Des logements sociaux HQE en Haute-Mayenne

Publié le
dans

Environnement

Energie

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Mayenne

La communauté de communes de Villaines-la-Juhel, en Haute-Mayenne, gère un parc locatif d’une centaine de logements implantés dans onze communes. Au début des années 2000, elle a pris le virage du développement durable et des économies d’énergie. C’est ce qui lui permet aujourd’hui d’être reconnue "pôle d’excellence rurale".

En Haute-Mayenne, la prise de conscience écologique a commencé avec la mobilisation de la population contre un projet d’enfouissement de déchets nucléaires. De nombreuses associations ont alors été créées afin de remettre en question le choix du nucléaire et de promouvoir des solutions alternatives. Les élus du Pays de Haute-Mayenne, engagés aux côtés de la population, ont passé un contrat avec l’Agence de l’environnement et de la maitrise de l’énergie (Ademe) et ont amorcé une réflexion globale sur le développement durable.
En 2003, l’Ademe a organisé un voyage à Fribourg pour permettre aux élus de découvrir les réalisations allemandes en matière d’aménagement urbain. Pour Alain Dilis, président de la communauté de communes de Villaines-la-Juhel, ce voyage a été un choc : "En matière de développement durable, les Allemands avaient vingt ans d’avance sur nous. Ce qu’ils nous ont montré à Fribourg nous a apporté des réponses à beaucoup de questions que nous nous posions."

Réhabilitation d’une centaine de logements du parc social

La communauté de communes de Villaines-la-Juhel regroupe onze communes et 7.500 habitants. Dans les années 1980, un parc locatif a été créé à moindre coût et sans se soucier d’économies d’énergie. Véronique Boy, directrice des services de la communauté de communes en témoigne : "Le chauffage électrique dans des maisons mal isolées conduit à avoir des factures astronomiques. Beaucoup de locataires ont du mal à les payer. Au début des années 2000, nous cherchions donc une manière d’agir, simple et pragmatique. C’est ce que les élus ont rapporté d’Allemagne". Les nouveaux logements sociaux qui devaient être construits valoriseraient l’énergie solaire gratuite permettant ainsi de réduire les besoins en énergie. Le  "tout-électrique" serait abandonné au profit des énergies renouvelables. Les nouveaux logements seraient chauffés par géothermie ou en utilisant des chaudières à bois. Les matériaux utilisés seraient naturels et sains... Parallèlement aux projets de construction, un programme de réhabilitation de la centaine de logements du parc social existant a été mis en place. Restait aux élus à trouver les financements et à associer les entreprises du territoire à cette nouvelle façon de construire.

Une consommation d’énergie inférieure à 50 kWh/m2/an

Conduits par Alain Dilis, les élus de la communauté de communes ont entrepris de convaincre : "En 2004, il n’était pas facile de faire comprendre que l’on devait être exigeant quant à la qualité des logements sociaux. Ce que coûte un logement au quotidien n’était pas pris en compte comme aujourd’hui. En outre, les artisans n’avaient aucun fournisseur capable de leur procurer, à bon prix, les matériaux que nous voulions utiliser, par exemple le chanvre ou la ouate de cellulose pour l’isolation. Nous avons essuyé les plâtres, tout a pris beaucoup de temps, mais nous y sommes arrivés". Ce succès doit beaucoup au fait que la communauté de communes de Villaines-la-Juhel ait été reconnue "pôle d’excellence rurale". Quand, en 2006, l’Etat a lancé un appel à projet sur le thème des économies d’énergie les élus avaient un dossier tout prêt. Il est bien utile parfois d’être précurseur. Une fois le territoire labellisé, tous les partenaires de la communauté de communes -Etat, conseil régional, conseil général- ont soutenu la démarche et les surcoûts ont put être financés. A l’heure du bilan d’étape, les résultats sont au rendez-vous. Sur les six logements qui ont été livrés depuis un an, trois ont obtenu le label suisse Minergie qui garantit une consommation d’énergie inférieure à 50 kWh/m2/an !
Sans afficher de telles performances, les logements existants parviennent, après réhabilitation, à un bilan énergétique tout a fait acceptable. Cela tient aux nouvelles normes appliquées mais aussi à l’engagement des habitants. In fine ce sont eux qui, en se responsabilisant, en s’engageant à travers une charte à respecter les bonnes pratiques, ont réussi à maîtriser leurs consommations et donc leurs dépenses.
Au sein de la communauté de commune de Villaines-la-Juhel, la démonstration de la pertinence de la démarche est faite, les entreprises du bâtiment ont embauché et formé leurs personnels, de nouveaux fournisseurs sont apparus, d’autres se sont adaptés. Reste maintenant à répondre à la demande. Elle est immense.

Luc Blanchard, pour la rubrique Expériences du site Mairie-conseils
 

Communauté de communes de Villaines-la-Juhel

6 boulevard Henri-Dunant - BP 19
53700 Villaines-la-Juhel

Véronique Boy-Garnier

Directrice
Haut de page