Philie Marcangelo-Leos / Victoires-Editions

Certificats d'économies d'énergie : prolongation de cinq programmes axés sur la précarité énergétique

Environnement

Energie

Annoncée en juillet dernier par le ministère de la Transition écologique, la reconduction pour la quatrième période du dispositif des certificats d’économies d’énergie (CEE) de cinq programmes spécifiques à la lutte contre la précarité énergétique a été validée par arrêté publié ce 14 octobre. Depuis 2016, le soutien aux ménages en situation de précarité énergétique repose notamment sur une dizaine de programmes d’accompagnement (information, sensibilisation, accompagnement technique etc.), dont une première évaluation à été menée en mai-juin 2018 par le ministère. Au vu de leurs résultats encourageants, cinq programmes estampillés "précarité énergétique" sont ainsi prolongés, jusqu'en 2020. A l’exemple du programme SLIME (service local d'intervention pour la maîtrise de l’énergie) coordonné par le Réseau pour la Transition énergétique-Cler. Pilotés par une cinquantaine de collectivités, les SLIME ont permis d’investir plus de 12 millions d’euros dans la lutte contre la précarité énergétique et de générer 1,2 TWh cumac de CEE. Pour la seule année 2018, ce sont plus de 8 millions d’euros qui seront investis, soit 0,7 TWh cumac, portant à 30.000 le nombre de ménages en précarité énergétique repérés.
Autre illustration avec les plateformes Wimoov qui jouent le rôle d’interface avec l’ensemble des solutions de mobilité durable (mobilités douces, covoiturage etc.) mobilisables sur les territoires et la population, notamment les publics les plus fragiles.
Les trois autres programmes concernés par cette reconduction sont Ecorce, Depar (porté par La Poste) et Mage.

Référence : arrêté du 8 octobre 2018 portant reconduction de programmes dans le cadre du dispositif des certificats d'économies d’énergie, JO du 14 octobre 2018, texte n° 7.

Rénovation thermique des bâtiments publics

Une priorité du Grand Plan d’Investissement pour favoriser les économies d’énergie, réduire les émissions de CO2 et encourager le développement des énergies propres.

Haut de page