Vosges

Chantiers "argent de poche" pour les jeunes : six ans d'expérience ! (88)

Tourisme, culture, loisirs

Depuis six ans, la communauté de communes du Val de Galilée organise des chantiers d’été pour les 16-18 ans. Pour les jeunes, c’est l’occasion de gagner un peu d’argent de poche en se rendant utile à la collectivité. Pour celle-ci, c’est une façon appréciable de créer un lien de confiance et de valoriser sa jeunesse.

Le projet a démarré en 2008, au moment de la mise en place de la politique jeunesse de l’EPCI (10 communes, 4.000 habitants). "Les maires nous faisaient savoir que les jeunes sollicitaient les communes pour des jobs d’été", explique Cécile Thomas, animatrice territoriale de l’EPCI. Un job pas si simple à décrocher avant la majorité, d’autant plus sur un territoire rural avec les questions de mobilité associées. Sur le modèle de la ville voisine de Saint-Dié, la communauté de communes a mis en place un dispositif avec une claire répartition des missions. L’EPCI se charge de l’organisation de chantiers dimensionnés pour 4 à 8 jeunes, des inscriptions, de l’encadrement pédagogique et de la gratification. Aux communes de proposer des petits travaux d’entretien adaptés (peinture, nettoyage des abords d’un cours d’eau…), d’assurer l’encadrement technique.

Concertation commune-communauté sur la faisabilité des chantiers

Chaque début d’année, l’animatrice territoriale de la communauté sollicite les communes pour identifier les tâches à effectuer. Celles-ci doivent répondre à plusieurs critères : une faible technicité, des risques limités (pas de travail en hauteur), des outils de travail en quantité suffisante, une juste évaluation du temps de réalisation… "Une rencontre sur site avec l’interlocuteur de la commune est essentielle pour évaluer la faisabilité du chantier, conseille l’animatrice. Par ailleurs, il faut toujours prévoir un plan B en cas d’intempéries, ou bien dans le cas où les jeunes travaillent plus vite que prévu." La commune et l’EPCI signent alors une convention (cf. document joint). En six ans, les dix communes ont toutes proposé au moins une fois un chantier.
Courant juin, l’animatrice lance les recrutements en publiant la liste des chantiers sur le site intercommunal, une publication très attendue d’année en année ! L’offre et la demande s’ajustent généralement bien, avec des critères de priorité pour les jeunes de 16 à 17 ans et ceux issus de la commune qui propose les travaux. En juillet 2013, 31 jeunes ont ainsi participé aux cinq chantiers. Les jeunes signent un contrat d’engagement de 20 heures, en échange d’une gratification de 100 euros (cf. document joint).

Valorisation et écoute des jeunes

Première initiation à la vie active, ces chantiers permettent aux jeunes de se rendre utiles pour la collectivité en gagnant un peu d’argent de poche. "Le but est aussi de les valoriser par le travail, à leurs propres yeux et auprès des adultes, en montrant qu’ils sont capables de ponctualité, régularité, qualité", souligne l’animatrice, qui est présente pour assurer l’encadrement pédagogique sur chaque chantier. Sur les 20 heures du chantier, une demi-journée était auparavant consacrée à une animation santé-environnement et pourrait évoluer vers des contenus d’éducation civique comme… "à quoi sert une communauté de communes ?"
Les territoires créent ainsi un nouveau mode de relation avec une tranche d’âge difficile à toucher par ailleurs. "Au bout de quelques heures passées à peindre la même grille, les langues se délient… on parle de leurs projets, de ce qui les inquiète dans la société…. C’est une vraie mine d’informations sur l’état d’esprit de la jeunesse !", conclut l’animatrice.

 Sophie Daguin / L’Œil à la Page, pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info

 

Budget et organisation
100 euros de gratification par jeune soit 3.100 euros en 2013.
La communauté de communes fournit le petit équipement : gants, lunettes, tenues de haute visibilité, trousse de secours.
Les communes mettent à disposition le matériel.
L’animatrice territoriale est présente à mi-temps sur les chantiers durant 4 semaines.

Contact(s)

Communauté de communes du Val de Galilée

17 rue du 11 novembre
88520 Ban de Laveline
03 29 57 36 36
Nombre d'habitants : 3996
Nombre de communes : 10
Nom de la commune la plus peuplée : Ban de Laveline (1000 hab.)

Nadège Letang

Vice-présidente en charge des services à la population

Cécile Thomas

Animatrice territoriale en charge des services à la population
animation@val-de-galilee.fr
Haut de page