Avec CarTab', le conseil général du Loiret teste la tablette numérique dans un collège (45)

Publié le
dans

Tourisme, culture, loisirs

Loiret

Les 590 élèves et professeurs d’un collège du Loiret ont reçu à la rentrée 2013 une tablette à la place des manuels scolaires. Objectifs : alléger le cartable et familiariser les adolescents à un usage scolaire des NTIC. L’expérimentation a été lancée pour quatre ans, le temps de lui trouver un modèle économique et d’évaluer son impact pédagogique.

Le cartable numérique CarTab’ est expérimenté dans le cadre de la politique jeunesse "Mod’J" et du schéma directeur des usages numériques (Sdun) du conseil général, dans le collège de Meung-sur-Loire, depuis septembre 2013.
Les études préalables se sont déroulées de janvier à juin 2013, et l’infrastructure technique a été installée en juillet et août 2013.

Tablettes individualisées et remises à jour

A la rentrée scolaire 2013, 510 collégiens, ainsi que 45 professeurs et personnels d’encadrement, ont reçu des tablettes numériques. Récupérées durant la période estivale pour effectuer des mises à jour, 590 ont été redistribuées en septembre 2014.
Chaque tablette comprend 40 applications pédagogiques (calculatrice, atlas, traitement de texte, dictionnaires...) et 26 livres numériques correspondant aux ouvrages au programme du cours de français, ainsi que les manuels scolaires dématérialisés de six autres matières. Le contenu est complété selon le niveau et les options de chaque élève qui conserve la même tablette toute sa scolarité. Le périmètre du kiosque est variable pour s’adapter à l’évolution des pratiques des enseignants référents qui testent de nombreuses applications. Les enfants peuvent emmener la tablette à domicile et en sont responsables.

Accompagnement des professeurs et information soutenue des parents

Des ateliers d’accompagnement techniques ont été mis en place par le conseil général, avec le concours d’enseignants agréés par le fournisseur des tablettes. Ils se sont tenus d’octobre 2013 à février 2014, durant une dizaine de jours. L’inspecteur disciplinaire de l’Académie a plusieurs fois visité le collège pour accompagner les évolutions pédagogiques entraînées par la tablette. Depuis la rentrée 2014, le réseau national de création et d’accompagnement pédagogiques Canopé soutient également la démarche.
Pour rassurer les parents qui s’interrogent sur l’utilisation de cet outil par leurs enfants, des réunions d’information ont été organisées. Tandis que les relations soutenues de la direction de l’établissement avec les fédérations des parents du collège ont facilité la communication.
Une assistance technique est assurée par un prestataire une fois par semaine dans le collège et du lundi au vendredi par téléphone et courriel. Des parents ou des élèves peuvent refuser la tablette, remplacée dans ce cas par des supports papier. Seule une famille en a fait la demande cette année.

Formalités administratives et techniques pour encadrer l’usage des tablettes

Le site internet de l’opération propose, à ce jour, un guide d’utilisation et une convention de prêt à signer entre le conseil général et les parents. Ce texte détermine les modalités de prêt et d’utilisation : venir en classe avec une tablette chargée au minimum à 50%, ne rien télécharger illégalement.... Un travail est en cours pour faire évoluer ce site et l’enrichir de documents d’accompagnements complémentaires à destination des parents. En outre, les tablettes sont sécurisées et l’accès à Internet limité à leur usage scolaire grâce à un dispositif de filtrage administré par le Rectorat.
L’assurance du département prend en charge les sinistres, mais comme une franchise reste à sa charge - 250 euros actuellement - il apprécie au cas par cas s’il doit exercer lui-même un recours contre l’emprunteur ou son assureur pour être remboursé.

Modèle économique à conforter

Le coût total de la mise en place de cette expérimentation a été de 476.000 euros : 276.000 euros pour le matériel et les logiciels (tablettes, accessoires, plateforme d’administration à distance), 72.000 euros pour la couverture en Wifi du collège, 92.000 euros de prestations (déploiement, support et assistance technique) et 36.000 euros de ressources numériques (applications et manuels). Tous ces investissements ont été pris en charge par le Conseil général.
L’entretien et les mises à jour se sont élevés à 130.000 euros la seconde année. "Il est clair que l’évaluation de l’expérimentation comprendra un volet portant sur son modèle économique, qui reste à trouver", précise Nicolas Vergne, chef de projet au conseil général.

Du côté de la pédagogie ?

Un an après son lancement, les utilisateurs se sont bien approprié les tablettes. A noter : les élèves de Segpa - sections d’enseignement général et professionnel adapté - ont beaucoup apprécié la tablette, les réconciliant avec les matières générales notamment. Les enfants dyslexiques y trouvent également une aide précieuse à leur apprentissage. D’une manière plus générale, la différenciation et le travail par petits groupes s’en trouvent facilités. À la rentrée 2014, CarTab’ est également utilisé pour une classe Ulis, où sont scolarisés des enfants handicapés.
Reste à attendre les résultats complets du bilan pédagogique pour l’année 2014-2015.

Pour la chargée de mission aux usages numériques au conseil général, Adeline Buisson, "l’expérimentation exige aussi un temps important de pilotage de la part de tous les acteurs concernés, et pas seulement au moment de la mise en place du projet. Il faut être réactif constamment, car le collège doit continuer son activité comme n’importe quel autre établissement. Les principales difficultés résident dans le coût d’un tel projet (achat de matériels, de prestations) et dans le besoin d’accompagnement des enseignants. L’offre des manuels numériques ne donne pas entière satisfaction : les licences sont coûteuses pour des ouvrages qui ne sont parfois que des copies des livres papier, sans autre enrichissement numérique. Le département est à pied d’œuvre dès cette deuxième année d’expérimentation pour trouver des solutions et des leviers pour développer les usages numériques". A suivre…

Lucile Vilboux/magazine Village-L’Acteur Rural pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info
 

Conseil départemental du Loiret

Nombre d'habitants :

659587

Nombre de communes :

334
Hôtel du Département-15 rue Eugène Vignat - BP 2019
45010 Orléans cedex 1
contact@loiret.fr

Éric Doligé

Président

Adeline Buisson

Direction de la jeunesse, chargée de mission aux usages numériques

Nicolas Vergne

Chef de projet DSII
Haut de page