Aude

Culture et développement en pays Corbières et Minervois

Tourisme, culture, loisirs

Encouragé par la région et le département, le pays Corbières et Minervois (Aude) élabore une stratégie territoriale de développement culturel. Sa méthode, participative, s'appuie sur la commission Culture du conseil de développement. Si les enseignements et les pratiques artistiques restent à développer ou à pérenniser, le pays ne manque pas d'atouts pour construire dès à présent les fondations d'un projet culturel solide.

En dépit de ses richesses patrimoniales, perceptibles notamment au travers de sa langue occitane ou de ses châteaux cathares, le développement culturel dans l'Aude a accumulé un certain retard. Aujourd'hui encore, si les touristes peuvent être hébergés dans des gîtes agréables et se nourrir avec de bons produits de terroir, ils ne sont guère incités à faire de longs séjours sur place, du moins en dehors de la période estivale où se produisent des troupes et des artistes. Le déclin de l'agriculture locale, viticole notamment, incite cependant les élus à trouver de nouveaux débouchés pour freiner l'exode des zones les plus rurales. D'un autre côté, le grand nombre de citadins venus s'installer dans les zones périurbaines pour bénéficier d'une meilleure qualité de vie oblige également les élus à répondre à une nouvelle et forte demande en biens et services culturels et à veiller à ce que s'instaure un lien social entre habitants du cru et nouveaux résidants. En 2006, le conseil général de l'Aude a donc affirmé sa volonté de mieux prendre en compte la dimension culturelle dans ses démarches de développement, avec une hausse de 20% de son budget Culture, suivant de près la région Languedoc-Roussillon qui pour sa part avait fait faire au même budget, un an auparavant, un bond de 76%.

 

Un volet culturel dans la charte de développement

C'est dans ce contexte que le pays Corbières et Minervois s'est constitué, en mars 2004, avec six communautés de communes. Deux d'entre elles, situées au nord, près des villes de Narbonne et Béziers, regroupent les trois quarts de la population ; elles sont en pleine croissance économique et démographique (avec un solde migratoire positif). Les quatre autres sont beaucoup plus rurales et connaissent des difficultés quant au maintien des populations et des activités. Le département, la région, mais aussi la direction régionales des affaires culturelles, tentent de mieux prendre en compte les territoires dans la mise en oeuvre de leurs politiques culturelles locales et le pays se présente donc comme un nouveau partenaire. En novembre 2005, le syndicat mixte du pays recrute un chargé de mission afin de réaliser un diagnostic préalable au schéma de développement culturel du territoire. Ce poste est créé pour un an avec le soutien financier du département et de la région (40.000 euros au total, financés à part égale). La méthode d'établissement du diagnostic est participative : elle se déroule en concertation étroite avec la commission Culture du conseil de développement du pays, ouverte aux acteurs culturels et aux citoyens intéressés.

 

Une animation tous azimuts

Outre ses tâches d'organisation du travail en faveur de la culture et de la langue occitane et d'organisation des manifestations culturelles du pays, le chargé de mission culturel a rencontré pendant plusieurs mois, sur le territoire et au-delà, les représentants des communautés de communes et des associations de développement. Il a réuni les personnes et les équipes les plus dynamiques : artistes, enseignants, associations locales, maisons des jeunes et de la culture... Ces rencontres ont permis à chaque acteur d'être écouté et de livrer son point de vue, ses difficultés ou attentes en matière de projet culturel. Il en est résulté un document très complet sur les activités et les équipements culturels existants qui sert aussi  de référence aux professionnels et aux artistes. Y figurent également les partenariats et mises en réseau, les catégories de la population nécessitant une attention particulière, comme le jeune public.
Le pays Corbières et Minervois apparaît ainsi comme disposant d'un fort potentiel patrimonial susceptible d'être rattaché à une culture occitane contemporaine, au croisement de la culture, du tourisme et de l'aménagement du territoire. Il dispose de surcroît d'un espace culturel dédié aux spectacles vivants qui est un atout majeur pour diffuser sur le territoire. Un bon nombre de manifestations de grande qualité, notamment dans le domaine musical, ont lieu en saison, même si elles ne disposent pas toujours d'une solidité suffisante à long terme. Cependant, sur le plan des pratiques artistiques, par exemple, il existe des déséquilibres entre les régions plus riches et peuplées du territoire, mieux pourvues en associations culturelles, et les régions montagneuses moins denses et moins actives. Le milieu associatif local, peu professionnalisé, reste assez globalement isolé alors que des institutions de soutien existent au niveau régional ou national. Enfin, s'il existe deux écoles de musique intercommunales, l'enseignement artistique en général est encore assez peu développé en milieu scolaire.

 

Des débats en commissions pour décider du futur

Les résultats de cet état des lieux ont été présentés en avril 2006 au conseil de développement puis à l'ensemble des élus du territoire. Le chargé de mission a ensuite organisé, courant juillet, des réunions thématiques (enseignement et pratiques amateurs ; création et diffusion ; lecture publique et patrimoine) au cours desquelles les membres de la commission Culture ont débattu des axes de développement possibles : décentralisation de spectacles, ateliers artistiques en milieu scolaire, réseau de festivals...
L'aspect participatif de la démarche ne facilite pas les choses du fait que la commission reste constamment ouverte (il est souvent nécessaire de repasser par les phases d'explication) et que s'y côtoient des personnes qui ont une connaissance et une pratique inégales du monde des arts et de la culture. Il est vrai aussi que  les communautés de communes n'ont pas fait de la culture leur priorité et n'ont pas pris l'habitude de travailler ensemble sur ce sujet. Toutefois, ce temps de réflexion est indispensable pour mûrir un projet qui se justifie par des enjeux territoriaux. "Le développement économique ne peut pas se faire sans le développement culturel", remarque Gérard Barthez, vice-président du pays, qui insiste sur la nécessité de disposer, y compris en milieu rural, de services culturels de proximité pour les nouveaux arrivants comme pour les résidants plus anciens.

 

Un schéma de développement culturel

Aujourd'hui, la première ébauche d'un schéma de développement culturel pour le pays est rédigée. Un nouveau cycle de rencontres avec l'ensemble des partenaires concernés (la commission Culture du pays, les six communautés de communes et les institutions) commence pour l'amender et le valider. Ce schéma constituera alors un cadre de référence opérationnel pour engager des actions dans chaque discipline artistique et dans chaque secteur culturel (formation, création, diffusion) et ce dans une perspective de court, moyen et long terme.

 

Sylvie Malsan, pour la rubrique Expériences des sites Mairie-conseils et Localtis

Contact(s)

Pays Corbières et Minervois

"Maison Gibert"- 24 boulevard Marx Dormoy-
11200 Lézignan-Corbières
04 68 27 88 10
Nombre d'habitants : 32159
Nom de la commune la plus peuplée : Lézignan-Corbières (10177 hab.)

Gérard Barthez

Vice-président

Franck Loyat

Chargé de mission culture

Accompagnement pour l'élaboration d'une stratégie territoriale

Accompagner l’élaboration d’un plan d’action territorial pour transformer vos ambitions en projets durables.

Haut de page