Jean-Noël Escudié / P2C

Hébergement - Avec près de 150.000 places d'hébergement d'urgence ouvertes, le plan Grand Froid atteint son apogée

Social

Santé, médico-social, vieillissement

Sécurité

Logement

Alors qu'une nouvelle vague de froid s'abat sur la France, le ministère de la Cohésion des territoires, en charge du logement, publie un point sur le plan Grand Froid. Le plan 2017-2018 a été mis en place par une instruction interministérielle du 3 novembre 2017 (le plan étant déclenché, comme chaque année, le 1er novembre), accompagnée en annexe du "Guide national de prévention et de gestion des impacts sanitaires et sociaux liés aux vagues de froid 2017-2018" (voir notre article ci-dessous du 15 novembre 2017).

Trente-sept départements en état d'alerte grand froid

Ce point effectué par le ministère intervient à l'approche d'une seconde vague de froid, mais aussi juste après l'opération de comptage menée dans la capitale par les associations et la mairie de Paris, qui a dénombré environ 3.000 sans abri dans les rues durant la nuit du 15 au 16 février (voir notre article ci-dessous du 21 février 2018). Après les affirmations hâtives selon lesquelles le nombre de personnes à la rue, la nuit dans la capitale, ne dépasserait pas une cinquantaine, le communiqué du ministère reconnaît d'ailleurs que "la progression du nombre de personnes sans domicile fixe est une réalité depuis des années, à laquelle nous devons collectivement faire face".
A l'issue d'une visio-conférence avec les treize préfets de région métropolitains, 37 départements ont réactivé, dès le 21 février, le niveau d'alerte "grand froid", "afin d'ouvrir de nouvelles places et de renforcer la veille sociale et les maraudes". L'activation du plan permet en effet une intensification des maraudes, un renforcement des équipes du 115, l'allongement des horaires d'ouverture des accueils de jour et de nuit et, si besoin, l'ouverture de places supplémentaires.

Un budget en hausse de 11% en 2018

Le nombre de départements activant le plan Grand Froid pourrait s'accroître dans les prochains jours, en fonction des prévisions de Météo France. Au début du mois de février, lors de la première vague de froid, 37 départements avaient ainsi déclenché le plan, ce qui avait permis de dégager 3.000 places temporaires supplémentaires. Le ministère précise que "ces places seront réactivées autant que nécessaire pour faire face aux conditions climatiques et mettre à l'abri les plus démunis".
Au passage, le communiqué rappelle que l'Etat a ouvert et finance 146.000 places d'hébergement d'urgence depuis le 1er novembre sur l'ensemble du territoire. En y ajoutant les 3.000 places supplémentaires qui peuvent être rapidement mobilisées, la capacité totale atteint "149.000 places d'hébergement d'urgence ouvertes et financées par l'Etat". Ce chiffre représente 15.000 places de plus que durant l'hiver dernier, permettant au ministère d'affirmer que "jamais aucun gouvernement n'a fait autant en la matière".
En termes budgétaires, l'engagement de l'Etat représente près de deux milliards d'euros pour l'hébergement d'urgence en 2017, "dont plus de 90% vont vers les associations et les acteurs de l'hébergement et de l'insertion". Pour 2018, le budget consacré à l'hébergement progresse de 11% par rapport à la loi de finances initiale 2017.
Enfin, sur Paris et l'Ile-de-France, le communiqué du ministère prend soin de préciser que le nombre de places supplémentaires dégagées dans le cadre du plan Grand Froid est de 1.558, dont 937 places à Paris. Ces places s'ajoutent aux 3.889 ouvertes depuis le 1er novembre.

Accompagner vos transformations

La transformation du secteur à travers les réformes engagées par les pouvoirs publics vous impacte et vous amène à évoluer

Haut de page