Dans la Haute-Vallée de la Clarée, la navette estivale donne l'exemple d'un tourisme durable

Publié le
dans

Développement économique

Tourisme, culture, loisirs

Environnement

Energie

Hautes-Alpes

Engagés dans une opération Grand Site, les élus de la vallée de la Clarée et de la vallée Etroite, à proximité de Briançon (Hautes-Alpes) ont mis en place, avec le conseil général, un service de navettes pour enrayer la dégradation du site liée à la sur-fréquentation automobile en haute saison. Aujourd'hui, le site naturel est accessible en mobilité douce.

La vallée de la Clarée et de la vallée Etroite accueille plus de 600.000 visiteurs par an. Depuis Briançon, une route étroite rejoint le hameau de la Vachette, traverse Val-des-Prés et se poursuit sur 20 km jusqu'au village de Névache. Très prisée par les randonneurs, cette vallée se termine en cul-de-sac, et accueille parfois en haute saison jusqu'à 1.500 véhicules par jour. Cet envahissement mal contrôlé devenait une source de nuisance croissante et préoccupante pour l'environnement : parcage illicite dans les hameaux et sur le bord de la route, nuisance olfactive, sonore et visuelle.

 

Un projet d'aménagement concerté voit progressivement le jour      

Conscients des menaces pesant sur le site, les élus, l'Etat, le conseil régional Paca et le conseil général des Hautes-Alpes montent, en 1998, une opération qui vise à atteindre les critères d'excellence pour l'obtention du label Grand Site de France. En contrepartie de l'engagement des autorités locales, l'Etat et les autres partenaires contribuent financièrement à la mise en oeuvre d'une série d'actions intégrées dans un projet global d'aménagement. Un comité de pilotage associant Etat et collectivités territoriales est créé et un premier programme d'aménagement est défini. Ce dernier peine à se mettre en place et ce n'est qu'en 2001 que les élus proposent que la communauté de communes du Briançonnais (douze communes, 19.000 habitants), ayant la capacité technique et financière pour mener à bien ce projet, soit maître d'ouvrage. En 2003, les élus communautaires recrutent une chargée de mission, Stéphane Barelle. La communauté relance le programme, redéfinit les objectifs et pilote une nouvelle enquête qualitative de fréquentation auprès d'un échantillon de 400 personnes. En concertation avec l'ensemble des acteurs, un nouveau projet de territoire voit le jour pour optimiser l'accueil et l'information des publics, réhabiliter les milieux, les sites et les paysages et enfin gérer les flux, la circulation et le stationnement. Dès l'été 2003 des navettes touristiques sont mises en place pour réguler les flux de voiture. Le programme sera finalement validé en commission supérieure des Sites Perspectives et Paysages en mars 2006.

 

Des navettes touristiques pour limiter la fréquentation automobile

"La mise en place des navettes touristiques a été rapide car elle était souhaitée unanimement par tous les élus, avec la forte volonté politique du président du conseil général de l'époque, actuel président de la communauté de communes, explique Stéphane Barelle. En effet, le conseil général, doté de la compétence transport, a proposé d'assurer la maîtrise d'ouvrage du projet, en parfait accord avec la communauté de communes."
Ainsi, de mi-juillet à mi-août, la montée est interdite aux véhicules touristiques à moteur dès que les parkings, situés en amont de Névache sont saturés. Les résidents et propriétaires de chalets d'alpage sont libres de circuler, grâce à des laissez-passer. Six à sept cars de vingt places et un car de cinquante places effectuent des rotations au départ des parkings de Roubion ou Névache-Ville-Haute vers Foncouverte et Laval, culs-de-sac de la route. Le dispositif est connecté aux correspondances de trains et aux réseaux de bus des vallées adjacentes telles que Serre-Chevalier ou Briançon et Bardonecchia. "Ce dispositif permet à un visiteur de partir de Paris à 22h le vendredi soir, d'arriver à 8h30 à Briançon et à 9h30 à Laval", explique Stéphane Barelle. Au lancement de l'opération, le ticket coûtait un euro symbolique. Il est aujourd'hui de deux euros pour un temps d'attente évalué à dix minutes, en moyenne. Le service a été confié sous forme d'un appel d'offres, à des transporteurs privés locaux. Il est aujourd'hui géré par un groupement de six sociétés de transport locales qui assurent le bon fonctionnement du dispositif. L'accueil et l'information des visiteurs sont assurés par quatre agents à plein temps durant la haute saison, financés par le conseil général.

 

Le trafic moyen de voitures a baissé de 350 véhicules /jour

L'opération coûte un peu plus de 150.000 euros pour un mois d'activité de mi-juillet à mi-août. Elle est financée à hauteur (chiffres 2008) de 33% par les usagers (recettes), 38% par le conseil général, 22% par la communauté de communes du Briançonnais et 7% par la commune de Névache. "Les résultats de l'été 2008 dépassent nos espérances, se réjouit Stéphane Barelle. En moyenne, on constate 350 voiture en moins par jour. Le 18 août, la navette s'est substituée à 670 passages de voitures et plus de 45% des usagers ont laissé leur voiture dans les parkings en basse vallée, alors que la route n'était pas encore fermée, ce qui démontre un certain changement des mentalités et une prise de conscience forte de préservation de cet espace naturel." Autre valeur ajoutée : ce service emploie sur quarante et un jours plus de vingt-trois personnes : quatre agents d'accueil, deux coordinateurs et dix-sept chauffeurs.

 

Et demain, des véhicules moins polluants ?

L'un des objectifs de René Siestrunck, vice-président à la communauté de communes, est de convaincre les habitants et les socio-professionnels d'utiliser, comme les randonneurs, ce mode de transport collectif, peut-être en leur donnant un accès gratuit. Au-delà, son ambition est d'aboutir à la mise en circulation de véhicules moins polluants : "Aujourd'hui, nous fonctionnons avec du diesel. Nous aimerions nous orienter vers la consommation de diester et nous cherchons actuellement un partenariat avec un constructeur qui équiperait les cars des transporteurs..."

 

Nathalie Parent, pour la rubrique Expériences des sites Mairie-conseils et Localtis

Communauté de communes du Briançonnais

Nombre d'habitants :

21000

Nombre de communes :

13
"Les Cordeliers"- 1 rue Aspirant Jan
05105 Briançon Cedex
accueil@ccbrianconnais.fr

Georges Pouchot Rouge Blanc

Vice-président, délégué aux transports

René Siestrunck

Vice-président

Stéphane Barelle

opération Grand Site et Développement Durable
Haut de page