.

Comment avez-vous abordé cette nouvelle mission confiée par le maire ?

Lorsque Manuel Aeschlimann nous a fait part de son projet de création d'un magazine dédié aux femmes, j'ai tout de suite été séduite. Il nous a demandé d'en définir les contours et d'assurer sa rédaction. Les dix-neuf élues de la majorité ont vraiment joué le jeu et se sont investies dans le projet, même si aujourd'hui le noyau dur de la rédaction comprend une dizaine de femmes réellement impliquées dans la réalisation de Citadine. Pour ma part, j'ai compulsé un grand nombre de journaux féminins afin de m'imprégner des standards de ce type de presse. Une fois le projet décidé, nous avons tout d'abord réfléchi au positionnement et aux objectifs assignés à ce nouveau journal destiné aux Asniéroises. Il fallait trouver un juste milieu : ni trop institutionnel ni trop féminin. Il n'était pas question d'être redondant avec le journal municipal. Nous voulions plutôt mettre en valeur le potentiel des Asniéroises.

Comment se déroule la réalisation d'un numéro de Citadine ?

Comme pour toute publication, le premier travail consiste à définir le sommaire et à répartir les articles. Dans ce domaine, la règle de base est simple. Si un sujet est accepté, celle qui l'a proposé se charge de rédiger l'article correspondant. Pour le premier numéro, tous les articles ont suivi cette règle à l'exception de l'interview d'Isabelle Boulay et du sujet sur la conférence de l'enfance. L'écriture a demandé quelques efforts particuliers pour adopter un style simple et journalistique fait de phrases courtes afin de rendre la lecture facile et agréable. Au cours des différentes phases de la création du journal, nous bénéficions des conseils et du soutien de la direction de la communication. Les textes sont relus puis validés selon le circuit habituel pour ce genre de publication. Ensuite, la diffusion des 20.000 exemplaires du journal est réalisée à partir du fichier des listes électorales, ce qui permet un ciblage précis.

Est-ce vraiment le rôle d'une collectivité de proposer une information totalement déconnectée de l'action municipale ou d'initiatives locales ?

Citadine traite effectivement quelques sujets comme le bricolage, la cuisine ou la beauté, mais cela représente une petite partie du contenu rédactionnel. A côté de ces sujets un peu légers, le magazine porte un regard sur les initiatives de femmes asniéroises - une créatrice d'entreprise, une bénévole et une artiste pour le premier numéro - et dresse le portrait d'habitantes au parcours exemplaire, comme celui de la conservateur en chef du musée Carnavalet qui réside à Asnières. Je crois que ce mélange des genres correspond tout à fait aux attentes de nos lectrices, comme le prouvent d'ailleurs les réactions que nous avons recueillies après la sortie du premier numéro. Cette diversité des thèmes abordés correspond bien à la tendance de l'époque et à notre souhait de valoriser les réussites asniéroises afin de développer un sentiment d'appartenance, de favoriser l'esprit d'initiative et créer un lien entre les lectrices et leur ville.

Asnières, la ville aux sept magazines

Depuis plusieurs années, la mairie d'Asnières développe des supports d'informations ciblés par catégories d'habitants. Des enfants de 6 ans aux retraités en passant les élèves de primaire, les jeunes, les femmes et les acteurs économiques, chacun dispose d'une information adaptée à ses besoins.
Derniers-nés des journaux d'informations édités par la mairie, Passe l'info et Citadine ont vu le jour respectivement en avril et en mai 2005. Outre leur année de création, ces deux supports présentent d'autres caractéristiques communes. Leur conception repose sur une implication forte des publics auxquels ils s'adressent : les femmes pour Citadine, le magazine féminin d'Asnières-sur-Seine et les jeunes de 18 à 30 ans pour Passe l'info. L'élaboration de ce dernier support repose en grande partie sur la participation des jeunes Asniérois et notamment ceux du conseil communal des jeunes. Comme les femmes pour Citadine, la définition du sommaire et la rédaction des articles sont confiés aux jeunes. Le traitement de l'information répond aux mêmes exigences afin de répondre le mieux possible aux attentes des lecteurs : format original (A5), ton, maquette, iconographie...

Au total, la mairie dispose de six magazines thématiques : Martin Malin pour les 6-8 ans (CP et CE1), Martin Malin Junior, pour les élèves en classe de CE2, CM1 ou CM2, Passe l'info, pour les 18-30 ans, Citadine, pour les femmes, Emploi du temps pour les seniors et Asnières Eco destiné aux acteurs économiques. Sans oublier Asnières Infos, le mensuel d'informations municipales, distribué à tous les habitants, soit un total de sept journaux d'information. Sans doute un record pour une mairie. Dans ces conditions, rien d'étonnant à ce que près des trois quarts des 460.000 euros du budget de la direction de la communication soient consacrés à la réalisation de ces supports. La richesse et la diversité de l'offre de publications n'empêchent cependant la ville de proposer d'autres outils d'information. En plus du site internet, qui propose désormais un blog ouvert aux Asniérois, la mairie dispose d'un service audiovisuel. Rattaché à la direction générale, il est chargé de réaliser environ deux reportages par mois qui sont ensuite diffusés sur le site internet ou gravés sur cd-rom.

Aller plus loin sur le web

Le site officiel de la mairie d'Asnières.
http://www.ville-asnieressurseine.fr
 

Haut de page