A Caen-la-Mer, les détenus sont des lecteurs comme les autres

Publié le
dans

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Tourisme, culture, loisirs

Calvados

En 2007,la communauté d'agglomération de Caen-la-Mer a signé une convention avec le service de probation et d'insertion pénitentiaire du Calvados et les deux établissements pénitentiaires présents sur son territoire. Objectif : développer la lecture en milieu pénitentiaire. Au-delà d'une simple mise à disposition d'ouvrages, il s'agit d'intégrer les détenus à la vie culturelle de la communauté d'agglomération.

La communauté d'agglomération de Caen-la-Mer (29 communes, 223.000 habitants) est engagée depuis longtemps dans une politique culturelle en faveur des publics défavorisés. Au début des années 2000, la ville de Caen passe un contrat ville-lecture avec l'Etat. Objectif : favoriser la lecture notamment auprès des publics empêchés (patients hospitalisés, personnes âgées et handicapées, détenus). "Le dispositif n'existe plus aujourd'hui, mais nous avons toujours le souci d'aller vers tous les publics en marge de la lecture", explique Noëlla du Plessis, directrice de la bibliothèque de Caen transférée à l'agglomération en 2003. Par ailleurs, la bibliothèque travaille en collaboration, depuis les années 80, avec le centre pénitentiaire et la maison d'arrêt de la ville. "Au fur et à mesure, nous avons réfléchi à des actions accessibles aux détenus, mais qui ne leur soient pas spécifiques", poursuit la directrice. La convention-cadre pour développer la lecture en milieu pénitentiaire est signée le 18 janvier 2007 par la communauté d'agglomération de Caen-la-Mer, le service pénitentiaire d'insertion et de probation du Calvados (Spip), le centre pénitentiaire et la maison d'arrêt de la ville de Caen. Objectifs : moderniser les bibliothèques des deux établissements, promouvoir la lecture via des animations et développer autour de la bibliothèque intercommunale une politique cohérente. "Nous partons sur les mêmes bases : pas d'actions spécifiques pour un public spécifique mais des activités identiques à celles proposées à l'extérieur", insiste Noëlla du Plessis. Tous les ans, par exemple, la bibliothèque organise une rencontre avec un auteur : celui-ci rencontre son public à la bibliothèque puis à la maison d'arrêt. Le travail de préparation en amont (ateliers d'écriture et de lecture, activités plastiques) est proposé dans les bibliothèques de quartier mais aussi dans celles des établissements pénitentiaires. Il en est ainsi par exemple pour la rencontre avec un auteur invité au salon du livre de Caen.

 

Des animations pour les détenus toute l'année

En signant la convention, les quatre partenaires se sont engagés sur des points précis. Désormais, les établissements pénitentiaires affectent une ligne budgétaire à la bibliothèque, nomment et rémunèrent des bibliothécaires parmi les détenus, garantissent une ouverture suffisante et en facilitent l'accès pour les détenus. En 2008, ils ont respectivement consacré  2.300 et 1.500 euros pour la constitution des collections. Le Spip s'est également engagé à affecter une ligne budgétaire au développement de la lecture (1.200 euros en 2008). Il doit aussi désigner des référents pour chaque action programmée. Enfin, la communauté d'agglomération assure, via sa bibliothèque, un dépôt régulier d'ouvrages, joue un rôle de conseil et de formation, participe aux animations prévues dans le programme d'intervention et en propose d'autres en s'appuyant sur ce qui se fait à l'extérieur. "Toutes ces activités nous coûtent financièrement, mais nous n'avons pas de ligne budgétaire spécifique : toutes ces dépenses sont complètement intégrées au budget général", précise la directrice. Chaque année, les partenaires signent un avenant qui détaille précisément les objectifs à atteindre et les animations prévues dans l'année. En 2008, la maison d'arrêt devait notamment réaliser un inventaire des collections et lancer un programme d'acquisitions et d'équipement des ouvrages. "La convention-cadre permet surtout de réaliser plus d'actions, souligne Noëlla du Plessis. Auparavant, nous menions une ou deux activités par an. Aujourd'hui, nous pouvons proposer aux détenus des animations qui courent sur plusieurs mois et couvrent toute l'année."

 

Elisa Dupont / PCA, pour la rubrique Expériences des sites Mairie Conseils et Localtis

Bibliothèque de Caen

Place Louis-Guillouard
14053 Caen Cedex
bibliotheque.caen@agglo-caen.fr

Noëlla du Plessis

Directrice

Communauté d'agglomération de Caen-la-Mer

21 place de la République
14050 Caen Cedex 4

contact

Haut de page