Douaisis Agglo met à disposition des terres pour tester une agriculture biologique (59)

Dans le Nord, des agriculteurs ont pu réaliser des essais d’agriculture biologique sans risque financier, grâce aux parcelles et à l'accompagnement proposés par l'agglomération.

Les agriculteurs qui souhaitent passer en agriculture biologique sont souvent freinés par le risque que représente la période de conversion. Pour lever ce frein, Douaisis Agglo (35 communes, 157.000 habitants) a mis à disposition de trois exploitations agricoles du territoire quelques parcelles, afin que les agriculteurs puissent se tester en grandes cultures en AB. Cette mise à disposition intègre également un accompagnement gratuit.

300 ha déjà convertis en agriculture biologique

Cette solution originale, car elle repose sur la mobilisation de foncier en attente d’urbanisation, est reproductible, selon Jean-Luc Hallé, vice-président de Douaisis Agglo, en charge de la transition alimentaire et agricole, de la trame verte et bleue, de la mobilité douce, et de l’entretien, la gestion et la propreté des espaces naturels. Il précise toutefois que « le résultat doit aussi beaucoup à une politique globale de développement de l’agriculture biologique et aux liens créés avec les agriculteurs ». Aujourd’hui, 300 ha de terres de ces trois exploitations agricoles sont convertis en agriculture biologique.

Zone de captage d'eau potable

C’est dans le cadre de l'aménagement de l’écoquartier du Raquet que l’opportunité se présente. Ce site étant localisé dans une aire d’alimentation de captage d’eau potable, la collectivité souhaite protéger la zone. Elle récupère ainsi en 2016 12 ha de terres à des agriculteurs conventionnels en baux précaires qui n’étaient pas intéressés par l’agriculture biologique. Elle lance ensuite en 2017 un appel à projet puis sélectionne deux agriculteurs en polyculture élevage de bovins viande. Elle sélectionne également deux personnes qui souhaitent s'installer en agriculture biologique et sont liées à des fermes en grandes cultures conventionnelles. La mise à disposition de ces parcelles se fait via un contrat de prêt à usage, renouvelable tacitement chaque année, qui précise les obligations des différentes parties.

Une confiance mutuelle

« Ces parcelles nous permettent de rallonger notre rotation bio sur la ferme familiale en expérimentant de nouvelles cultures. Cette zone test du Raquet est une bonne opportunité : le risque économique est très faible puisque nous n’engageons que des frais de semences et de travail du sol. Si ça marche, c’est aussi parce qu’il y a une confiance mutuelle, nous avons l’habitude d’échanger avec l’agglomération », explique Michel Delille, agriculteur sur la zone test.

Tournesol, pois chiche et soja

« Dans le cadre de notre politique agricole nous avons un contrat avec la chambre d’agriculture du Nord-Pas-de-Calais et Bio en Hauts-de-France pour accompagner les agriculteurs, notamment sur le plan technique », précise le vice-président de Douaisis Agglo. Les deux premières années, de la luzerne est plantée afin de nettoyer les sols, de les structurer et d’apporter de l’azote. Pendant ce temps, les agriculteurs se sont organisés en mutualisant les outils nécessaires avec la création d’une coopérative d’utilisation du matériel agricole (Cuma). En 2020, plusieurs cultures innovantes pour la région - tournesol, pois chiche et soja - ont été implantées, en partenariat avec l’institut technique Terres Inovia, les parcelles devenant un véritable champ d'expérimentation. « Ce projet a aussi permis de créer du lien entre les agriculteurs, bio ou non et aujourd’hui il y a la volonté de mettre en place une filière autour des légumineuses », ajoute le vice-président de Douaisis Agglo.

Un projet alimentaire territorial reconnu

Ce projet s'intègre en effet dans la politique agricole et alimentaire de la communauté d’agglomération, initiée il y a une quinzaine d'années et reconnue en 2017 par l’attribution du label Projet alimentaire territorial (PAT), renouvelée en 2021 avec l’attribution niveau 2 du PAT. Un des 3 programmes du PAT, intitulé Biocad, a pour objectif de favoriser le développement de l’agriculture biologique grâce à une démarche continue de concertation et différents dispositifs, notamment des aides financières : une « surprime à la conversion » d'un montant de 3.000 à 16.000 euros sur une période de 3 ans, en fonction de la surface en agriculture biologique, une aide forfaitaire aux très petites entreprises agricoles jusqu'à 20.000 euros et une aide forfaitaire à la création de Cuma, plafonnée elle aussi à 20.000 euros. Depuis 2014, les surfaces en agriculture biologique ont été multipliées par près de dix, pour atteindre environ 500 ha.

Douaisis agglo

Nombre d'habitants :

158000

Nombre de communes :

35
746, rue Jean-Perrin, parc d'activités de Dorignies- BP 300
59351 Douai Cedex

Jean-Luc Hallé

Vice-président, en charge de la transition alimentaire et agricole, de la trame verte et bleue, de la mobilité douce, et de l’entretien, la gestion et la propreté des espaces naturels

Céline Cardinaël

Chargée de mission, direction développement rural et cadre de vie