Localtis

Environnement - DEEE : la barre des 10 kg de collecte par habitant franchie en 2016

Premier éco-organisme de la filière des déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE), Eco-systèmes a présenté le 24 janvier ses chiffres de collecte et de reyclage pour 2016, qui sont tous orientés à la hausse. Il a aussi dressé le bilan de ses dix ans d'activité et présenté des pistes pour améliorer la collecte, notamment dans les grandes villes.

Dix ans après sa création, Eco-systèmes a collecté et recyclé en 2016 517.000 tonnes de déchets électriques et électroniques (DEEE), un volume en hausse de 12,3%. "Nous sommes passés de 9 à 10 kg par an et par habitant entre 2015 et 2016, ce qui place la France en tête des grands pays européens", mais derrière la Suisse et les pays scandinaves qui avaient mis en place des filières plus tôt, a indiqué Christian Braibant, directeur général du principal éco-organisme de la filière, lors de la présentation de son bilan annuel le 24 janvier. Eco-systèmes, qui capte près de 80% de la collecte dans l'Hexagone, met aussi en avant un taux de collecte (tonnage collecté rapporté à la moyenne des mises sur le marché des trois années précédentes) qui dépasse aujourd'hui l'objectif réglementaire (49,2% contre 45%). "Nous sommes conscients qu'il y a encore beaucoup de travail à faire mais nous sommes néanmoins satisfaits d'avoir une collecte qui combine des volumes importants et une qualité de traitement, grâce à la mise en place de normes pour le traitement de ces déchets", a souligné le directeur général d'Eco-systèmes.

Hausse de la collecte en déchetterie

Les quatre flux de collecte ont tous augmenté en 2016 : les écrans (ordinateurs, téléviseurs, tablettes…) ont enregistré la plus forte progression (+16%), suivis du gros électroménager hors froid - machines à laver, fours, sèche-linge, lave-vaisselle…- (+14,2%), des petits appareils - cafetières, grille-pains, sèche-cheveux, outillage, appareils-photos, téléphones portables… - (+10,8%) et le gros électroménager froid - réfrigérateurs, congélateurs, climatiseurs - (+5,8%).
L'ensemble des canaux de collecte est aussi en hausse. Les collectivités, via 4.000 déchetteries qui totalisent 58% des apports, ont vu leur collecte augmenter de 10,6% en 2016. Celle des distributeurs (grandes enseignes, magasins spécialisés, etc.), qui représentent environ 1/5 du gisement, a crû de 8,8%. Le reste de la collecte est effectué via les acteurs de l'économie sociale et solidaire (Emmaüs, Envie, etc.) ou par des récupérateurs professionnels (+14% en 2016). C'est ce dernier segment qui a le plus augmenté ces deux dernières années grâce à des partenariats conclus avec des professionnels (installateurs de cuisine, de chauffage, de climatiseurs, etc.) qui s'engagent à confier les appareils repris à leurs clients à des prestataires spécialisés pour la dépollution (gaz des frigos par exemple) et le recyclage (métaux, notamment). "Nous avons désormais 380 contrats de partenariat", a précisé Christian Braibant, en rappelant qu'il y en avait aucun il y a deux ans.
Dressant le bilan des dix ans d'existence d'Eco-systèmes, il a indiqué que l'éco-organisme avait collecté et recyclé 3,25 millions de tonnes d'anciens appareils, correspondant à plus de 318 millions de gestes d'apport. Plus de 1,6 million de tonnes de métaux ont été recyclés (l'équivalent de 165 tour Eiffel), 12 millions de tonnes de CO2 évitées. Un peu plus de 382.000 tonnes de plastiques ont aussi été recyclées. Ces dix dernières années, plus de 450.000 tonnes d'appareils ont été confiées aux réseaux de l'économie sociale et solidaire, permettant la réutilisation de 3,4 millions d'appareils et contribuant à l'emploi de 1.600 personnes dans le cadre d'un processus de réinsertion.

Développer les collectes solidaires de quartier

Pour 2020, l'Union européenne a fixé un objectif de collecte correspondant à environ 14 kg par habitant. Pour orienter ses futures actions permettant de faire progresser la collecte, Eco-systèmes a fait réaliser plusieurs études pour mieux connaître les appareils gardés par les ménages et pourtant inutilisés. En fonction de la taille de l'habitation, les Français ont chez eux entre 73 et 118 objets électriques et électroniques (soit une moyenne de 99) et entre 5 et 11 sont en fait inutilisés, qu'ils fonctionnent ou pas. L'objet le plus fréquemment stocké mais délaissé est l'appareil photo, suivi du téléphone portable. L'éco-organisme compte donc avoir une approche plus ciblée par produit pour inciter au déstockage. Il compte aussi multiplier les collectes solidaires par quartiers qui se sont développées ces dernières années. Organisées à l'origine à Paris puis dans sa banlieue, elles ont essaimé à Lyon, à Toulouse, etc. Au total 23 villes sont concernées, au sein de grandes agglomérations, soit 3,5 millions d'habitants. 866 collectes de ce type ont été organisées depuis 2013. Plus de 64.000 apporteurs se sont mobilisés, avec une collecte moyenne de 10 kg par personne. Une tendance encourageante car c'est en milieu urbain dense que les marges de progrès sont les plus importantes, a souligné Guillaume Duparay, directeur de la collecte et des relations institutionnelles d'Eco-systèmes.
 

 

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Haut de page