Dans l'Eure, des élus pilotent la création d'une filière chanvre

Publié le
dans

Développement économique

Tourisme, culture, loisirs

Environnement

Energie

Eure

La communauté de communes du canton de Beaumesnil mise sur le chanvre pour pérenniser une agriculture durable. Un premier projet, labellisé en 2010, s'est transformé en un dispositif visant au développement d'une véritable filière.  

Classée en "zone de revitalisation rurale", la communauté de communes du canton de Beaumesnil (3CB) est un territoire rural défavorisé. En 2008, les élus ont initié une réflexion sur le projet de territoire en constituant plusieurs commissions sur différentes thématiques, dont bien sûr, l'agriculture.

Une réflexion s’engage avec les producteurs de chanvre

Le groupement des producteurs de chanvre de l'Eure et des cantons limitrophes (GPC), a ainsi pu faire part de ses difficultés. Le chanvre est de plus en plus fréquemment utilisé dans le bâtiment où il remplace avantageusement la laine de verre, mais la filière reste fragile. Ainsi, l’usine - située dans la Manche - vers laquelle les agriculteurs s'adressent pour effectuer les transformations nécessaires, connaît des difficultés, et du coup les stocks de paille de chanvre s'accumulent ! Avec l'aide de différents partenaires, dont les chambres d'agriculture de l'Eure, de l'Orne et de Seine-Maritime, qui sont regroupés dans le réseau Nova&a, une solution apparait : construire, sur place, une usine de défibrage.

De nouveaux acteurs locaux pour constituer une véritable "filière chanvre"

Le projet, soumis à l'appel d'offre "pôle excellence rurale" (PER) est retenu en 2010. Dès lors, une partie du financement de l'équipement était assurée. En même temps, deux nouveaux partenaires se font connaître. D'une part une coopérative agricole voisine, qui jusque-là traitait le lin a fait l’acquisition d'une chaîne "toutes fibres" : ce qui résout le problème du traitement de la paille de chanvre. D'autre part, un fabriquant de peinture se déclare intéressé par les huiles de chanvre et de lin pour fabriquer ses peintures éco-certifiées. Ces deux entreprises ont, elles aussi, déposé des PER mais n’ont pas été retenus. L’opportunité de constituer une véritable "filière chanvre" prend alors forme. Les élus décident donc de présenter aux services de l’État un nouveau dossier PER, plus ambitieux, regroupant tous les acteurs économiques intéressés par le chanvre et ses dérivés. "Ce travail, associant différents métiers, n’a pas été facile. La sous-préfecture de Bernay a permis d’arriver à ce consensus industriel", précisent nos interlocuteurs.

La 3CB aux commandes et facilitateur pour piloter ce dispositif

Le budget global pour ce PER, dont la réalisation va se dérouler entre 2012 et 2015, tourne autour de 2,6 millions d’euros, en partie apportés par l’État, le département de l’Eure et la région Haute-Normandie. La communauté de communes de Beaumesnil et les industriels concernés apportent le complément. Tous les acteurs de la filière vont bénéficier des financements. "La communauté de communes sera aux commandes pour piloter ce dispositif, nous serons des facilitateurs, souligne Jean-Noël Montier, président de la communauté. Elle s'est engagée à fournir un terrain, à l'aménager et à mettre à disposition un bâtiment pour abriter une usine de trituration qui permet de produire de l'huile de chanvre. Cela représente un budget de 400.000 euros, dont 80% sont subventionnables à 50% par l’Etat (la 3CB étant en zone de revitalisation rurale) et 30% par la région".
Aujourd'hui, tout est en place pour maîtriser localement la production et la transformation de cette plante qui, il y a un siècle et demi, faisait déjà la richesse de la région. La chaîne "toutes fibres" doit être opérationnelle en 2012, l'usine de trituration en 2015, ensuite... tous les développements sont envisageables.

Le président de la 3CB ne voit que des avantages dans le développement de cette filière. La culture du chanvre nécessite peu d'eau, peu d’engrais et aucun produit phytosanitaire. Par ailleurs, le chanvre est éligible pour être cultivé sur les parcelles concernées par les bassins d’alimentation et de captage de l’eau potable situés sur le territoire de la communauté ou adjacents. La transformation de la plante en fibre et en huile, sur place, permettra la création d’emplois et ouvrira, probablement, de nouvelles portes. En effet, le chanvre peut également être utilisé dans la cosmétique ou l'alimentation. Cette démarche, positive sur les bilans carbone des entreprises, répond aux objectifs du Grenelle de l’environnement.

Luc Blanchard / Studio graph, pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www. localtis.info

Communauté de communes du canton de Beaumesnil

Nombre d'habitants :

5000

Nombre de communes :

17
44 rue du château
27410 Beaumesnil

Jean-Noël Montier

président

Daniel Kiffer

responsable communication
Haut de page