Localtis

Climat scolaire : les enseignants satisfaits, moins en éducation prioritaire

Une première enquête sur le climat scolaire dans le second degré réalisée par le ministère de l'Éducation nationale au cours du printemps 2019 se montre très rassurante mais révèle toutefois les difficultés systématiques de l'éducation prioritaire. 

Les personnels du second degré de l’Éducation nationale ont globalement une perception positive du climat scolaire au sein de leur établissement. Tel est le principal enseignement de la première enquête sur le climat scolaire menée lors de l'année scolaire 2018-2019 et publiée par la direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (Depp) du ministère de l'Éducation nationale en décembre 2019.

Si globalement l'ensemble des personnels du second degré se sent "tout à fait bien ou plutôt bien" dans son établissement (85,1%) ou dans sa fonction (83,9%), quelques différences apparaissent selon les catégories de personnels. Ainsi les plus satisfaits dans leur établissement sont les personnels non enseignants (89,7%), devant les enseignants du secteur privé (88,9%) et les enseignants du secteur public (82%).

Plus de violence dans le public

Autres différences marquées entre enseignants du public et ceux du privé : les apprentissages et la violence. L'opinion selon laquelle "les élèves apprennent tout à fait ou plutôt bien dans l'établissement" s'élève à 77,2% chez les enseignants du privé contre 51,8% chez ceux du public. 76% des enseignants du privé estiment que "il n'y a pas du tout ou pas beaucoup de violence dans l'établissement » mais seulement 41% des enseignants du public et 17% en éducation prioritaire.

Les "situations difficiles" sont beaucoup plus nombreuses dans le public que dans le privé  :
- 47% des enseignants du public (53% en éducation prioritaire) confrontés à des contestations ou refus d'enseignement (25% du privé) ;
- 29% (40% en éducation prioritaire) à des moqueries ou insultes (13% du privé) ;
- 13% (21% en éducation prioritaire) à des menaces au cours de l'année 2018-19 (8% du privé) ;
- 3,5% (7,1% en éducation prioritaire) bousculés intentionnellement ou/et frappés (1% du privé) ;
- 0,1% (0,4% en éducation prioritaire) menacés avec arme ; 
- 0,1% (0,2% en éducation prioritaire) frappé(e) et/ou blessé(e) avec une arme...

Ces différences de perception sont notamment dues à l'effet "éducation prioritaire". En effet, dans les collèges de l’éducation prioritaire, seuls 54% des enseignants jugent le climat scolaire de leur établissement satisfaisant, contre 68% hors éducation prioritaire. Quant au "sentiment que les élèves y apprennent bien", il n'est que de 25% chez les enseignants de l'éducation prioritaire contre 53% dans les collèges publics hors éducation prioritaire. Enfin, 83% des enseignants des collèges en éducation prioritaire estiment que la violence est présente dans leur établissement, contre 58% pour les enseignants des autres collèges publics.

Haut de page