Avec un club d'entreprises, le pays de Langres s'intéresse aux emplois et compétences locales (52)

Publié le
dans

Développement économique

Tourisme, culture, loisirs

Haute-Marne

Depuis 2010, le pays de Langres anime une démarche de gestion territoriale des emplois et des compétences en lien étroit avec le club local d’entreprises, Actisud 52. Partage des bonnes pratiques, formations courtes et de proximité, parrainages des porteurs de projet... Aujourd'hui, la centaine d'entreprises impliquées ne pourrait plus se passer de la valeur ajoutée qu'apporte cette dynamique.

Un premier projet de pays avait centré les actions économiques du pays de Langres (Haute-Marne, 168 communes, 48.978 habitants) sur des investissements : aménagement de zones artisanales, immobiliers d’entreprises.... Celui de la période qui a suivie (2007-2013) s'est davantage tourné vers les ressources humaines, les services aux publics et l'économie de proximité.
"Nous avions réalisé que faire venir des entreprises ne suffisait pas à créer de l'emploi sur le territoire et attirer de nouveaux habitants. Il fallait susciter une autre dynamique pour accompagner les entreprises", explique le président du conseil de développement territorial du pays, Yves Doucy, à l'époque vice-président de la communauté de communes de la Vingeanne.

Démarche menée avec un club d’entreprises

"En 2007, nous avons monté un partenariat avec Actisud 52, un club d’entreprises de l’arc Sud Haut-Marnais, qui regroupe les entreprises de toutes tailles disséminées sur ce territoire essentiellement rural." Après un diagnostic global des ressources humaines locales, mené en 2009 avec l'observatoire permanent de l'emploi et des qualifications, le pays et le club sont retenus à un appel à manifestation d'intérêt pour des démarches de gestion territoriale des emplois et des compétences (GTEC), lancé par la Direccte Champagne-Ardenne, en septembre 2010. C’est grâce au soutien financier du groupement d’intérêt public Haute-Marne, de la région Champagne-Ardenne, de l’Etat et des fonds européens Leader que la démarche est mise en œuvre.

Un "facilitateur" pour la première étape d’audit

La première étape de l’audit démarre en 2010 auprès d'une trentaine d'entreprises adhérentes du club Actisud 52, avec l'aide d'un cabinet de consultant. Un "facilitateur" est recruté pour convaincre les entreprises de l'utilité de la démarche. "Un vrai travail de fourmi, pour prendre les contacts et les concrétiser." Secrétaire général du club depuis 10 ans et recruté par le pays, le facilitateur a travaillé sous la houlette du pays et du club et a préparé le terrain au cabinet.
"Lorsque nous avons présenté aux dirigeants les résultats de ces audits, leur parole a commencé à se libérer sur leurs difficultés à manager leurs équipes, à recruter, à se projeter, à gérer leur trésorerie, etc.", explique l’élu.

Deux personnes recrutées pour animer la GTEC

En 2012, un plan d’actions est validé par le comité de pilotage et la mise en œuvre débute en 2013 sous le pilotage direct du comité opérationnel qui regroupe le pays à travers le référent élu et le référent société civile, ainsi que les techniciens du pays, le club d’entreprises et le facilitateur.
Deux personnes sont recrutées par le pays pour coordonner et animer le programme : poursuite des audits des entreprises volontaires, réunions de partage des bonnes pratiques, consolidation des partenariats avec des organismes de formations agréés, lancement des actions de formation de proximité, organisation de l’accueil de stagiaires dans les PME y compris les structures d’insertion, parrainer les porteurs de projet…

Mieux se connaître crée déjà une dynamique

Pour tisser des liens entre les entreprises et les différents partenaires sociaux et économiques impliqués : Pôle emploi, mission locale, organismes paritaires collecteurs agréés... , des commissions thématiques se créent. "Il faut du temps pour tisser ces relations, mais cela porte ses fruits aujourd'hui."
Pôle emploi par exemple, auparavant mal connu par les entreprises, reçoit désormais davantage d'offres d'emploi de leur part, et mieux rédigées grâce à l'expérience partagée d'une RH d'une grande enseigne. Autre exemple : des formations courtes, organisées par le pays et Actisud 52, ont été ouvertes à des salariés des TPE, des grandes entreprises et à des demandeurs d’emplois. Depuis le début, 338 salariés et demandeurs d'emploi du territoire ont pu suivre 43 sessions collectives de formation.

Evaluations régulières

Les évaluations réalisées en 2012 par le conseil de développement, puis en 2016 par l'association nationale Sol et Civilisation sont positives : les entreprises qui ont pris l'habitude de travailler ensemble déclarent qu'elles ne pourraient plus s'en passer et elles sont de plus en plus nombreuses à vouloir s'impliquer (voir en fin de texte). Fin 2015, le dispositif a touché 133 entreprises, dont 24 à l’occasion de réunions de partage des bonnes pratiques durant cette seule année.

Coopération pays/club d’entreprises : atout essentiel

"Les conditions de réussite de la GTEC résident dans la co-maîtrise d'ouvrage pays/club d’entreprises", tient à souligner le président du conseil de développement. C’est par exemple la détermination des dirigeants d'entreprises et des élus qui, malgré les difficultés à rassembler les financements, a permis la mise en œuvre des formations. Autres facteurs de réussite : "la présence du facilitateur, la gratuité des actions pour les entreprises, le partenariat avec les organismes de formation et l'appui, dès le départ, des acteurs publics". D'autres actions vont être menées pour les années à venir comme la mise en œuvre d'un comité des œuvres sociales pour les PME.

Thématiques des réunions de partage des bonnes pratiques
Exemple de thématiques déjà abordées en réunions de partage de bonnes pratiques : calcul du prix de revient, tableau de bord d'activité, sécurité au travail, management d'équipe, pénibilité au travail, "lean management", mutuelle d'entreprise, motivation du personnel, VAE...

Lucile Vilboux/magazine Village-L’Acteur Rural pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info

Contact(s)

PETR du Pays de Langres

Maison des services, 2 bis ruelle de la Poterne
52200 Langres
03 25 84 10 00
Nombre d'habitants : 48978
Nombre de communes : 168
Nom de la commune la plus peuplée : Langres (7877 hab.)

Charles Guené

Président du PETR Pays de Langres

Yves Doucey

Président du conseil de développement territorial
Haut de page