Maine-et-Loire

Baugé-en-Anjou, l'une des premières communes nouvelles, donne l'exemple

Commande publique

Au cœur de la communauté de communes du canton de Baugé (49), cinq communes partagent la même histoire, au sein d’un même bassin de vie et d’emploi. En continuité géographique et urbaine, elles forment "l’agglomération baugeoise". Les habitants partagent les mêmes équipements, les mêmes projets et se retrouvent au sein des mêmes associations culturelles, sportives, sociales... Tous les ingrédients sont réunis pour créer une commune nouvelle.

"Ce regroupement était dans les esprits et pour ma part je guettais l’avancée des textes de la loi du 16 décembre 2010, pour enfin pouvoir lancer le processus de réflexion avec mes collègues élus, explique Philippe Chalopin, maire de Baugé et vice-président de la communauté de communes du canton de Baugé. Avec 208 habitants à Montpollin, 272 à Pontigné, 796 à Saint-Martin-d’Arcé, 1.353 au Vieil Baugé 3.800 à Baugé, nous étions tous confrontés, à très court terme, à des difficultés de maintien de la qualité des services, avec le risque de les voir disparaître dans certaines communes. La diminution des dotations de l’Etat et la difficulté à emprunter pouvaient avoir de graves conséquences sur le maintien de nos projets, alors que les attentes de la population étaient fortes (école, transport, loisirs, logement). Les habitants de nos cinq communes utilisent déjà les mêmes équipements ! Les habitants attendent de nous des services équitables : des équipements sportifs communs (même entretien, même personnel), des aides homogènes pour les différentes associations, les mêmes tarifs de cantine, l’accueil périscolaire harmonisé, le même entretien pour les voiries, les salles de loisirs et culturelles, et des services étendus (permis de construire, police municipale, action sociale…) etc. Les projets ne manquent pas (pistes cyclables, gestion du golf de Baugé-Pontigné, projet d’urbanisme entre Baugé et Saint-Martin-d’Arcé, PLU sur le nouveau territoire, développement touristique, développement de l’habitat…). J’étais persuadé que la commune nouvelle pourrait nous donner les moyens humains, financiers et techniques dont nous avions besoin."

Le projet mûrit rapidement au sein d’une commission d’élus

En mai 2011, la réflexion, entre élus dans un premier temps, démarre avec les cinq maires concernés puis, dès juin, au sein d’une commission qui réunit quelques adjoints et conseillers de chaque commune. Premier travail de la commission : examiner, avec les services de l’Etat, les incidences financières de la transformation. Le montant de la DGF de la commune nouvelle est évalué. Bonne nouvelle : la nouvelle tranche de population atteinte (6.400 habitants) entraîne une augmentation "mathématique" de la dotation. Elle sera de 76.000 euros. En complément, une analyse financière a permis de vérifier que la capacité d’autofinancement de la future commune nouvelle lui permettrait de réaliser ses projets.

Une charte fonde la nouvelle collectivité rurale

Simultanément, la commission élabore une charte constitutive, un texte fondateur qui précise les principes, les orientations, l’organisation et la gouvernance de la commune nouvelle, en complément des textes issus de la loi de décembre 2010.
Trois objectifs ont été approuvés : permettre l’émergence d’une nouvelle collectivité rurale plus dynamique, respecter la représentation équitable des communes fondatrices et l’égalité de traitement pour tous les habitants, maintenir un service public de proximité. Dix orientations prioritaires précisent les thèmes de développement auxquels les conseils municipaux des communes fondatrices sont attachés et donnent déjà des pistes d’actions (uniformisation des documents d’urbanisme dans le cadre d’un PLU, maintien des activités économiques, pérennisation de trois écoles, maintient des secrétariats de mairie, développement de liaisons douces, soutien aux associations…). Enfin, la charte précise la gouvernance (siège, composition du conseil municipal et de la municipalité), les ressources (fiscalité et DGF) et les compétences, qui sont celle d’une commune.

Les éléments financiers et la charte sont présentés devant chaque conseil municipal

En septembre 2011, lorsque le SDCI (schéma départemental de coopération intercommunale) est adopté, la commune nouvelle y est inscrite. En octobre 2011, l’ensemble du projet conçu par la commission et les cinq maires est présenté au personnel, ainsi qu’à chacun des conseils municipaux.
Dès octobre 2011, la commission décide de confier à un cabinet spécialisé un audit relatif au personnel de chaque commune, dans les services administratifs, techniques, les écoles, le tourisme, les services sociaux. Tous les agents peuvent s’exprimer à travers une enquête. Un organigramme non nominatif est présenté pour la future commune nouvelle. Après ce travail d’approche générale, les agents travaillent par métier, en petits groupes. En lien avec le cabinet et sous la direction de la directrice générale des services de la commune de Baugé, ils passent en revue toutes les tâches qui font le quotidien des agents d'une commune. Ce travail permet de passer de "Qui fait quoi et où ?" à "Qui fera quoi et où ?". "Les ateliers ont très bien fonctionné et ont même créé une émulation pour apporter des idées, proposer des avancées qualitatives et souder les équipes autour du projet," explique le maire de Baugé.

Aucun n’emploi n’a été supprimé et pour l’instant, aucune création de poste n’a eu lieu

"L’objectif était de réorganiser l’ensemble des effectifs et de permettre à certaines personnes d’exercer de nouvelles fonctions qu’elles n’auraient pas pu exercer dans leur commune." Le 17 novembre 2011 est organisée, en soirée, une réunion publique d’information, en présence du préfet du Maine-et-Loire et de tous les services de l’Etat. Elle a réuni environ 500 personnes et a permis de clarifier, officiellement, un grand nombre de questions venant des participants. Suite à cette réunion, un document pédagogique de six pages est largement diffusé dans tous les foyers ; un site internet et un blog sont lancés.
Dans chaque commune, des réunions sont organisées pour toucher encore plus de monde et expliquer, échanger, répondre aux questions, recueillir les observations ; les habitants sont invités à se prononcer à l’aide d’un document "Projet de commune nouvelle, donnez votre avis" qu’ils déposent dans les urnes installées dans chaque commune. Sur les 700 personnes ayant participé à la consultation, 75% se sont déclarées favorables à la création de la commune nouvelle, 12% contre et 12% sans avis.
"Nous craignions que les habitants n’acceptent pas le projet. Nous nous trompions, les quelques freins ne sont pas venus d’eux. Bien au contraire, souligne le maire de Baugé. Certains nous ont même dit : Et bien ! Ce n’est pas trop tôt ! ".

Et la communauté de communes dans tout ça ?

Le travail d’explication, tant pour les élus que pour les habitants, a porté sur les compétences : "Pour notre communauté de communes, qui a certainement vocation à s’agrandir, les projets d’aménagement, de développement économique, d’assainissement, de déchets ; Pour notre commune nouvelle, l’urbanisme et les services de proximité, c'est-à-dire le renforcement d’une commune rurale dynamique. Pour les mairies déléguées (entendons les ex communes), il a été acté que les associations de parents d’élèves, les clubs des aînés, les associations d’anciens combattants et le comité des fêtes resteraient dévolus aux équipes des mairies déléguées de la commune nouvelle" précise Philippe Chalopin.

Le 8 mars 2012, les conseils municipaux donnent leur accord à l’unanimité

Le 8 mars 2012, lorsque les élus de chaque commune sont appelés à voter, le bulletin de chaque conseiller est le résultat d’un travail méthodique et continu, de débats, de consultation, de concertation, d’explications. A Baugé : sur 27 votants, 26 sont pour, 1 abstention (100 % de pour) ; A Montpollin, 11 votants, 9 pour, deux contre (82%) ; A Pontigné : 10 votants, 7 pour, 3 contre (70%) ; A Saint-Martin-d’Arcé : 15 votants, 10 pour, cinq contre (67%) ; Au Vieil-Baugé : 15 votants, 13 pour, 2 contre (87%). Les cinq votes ont eu lieu à la même heure et le même jour à bulletins secrets. La création de cette commune nouvelle qui s’appellera Baugé-en-Anjou a recueilli une importante majorité, à savoir 84% de votes favorables. Elle compte près de 6.400 habitants, ce qui la place dans les quinze premières du département.

Un conseil consultatif pendant la période transitoire

Il y avait 78 conseillers municipaux avant le vote de la commune nouvelle. Pendant la période transitoire, c’est-à-dire jusqu’aux élections municipales en 2014, le conseil municipal de la nouvelle commune comptera 57 représentants. La répartition se faisant à la proportionnelle et au plus fort reste, certains conseillers municipaux actuels n’ont pas pu intégrer le conseil municipal de la commune nouvelle. Afin de les associer aux travaux du nouveau conseil municipal, il a été convenu de la constitution d’une commission consultative durant la période transitoire. Elle est composée uniquement des conseillers municipaux qui ne peuvent plus siéger dans le nouveau conseil. Ses membres seront conviés à assister aux conseils municipaux, aux commissions ainsi qu’à toutes les manifestations auxquelles seront conviés les conseillers municipaux. Leur avis sera systématiquement sollicité pour toute décision relevant de la compétence du conseil municipal de la commune nouvelle.
Les cinq communes déléguées gardent un conseil, un maire et leurs adjoints actuels. En 2014, suite aux élections municipales, la commune nouvelle comptera 29 représentants qui éliront le maire. Il sera assisté de cinq maires délégués et d’adjoints.

Réussir le passage du 1er janvier 2013 ?

Depuis plusieurs semaines, les agents et les élus se réunissent régulièrement pour préparer l'entrée en vigueur de la nouvelle commune au 1er janvier 2013.
Réunis en neufs commissions, ils ont, dans un premier temps décidé de répartir les compétences entre les communes déléguées et la commune nouvelle. La commission Finances a validé en détail les compétences de chaque commission.
Les élus font maintenant l'inventaire des projets à réaliser sur les prochaines années, ce qui permettra, dés septembre 2012 de passer à l'élaboration du budget.
Le calendrier de travail a été respecté et les choses avancent normalement - sans difficultés particulières. Le blog permet de suivre en temps réel les évolutions du projet.
En conclusion, Philippe Chalopin ajoute que la réussite de la démarche est due en grande partie à "l’entente, l’implication, la complémentarité des cinq maires", Michel Sagon, maire de Pontigné, Jean-Claude Raimbault, maire de Montpollin, Jean Poirier, maire de Saint-Martin-d’Arcé et Olivier Carton, maire de Vieil Baugé. Elus et les agents sont animés de la même volonté : réussir le passage du 1er janvier 2013.


Catherine Korenbaum, Mairie-conseils, pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info
 

Contact(s)

Commune nouvelle de Baugé-en-Anjou

Mairie, Place de l'Europe
49150 Baugé-en-Anjou
02 41 84 12 12
02 41 84 12 19
Nombre d'habitants : 6400

Philippe Chalopin

Maire et vice président de la communauté de communes du canton de Baugé
philippe.chalopin@baugeenanjou.fr

Bénédicte Roux

directrice générale des services de la ville de Baugé
benedicte.roux@ville-bauge.fr
Haut de page