Transports - Des déplacements domicile-travail qui s'allongent

Emploi

Près de trois salariés sur quatre (73%) travaillent en dehors de leur commune de résidence. Mais cette proportion dépasse 90% dans les couronnes périurbaines des villes de moins de 50.000 habitants et dans les espaces à dominante rurale, indique l'Insee dans une étude sur les déplacements domicile-travail en 2004, publiée le 27 mars. 77% des emplois restent concentrés dans les pôles urbains alors que 63% des salariés y habitent.
A contrario, note l'Insee, le périurbain, où résident 22% des actifs,  rassemble 12% des emplois. A la campagne, la situation est plus équilibrée : on y trouve 15% des emplois et 13% des salariés. "Un actif résidant dans un pôle urbain a potentiellement plus de chances de trouver un emploi proche de chez lui, voire dans sa commune, qu'un actif périurbain, observe l'Insee. Cependant, les emplois offerts près du domicile ne sont pas nécessairement ceux qui correspondent à la qualification, à la formation ou aux choix de l'individu." Ce sont les cadres qui sont les plus mobiles. Mais dans les espaces ruraux, par exemple, le déficit d'emplois (87 emplois pour 100 résidents) oblige aussi les ouvriers à se déplacer vers les pôles urbains pour aller travailler.
En se fondant sur la déclaration annuelle de données sociales (DADS) que tout employeur du secteur privé ou semi-public est tenu de remplir, l'Insee a évalué le temps et les distances routières des déplacements domicile-travail. En moyenne, si toutes les navettes domicile-travail s'effectuaient par la route, le temps de déplacement des salariés serait de 32 minutes en heure pleine et la distance parcourue de 25,9 kilomètres. En ne prenant en compte que les salariés qui changent de commune ou d'arrondissement (Paris, Lyon et Marseille) pour aller travailler, la distance moyenne domicile-travail passe à 35,4 km et le temps de trajet par la route, en heure pleine, monte à 43 minutes. Pour 10% des salariés, cette durée atteint 59 minutes.
Ce sont les salariés qui résident dans les zones rurales qui parcourent les distances les plus longues mais la durée de leurs trajets est inférieure à celle des résidents des pôles urbains (28 minutes contre 32 minutes). En région parisienne, du fait des encombrements, les salariés perdent plus de temps sur la route (plus du quart doit rouler plus de 45 minutes) et les très longs trajets sont plus fréquents qu'ailleurs, notamment pour les habitants de la couronne périurbaine.
Enfin, les personnes qui passent d'une aire urbaine à l'autre pour aller travailler, soit près d'1,5 million de personnes (8,3% des salariés), battent tous les records en termes de distance et de durée du trajet en voiture : 51,7 km pour 63 minutes en heure pleine.

 

Anne Lenormand

 

Haut de page