"Avant de jeter, avez-vous pensé à réparer ?" (17)

Publié le
dans

Environnement

Energie

Charente-Maritime

Sur un large territoire de Charente-Maritime, la Semaine de la réparation conjugue sensibilisation à la réduction des déchets et promotion des artisans réparateurs. En 2015, 120 d’entre eux ont participé à cette campagne.

Engagés dans un programme local de prévention des déchets (PLPD), le syndicat mixte de gestion des déchets Cyclad (205 communes, 194.000 habitants au nord de la Charente-Maritime) et la communauté d’agglomération de Saintes (36 communes, 61.000 habitants) lancent en 2014 la première "Semaine de la réparation" avec un double objectif : inciter les habitants à réparer leurs petits objets plutôt que jeter tout en donnant davantage de visibilité aux artisans du territoire via un site internet et un forum inter-entreprises.
Après une première expérimentation sur les secteurs de Saintes, Surgères et Saint-Jean-d’Angély les partenaires initiaux proposent aux collectivités voisines de Rochefort Océan, La Rochelle, Haute Saintonge - également engagées dans un PLPD - de se joindre en 2015 à l'opération. La Semaine de la réparation de juin 2015 couvre ainsi les trois quarts des habitants du département.

D’abord mobiliser les artisans réparateurs grâce à un travail de terrain

Dès la première année, les chargés de prévention déchets des deux collectivités pilotes avaient sollicité les chambres consulaires (CCI, chambre de métiers) en vue de mobiliser les artisans selon certains critères : les artisans doivent effectuer les réparations eux-mêmes sur des objets que les habitants pourraient facilement jeter (ce qui exclut les garagistes).
En 2015, dans chaque EPCI partenaire, les chargés de prévention déchets se mettent en lien avec les chargés de mission développement économique pour mobiliser les artisans : d'abord par courrier, puis par téléphone voire via des visites dans leur boutique. "En tant que syndicat de gestion des déchets, nos contacts avec les artisans-commerçants se situent trop souvent sur des aspects négatifs - problèmes de collecte ou d'accès à la déchèterie par exemple, explique la personne en charge de la prévention déchets à Cyclad, Julie Perez. Ces visites nous ont permis de comprendre la technicité de leurs métiers et de recréer du lien." En 2015, sur 550 professionnels contactés, 120 ont participé à l'opération.

Une communication qui valorise les artisans

Lors de la réunion organisée sur le territoire de chaque EPCI avec les artisans volontaires, chacun d’entre eux fournit une photo en situation de travail et un texte pour alimenter le site www.semainedelareparation.fr. Celui-ci est au cœur de l'opération de communication, car il permet aux habitants de repérer un professionnel par commune et par type de réparation, ainsi que des conseils pour prolonger la durée de vie des objets.
La campagne de communication comprend par ailleurs des flyers diffusés en boîtes à lettres, des affiches et autocollants à apposer sur les vitrines, des encarts dans la presse locale et territoriale, une présence sur les réseaux sociaux. En 2015, la campagne a généré 1.600 vues sur les réseaux sociaux.
Le site internet enregistre une activité toute l'année, et jusqu'à 250 connexions par jour dans les semaines précédant et suivant la Semaine de la réparation. Les artisans, même s’ils n’ont pas enregistré une hausse significative de fréquentation, se félicitent d'avoir pu valoriser leur métier et échangé avec leurs clients sur le thème des déchets.

Prochaines éditions : renforcer les liens avec le monde économique

La mobilisation des artisans nécessite de démultiplier les relais sur le terrain. Pour les prochaines éditions, l'idée est d'aller présenter l'action dans les commissions économiques des EPCI, les jeunes chambres économiques, les associations des commerçants et clubs d'entreprise. "Enfin, notre objectif est de réaliser l'opération sur la totalité du département, en 2016."
Autre piste de progression : améliorer l’évaluation des déchets évités via la semaine de la réparation, en sensibilisant les artisans.

Budget
En 2014, les dépenses se sont montées à 11.800 euros, comprenant tous les frais de création (identité visuelle, site…). La moitié a été financée par une subvention de l'Ademe, le solde étant réparti équitablement entre les deux collectivités pilotes.
En 2015, le budget s'élève à 15.600 euros sur les cinq territoires, le principal poste de dépenses étant le boîtage des flyers (pour les collectivités ayant choisi ce mode de communication) et les spots radios. L'Ademe a accordé à nouveau une subvention exceptionnelle de 50% au titre de l’originalité de l’opération. Un point de vigilance : prévoir une convention financière dans chaque EPCI pour mettre les frais en commun.

Sophie Daguin, L’Œil à la Page, pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info

Contact(s)

Cyclad

1 rue Julia et Maurice Marcou
17700 Surgères
05 46 07 16 66
contact@cyclad.org
Nombre d'habitants : 114968
Nombre de communes : 158
Nom de la commune la plus peuplée : Surgères (6821 hab.)

Jean Gorioux

Président
contact@cyclad.org

Julie Perez

Chargée de mission prévention des déchets
j.perez@cyclad.org
Haut de page