Compostage et paillage : un pays met en place un plan d'actions (53)

Publié le
dans

Environnement

Energie

Mayenne

Le syndicat mixte du Pays de Craon développe depuis 2009 un programme de prévention des déchets. Zoom sur trois initiatives pour inciter les usagers à recycler leurs biodéchets : compostage de quartier, compostage de cantine et mise à disposition d’un broyeur intercommunal. Une animatrice Prévention coordonne et anime ces actions.

Territoire rural au carrefour de quatre départements (Mayenne, Ille-et-Vilaine, Maine-et-Loire, Loire-Atlantique), le syndicat mixte du Pays de Craon comprend 37 communes regroupées en trois communautés de communes, soit 28.000 habitants. En 2009, le pays s’est doté d’un programme local de prévention des déchets conventionné avec l’Ademe. C’est dans ce cadre que la commission Environnement du syndicat mixte, composée de 19 élus, a travaillé sur un plan d’actions pour réduire le volume des déchets organiques collectés en déchetterie ou avec les ordures ménagères. "Entre 2001 et 2012, le poids des déchets verts collectés en déchetterie est passé de 5 à 13 kg par habitant, tandis que le volume des ordures ménagères résiduelles diminuait nettement, explique l’animatrice Prévention déchets Hélène Dourdain. Le compostage et le paillage sont des solutions appropriées pour diminuer ces quantités." Des actions d’incitation et d’information ciblées permettent de toucher différents publics : habitants de lotissements, scolaires, personnel municipal.

Incitation au compostage collectif des particuliers

En 2011, la commission Environnement a proposé l’installation de composteurs de quartier dans les lotissements pavillonnaires récents. L’animatrice Prévention a alors enquêté en porte-à-porte pour évaluer l’intérêt et les besoins des futurs utilisateurs, et identifier dans chaque quartier un habitant référent chargé du suivi : pesée, lien avec l’animatrice et les services techniques. En 2011 et 2012, les services techniques des communes ont été sollicités pour la fourniture d’un abri et pour l’apport de broyat au compost. Six composteurs collectifs au total ont été installés sur le territoire de six communes comportant des lotissements pavillonnaires. Selon les sondages effectués par l’animatrice prévention, ces équipements sont utilisés par 60% des foyers. L’estimation du flux de déchets détourné de la collecte est de 7 tonnes. Le budget est d’environ 350 euros par action : composteur, matériel, outils de communication.

Compostage des déchets de restauration collective : les écoles en tête

C’est également en 2011 qu’a démarré l’incitation au compostage des déchets de cantines scolaires. La première action a été impulsée par un élu, dans l’école dont il est directeur, avant de s’étendre à d’autres établissements. Le volet pédagogique comprend une intervention sur la thématique compostage/paillage, réalisé par l’animatrice Prévention au moyen d’une mallette pédagogique. Une trentaine d’interventions depuis 3 ans a permis de sensibiliser 450 enfants de cycle 2 et 3 en primaire. L’animatrice rencontre ensuite les agents municipaux intervenant sur le temps du repas, notamment pour identifier un référent de suivi quotidien chargé d’aider les enfants à participent activement à la collecte des restes de repas pour le compostage. Une personne des services techniques de la commune est chargée de remuer et d’équilibrer le compost par l’apport de broyat. Selon le cas, le compost mûr peut être utilisé dans le jardin de l'école, bouclant ainsi le cycle sur place, ou repris par la commune. Le compostage de cantine fonctionne déjà dans deux écoles primaires et un collège, touchant environ 320 élèves. Près de 3,5 tonnes de déchets sont ainsi évitées chaque année.

Le rôle pivot de l’animatrice Prévention : suivre, expliquer et lever les réticences

Le suivi assuré par l’animatrice prévention est indispensable pour assurer le maintien de l’action dans le temps. "Le public scolaire est réceptif. Au collège, je fais un suivi mensuel avec l’éducatrice du collège et les élèves délégués pour la cantine, explique la chargée de prévention. L’implication du personnel municipal est également déterminante, et les réticences initiales sont généralement levées une fois le rôle de chacun bien identifié." Le dispositif s’adapte au cas par cas et pourrait être étendu à d’autres lieux de restauration collective intéressés, comme les maisons de retraite.

Un broyeur à la disposition des 37 communes

Enfin, en 2013, dans une optique d’exemplarité, le syndicat mixte s’est équipé d’un broyeur à végétaux. L'achat a été subventionné à 80% par l'Ademe et des fonds européens. À partir d’un calendrier de réservation en ligne, le broyeur circule entre les communes et revient pour un entretien une fois par mois à l’atelier intercommunal du syndicat. Il permet aux services espaces verts municipaux de composter et pailler sur place.

Pour aller plus loin : développer la sensibilisation

Depuis la mise en œuvre du programme de prévention et d’optimisation de la collecte des déchets ménagers résiduels, qui comporte également d’autres actions de sensibilisation, le volume des ordures ménagères résiduelles a baissé de 20% dans le Pays de Craon, (lire bilan joint). "Nos projets pour aller plus loin : améliorer nos outils de communication (voir publication "Nouvelles du tri" ci-jointe) et imaginer de nouvelles méthodes de sensibilisation, par exemple par le biais du jeu", conclut l’animatrice Prévention.

Sophie Daguin / L’Œil à la Page, pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info.

Trois communautés de communes forment le Pays de Craon : Pays du Craonnais, région de Cossé le Vivien, région de Saint-Aignan / Renazé.


 

Syndicat Mixte du Pays de Craon

Nombre d'habitants :

28000

Nombre de communes :

37
ZA de Villeneuve, 1 Rue de Buchenberg
53400 Craon

Patrick Gaultier

Vice-président en charge de la commission environnement
Haut de page