Cinquième vague : les "mesures de vigilance" prises par le gouvernement

Au-delà d'une accélération de la campagne de rappel vaccinal (avec entre autres un possible accueil sans rendez-vous des plus de 65 ans), Jean Castex a annoncé quelques mesures de freinage : renforcement du protocole sanitaire à l'école primaire, télétravail vivement recommandé, passe sanitaire pour manger ou boire dans des zones dédiées lors de manifestations telles que les marchés de Noël, fermeture des discothèques.

On savait qu'une réunion du conseil de défense avait lieu ce lundi 6 décembre, avec les inévitables pronostics quant aux décisions qui pourraient être prises. On ne savait en revanche pas sous quelle forme celles-ci seraient présentées. Ce fut finalement une conférence de presse conjointe de Jean Castex et Olivier Véran à 19h, destinée à un "point de situation" et à l'annonce de "mesures de vigilance".

Celles-ci sont pour l'heure peu nombreuses. Malgré l'ampleur de la cinquième vague en termes de taux de contamination (plus de 400 pour 100.000 habitants, soit davantage que lors de la troisième vague), qui touche "tous les départements" et "toutes les catégories de populations", l'exécutif considère que la vaccination devrait permettre d'éviter une saturation des hôpitaux. À condition de redoubler de prudence par ailleurs. Selon les projections de l’Institut Pasteur citées par le Premier ministre, "en baissant seulement de 10% le taux de transmission du virus, l’hôpital pourrait sortir de la zone de danger".

"Amplifier le bouclier vaccinal"

Deux séries de dispositions. La première : "amplifier le bouclier vaccinal", notamment en accélérant le rythme des rappels (troisième dose). 10 millions de personnes ont fait leur rappel et quinze autres millions devraient pouvoir le faire d'ici début janvier. Ceci grâce à l'ouverture de 200 nouveaux centres, à la mise à disposition de nouveaux créneaux et à la "mobilisation des professionnels de ville".

Il a été décidé que les personnes plus de 65 ans "pourront dorénavant obtenir leur rappel, y compris sans rendez-vous, quel que soit le centre dans lequel elles se rendent", et bénéficieront d'un numéro de téléphone "coupe-file". Olivier Véran a ajouté que les personnes n'étant jusqu'ici pas vaccinées du tout pourront elles aussi se présenter sans rendez-vous dans un centre de vaccination.

S'agissant des enfants de moins de 12 ans (les 5-11 ans), suite à un premier avis de la Haute Autorité de santé, il a été décidé de "rendre possible" (donc sur la base du volontariat) la vaccination des enfants porteurs d'une maladie chronique (y compris l'obésité) à partir du 15 décembre. Pour les autres 5-11 ans, après d'autres avis d'instances scientifiques, il est potentiellement envisagé d'ouvrir la vaccination d'ici la fin de l'année, toujours sans obligation.

"Limiter les occasions à risque"

Au-delà de la vaccination, l'exécutif mise sur "un effort individuel et collectif pour que chacun limite les occasions les plus à risque de se contaminer". Quatre décisions à ce titre :

  • À l'école primaire, le protocole sanitaire est porté au "niveau 3" : "À compter de jeudi prochain, le port du masque sera également requis dans les cours de récréation et les sports collectifs avec contacts seront restreints" et "à partir de lundi prochain, les conditions de restauration seront aménagées en lien avec les élus locaux pour limiter les brassages", a indiqué Jean Castex. Sont parallèlement maintenus le "dépistage de tous les élèves s’il y a un cas positif dans la classe" et la "fermeture de la classe au bout de trois cas positifs".
  • Télétravail : "Il faut que sur l’ensemble du territoire, toutes les entreprises qui le peuvent et ne le font pas encore mobilisent le télétravail. La cible doit être 2 à 3 jours de télétravail." En sachant que "pour la fonction publique de l’État, nous autoriserons jusqu’à 3 jours". Une incitation qui vaut a priori aussi pour la fonction publique territoriale. Rien d'imposé pour le moment mais… "si cela ne fonctionnait pas par la voie de la recommandation, nous serions amenés à passer par celle d’une obligation", a prévenu Jean Castex.
  • Limiter les risques lors des "événements festifs et conviviaux", aussi bien dans la sphère professionnelle (pots de départs, séminaires, moments festifs de fin d’année puis vœux en janvier…) que privée. Des événements professionnels pourront continuer à être organisés, mais sans situation conduisant au retrait du masque (boissons, repas).
    S'agissant des événements se tenant en extérieur, tels que les marchés de Noël, les préfets veilleront à ce que la consommation de nourriture et boissons ait lieu dans des zones clairement distinctes dont l'accès sera soumis à la présentation du passe sanitaire.
    Quant aux réjouissances purement privées, à domicile, Jean Castex n'a pu que lancer un appel : "Jusqu’aux fêtes de fin d’année, on arrête, on lève le pied"...
     
  • Fermeture des discothèques : "C’est la seule exception que nous ferons à notre principe de ne pas restreindre d’activités, nous fermerons les discothèques pendant les quatre prochaines semaines. Cette mesure s’appliquera à compter de vendredi prochain et jusqu’à début janvier", a fait savoir le chef du gouvernement. Bruno Le Maire va immédiatement engager des concertations avec les représentants du secteur pour mettre en place des mesures d'accompagnement économique. Des mesures qui pourront d'ailleurs concerner aussi le secteur de l'événementiel (traiteurs notamment) impactés par l'annulation de certains "moments festifs"…

Jean Castex parle d'"efforts proportionnés" - auxquels il ajoute un appel à un meilleur respect des gestes barrière, dont le port du masque et l'aération régulière des locaux -, et se dit convaincu d'avoir ainsi "les moyens de passer cette vague". Olivier Véran appelant pour sa part à un "ressaisissement" nécessaire si l'on veut "éviter des contraintes supplémentaires".

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle