Circuits courts : du côté de Grenoble et du Voironnais, une légumerie comble le chaînon manquant (38)

Publié le
dans

Environnement

Energie

Isère

Dans la "cuvette grenobloise", les terres agricoles sont aux portes des villes. Si la restauration collective est intéressée par cette proximité, ses contraintes nécessitent aux circuits courts de s’adapter. Pour le permettre, les élus de deux EPCI ont décidé de financer la construction d'une légumerie commune. Le rachat de terres agricoles est également à l’ordre du jour. Les premières livraisons de la légumerie ont lieu à l’automne 2014.

En Isère, la proximité des centres urbains et des terres agricoles favorise la vente directe du producteur aux consommateurs (Amap, vente directe à la ferme...). Pourtant ces bonnes pratiques peinent à toucher les collectivités. La restauration hors domicile (écoles, maisons de retraite, centres de soins...) offre un énorme potentiel mais elle a ses propres exigences : les légumes doivent être livrés prêts à l'emploi, épluchés et parfois même cuits. Dès 2007, des élus des communautés d'agglomération de Grenoble Alpes métropole (437.236 habitants) et de la communauté d’agglomération du Pays Voironnais (92.000 habitants) ont lancé l’idée de créer une légumerie à l'échelle de la région urbaine de Grenoble. Il a fallu mobiliser les partenaires pour que cette proposition prenne forme.

Investissement financé à 62% par les deux communautés de communes

A partir de 2009, le projet commence à s'élaborer. Outre les élus et les techniciens des deux communautés, des représentants de la région, du département et de la chambre d'agriculture se retrouvent au sein d’un comité de pilotage. Le projet consiste à installer la future légumerie sur 500 m2 au sein du pôle économique Centr'Alp, en Pays Voironnais. L’équipement est prévu pour traiter une tonne et demi de légumes par jour, soit l'équivalent de 25.000 repas. Son coût est évalué à 1,2 million d'euros, dont 800.000 euros pour le bâtiment, le reste pour le terrain, les aménagements extérieurs et la maîtrise d'œuvre, le matériel étant à la charge de la société qui exploitera la légumerie. L’investissement est pris en charge à 62% par les deux communautés d'agglomération et à 38% par les autres partenaires membres du comité de pilotage, auxquels vient s'ajouter l'Union Européenne à travers son programme Leader.

Gestion de la légumerie : le choix d’une entreprise d’insertion

"C'est le rôle de la collectivité d'assurer l'investissement, explique le conseiller communautaire délégué à l'agriculture de la communauté d’agglomération du Pays Voironnais, Gérard Seigle-Vatte. Ensuite, la difficulté consiste à trouver l'entreprise qui peut faire fonctionner et gérer cet outil sur le long terme. Nous avons pensé aux agriculteurs eux-mêmes, à une société de restauration collective, et finalement nous avons choisi une entreprise (composée pour partie d'agriculteurs) qui va employer des personnes en situation de handicap ou en insertion. Il est prévu la création d'une douzaine d'emplois sur le site".
En juin 2013, Grenoble Alpes métropole, le Pays Voironnais et l’entreprise d’insertion ont signé une convention pour le bon fonctionnement d’une légumerie commune aux deux territoires.
En attendant que le bâtiment ouvre ses portes, à l'automne 2014, l’entreprise a loué un local dans la cuisine centrale de Saint-Martin-d'Hères. Dans ces conditions, elle peut actuellement fournir 2.000 repas par jour. Elle doit progressivement monter en puissance pour atteindre 25.000 repas par jour, d'ici 2016

Rachat de terres agricoles : l’indispensable complément

"L’objectif est ambitieux. Il nécessite de mobiliser une vingtaine d'hectares de terres agricoles, ce qui est tout à fait possible, explique Karine Berthaud, chargée de mission circuits courts et alimentation à la communauté d'agglomération du Pays Voironnais. En effet, la ceinture verte de la région grenobloise est importante et les élus sont déterminés à la préserver". Pour preuve, le Pays Voironnais vient d'acheter 130 hectares de terres agricoles et à commencer à attribuer ces terres à de jeunes agriculteurs. Ainsi la production de proximité est garantie sur le long terme.

"Il s'agit d'une volonté politique forte, confirme Gérard Seigle-Vatte. La défense des terres agricoles nous conduit à agir localement pour développer une économie qui n'est pas délocalisable."

Luc Blanchard, Studio Graph, pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info
 

Communauté d'agglomération du Pays Voironnais

Nombre d'habitants :

92000

Nombre de communes :

34
40 rue Mainssieux- cs 80363
38516 Voiron cedex

Gérard Seigle Vatte

Conseiller communautaire délégué à l'agriculture

Karine Berthaud

Chargée de mission circuits courts et alimentation

Grenoble Alpes métropole

Nombre d'habitants :

437236

Nombre de communes :

49
3 rue Malakoff
38031 Grenoble Cedex 01

Christophe Ferrari

Président
Haut de page