Dans les Landes, une friche industrielle colonisée par les oiseaux (40)

En 1991, une mine de charbon à ciel ouvert est transformée en réserve naturelle. Acheté par le département des Landes, le site d'Arjuzanx est devenu un spot touristique, notamment parce qu'il accueille des milliers d'oiseaux migrateurs.

La mine de lignite d'Arjuzanx, ouverte par EDF en 1958, s'étendait sur près de mille hectares. En 32 années d'exploitation, 32,5 millions de tonnes de charbon furent extraites et 196 millions de tonnes de terre déplacées. Dès 1981, avant même que l'exploitation ne prenne fin, EDF entame la réhabilitation du site : stabiliser les sols, revégétaliser, améliorer la qualité de l'eau... Des travaux d'importance qui se poursuivent jusqu'en 1994 et coûtent 14 millions d'euros à l'exploitant.

Des étangs dans les cavités des carrières

Le site, bouleversé par l'exploitation minière, est peu à peu rendu à la nature. Les cavités se remplissent d'eau et plusieurs lacs se forment. En 1991, EDF aménage une plage sur les rives du lac principal, qui lance le développement touristique. La région a grand besoin d'un nouveau moteur économique car, avec la fermeture de la mine, c'est 700 emplois directs et au moins autant d'emplois indirects qui sont détruits.
Parallèlement, dans les parties du site rendues à la nature, la faune et la flore se développent et le milieu rendu humide par l'homme devient une étape pour les oiseaux migrateurs. En 2002, le département des Landes achète la friche industrielle pour en faire une réserve naturelle et une société d'économie mixte de gestion des milieux naturels se crée afin de la valoriser (voir encadré).

Concilier tourisme et nature

La directrice du site d'Arjuzanx, Sophie Laugareil, a pleinement conscience du double enjeu associé à la réserve : "Dans un espace naturel sensible, il faut organiser la protection et l'accueil du public. L'avantage c'est que le site est très vaste, il s’étend sur près de 3.000 hectares. Nous avons développé des infrastructures pour un tourisme vert sur 400 hectares, le reste du domaine est beaucoup plus contrôlé en termes d'accès." Les zones protégées ne sont accessibles que dans le cadre de visites guidées. Le grand public et les scolaires bénéficient en outre d'animations en période estivale : baignades surveillées, nautisme, balades à cheval ou à poney, yoga. Les prestataires privés autorisés à travailler sur le site viennent ainsi compléter l'offre du syndicat mixte, qui dispose d'un budget d'un million d'euros et compte 10 permanents ainsi que 4 à 9 emplois saisonniers.

Refuge pour les grues cendrées

Depuis 1983, le site d'Arjuzanx accueille des grues cendrées de la mi-octobre à la mi-mars. En 2019 quelque 20.000 oiseaux partis de l'Europe du nord ont fait escale dans la réserve avant de rejoindre la péninsule ibérique. Ils y trouvent des zones humides très dégagées, des pelouses et, de quoi nicher et s’alimenter. La modification du biotope provoqué par l'exploitation de la mine de charbon puis par sa renaturation ont permis de créer les conditions favorables à une véritable explosion du vivant. Les grues cendrées, de part leur nombre, en sont l'emblème, mais le site compte 138 espèces d'oiseaux (sarcelle d'hiver, fauvette pitchou, busard des roseaux...), de nombreuses espèces sédentaires (chevreuil, lièvre...) et une flore remarquable (lycopode des tourbières, sérapia à petites fleurs…).

Avec près de 200.000 visiteurs en 2019, le site d'Arjuzanx est le deuxième site le plus fréquenté de Nouvelle Aquitaine. Pour autant les retombées économiques ne compensent pas la perte des emplois industriels. Le Syndicat, désireux d'affirmer son ancrage territorial, multiplie les initiatives pour que la réserve naturelle soit identifiée comme une destination touristique. L'hôtel du lac d'Arjuzanx, qui a rouvert en 2018, propose par exemple des visites de la tour d'observation pour assister au comptage des grues cendrées. Une expérience inoubliable.

Syndicat mixte de gestion des milieux naturels

Le syndicat regroupe la région Aquitaine, le département des Landes, la communauté de communes Maremne-Adour-Côte-Sud, la communauté de communes du Pays Tarusate, la communauté de communes du Pays Morcenais, la commune de Saint-André-de-Seignanx.
La réserve naturelle d'Arjuzanx se situe sur les communes d'Arjuzanx, de Morcenx, de Rion-des-Landes et de Villenave
Outre le site d'Arjuzanx, le syndicat est compétent sur deux autres espaces naturels situés dans le sud du département des Landes : le site du marais d’Orx et la réserve naturelle de l'étang noir.

Syndicat mixte de gestion des milieux naturels

Nombre de communes :

7924
Maison Barreyre
40110 Arjuzanx

Sophie Laugareil

Directrice de la réserve naturelle d'Arjuzanx
Haut de page