Puy-de-Dôme

Sophie Daguin

Cocon 63, opération massive d'isolation des combles perdus des bâtiments publics du Puy-de-Dôme (63)

Environnement

Energie

L'opération Cocon 63 a permis d'isoler 80.000 m2 de combles perdus de 340 bâtiments propriétés de 80 communes et autres collectivités publiques. Une opération de grande ampleur menée conjointement entre 2014 et 2016, par le conseil départemental du Puy-de-Dôme et l’Aduhme, agence locale de l’énergie et du climat. Le projet repose sur le principe d'un groupement de collectivités et s’appuie sur le dispositif des certificats d’économies d’énergie.

Lancée en 2014, l’opération était pionnière à l’époque. Tout est parti d’un constat de l’Aduhme, qui dans le cadre du conseil en énergie partagée (CEP), travaille à l’amélioration de la performance énergétique de près de 900 bâtiments communaux et communautaires : rares sont les équipements publics qui disposent de combles perdus isolés de manière performante voire tout simplement isolés, pointe l’agence locale. Or, on estime que les déperditions énergétiques des équipements bâtis sont imputables à 30% à des toitures peu ou mal isolées.

Recensement auprès des 470 communes du département

Face à cet enjeu de transition énergétique, et parce que les collectivités ne disposent pas toujours de l’ingénierie suffisante pour engager de tels travaux, Département et agence locale ont lancé un large recensement auprès des 470 communes du Puy-de-Dôme. Objectif : identifier dans un premier temps leur intérêt pour une action collective et les surfaces potentiellement concernées. "Une centaine de communes (soit 100.000 m2 de combles) se sont déclaré intéressées, un volume suffisant pour lancer l'opération", témoigne la responsable de projet développement durable au département, Marie-Cécile Bard. C’est ainsi qu’a démarré l’opération Cocon 63.

Effets d'échelle et lisibilité sur le marché des certificats d'économies d'énergie

Cette opération massive avait pour intérêt, au-delà de la mutualisation des compétences, de jouer sur l’effet volume pour générer des économies d'échelle, notamment sur le montant des études de maîtrises d’œuvre préalables, et bien évidemment des travaux.
C’était aussi l’occasion d’être lisible sur le marché des certificats d'économies d'énergie (CEE) pour tâcher d’obtenir auprès d’un fournisseur d'énergie "obligé", un prix intéressant de cession des droits à valoriser (voir encadré en fin de texte), et ce en vue de réduire la charge d’investissement pour les collectivités publiques.
Pour ce faire, le département a lancé un appel à manifestation d’intérêt pour mobiliser les fournisseurs obligés et identifier parmi eux le partenaire de l’opération Cocon 63. Au final, la contribution de l’entreprise partenaire a permis, suivant le type de bâtiment et la nature des travaux d'isolation, de financer de 30% à 60% du montant des travaux.

Ingénierie assurée par le département et l’agence locale de l’énergie

Cocon 63 a été l’occasion pour le département et l’Aduhme de mutualiser leurs compétences au profit des 80 membres du groupement, parmi lesquels majoritairement des collectivités locales. Le département a joué le rôle de coordonnateur du groupement, assurant ainsi une mission totale de maîtrise d’ouvrage déléguée - réalisée à titre gracieux - facilitant ainsi l’adhésion des membres. Au final, le rôle de ces derniers a été limité à la prise d’une délibération pour intégrer le groupement départemental, la fourniture des clés pour accéder aux combles, et enfin le paiement du montant des travaux duquel était défalqué le montant des primes CEE obtenus.
Enfin, le conseil départemental a su mobiliser des partenaires financiers à l’instar de l’Ademe, de l’Europe (Feder) pour limiter les coûts d’intervention des maîtrises d’œuvre.

14 lots à la portée des entreprises locales

C’était une volonté ferme des élus du département que de favoriser l’intervention d’entreprises locales. Chaque euro investi devait prioritairement profiter au territoire et à ses acteurs économiques (les marchés de travaux ont cumulé un volume financier de 2,5 millions d’euros). Une phase de "sourcing" a été réalisée avec les deux fédérations du bâtiment, Capeb et FFB afin de préparer les marchés de travaux. En effet, les lots devaient être d'un volume suffisant pour permettre des économies d'échelle, tout en restant à la portée des artisans locaux.
Finalement, le marché comportait 14 lots de travaux, attribués à des entreprises moyennes sur le territoire et sur deux départements voisins.

Isolant biosourcé au prix d'un matériau conventionnel

Département et Aduhme ont souhaité par ailleurs utiliser cette opération d’envergure pour stimuler le développement de filière de production d’isolants sains, recyclés ou naturels. Le choix s’est porté sur un fabricant régional de laine de coton, disposant de la certification Acermi indispensable pour obtenir des CEE.
Des fonds européens (Feder) ont même été mobilisés par le département pour financer le coût supplémentaire de l'isolant biosourcé par rapport à un isolant conventionnel. Chaque commune avait la possibilité de choisir le matériau en fonction des caractéristiques techniques de ses bâtiments. Au final, les travaux d’isolation des combles ont été réalisés à 35 % en matériau biosourcé.

80.000 m2 de combles isolés dans 340 bâtiments, pour un gain d'énergie de 150 GWhcumac

Les travaux ont été menés d'août 2015 à février 2016. Au final, 80.000 m2 de combles ont été isolés dans 340 bâtiments, pour un gain d'énergie de 7,5 GWh équivalent à la consommation annuelle de 500 foyers (soit 150 GWhcumac).

Cocon 63 est très observé en France, et le département du Puy-de-Dôme est très sollicité pour faire part de son retour d'expérience. Une quinzaine d'opérations similaires sont en cours sur le territoire national.
Début 2017, le département lance une opération Cocon 2 pour répondre aux demandes de communes n'ayant pas participé à la première.

Financement de Cocon 63
Diagnostic des combles : financé à 50% par l'Ademe, 25% par le Feder Auvergne et 25% par le département.
Maîtrise d'œuvre : financée par le Feder à hauteur de 60 % et le solde par les membres du groupement.
Travaux : financés entre 30 et 60% par le rachat des CEE et le solde par les membres du groupement.

Dispositif des certificats d'économie d'énergie
Il repose sur une obligation de réalisation d’économies d’énergie imposée par les pouvoirs publics aux vendeurs d’énergie.
 

 

Contact(s)

Conseil départemental du Puy-de-Dôme

Hôtel du Département, 24 rue Saint-Esprit
63033 Clermont-Ferrand Cedex 1
04 73 42 20 20
contact@puy-de-dome.fr
Nombre d'habitants : 646908
Nombre de communes : 467
Nom de la commune la plus peuplée : Clermont Ferrand (139860 hab.)

Dominique Giron

Vice-président en charge de la transition énergétique et du développement numérique
dominique.giron@puy-de-dome.fr

Marie-Cécile Bard

Cheffe de projets développement durable
marie-cecile.bard@puy-de-dome.fr
Haut de page